Skip to main content

Full text of "Choix de plantes ?dont la plupart sont cultive?es dans le jardin de Cels /par E.P. Ventenat."

See other formats


wi fB . ■ ri^ . . ,. 



j__ - . -1 ^rr—m- - -~ ■ L4V <-'-.- ' r^1 




.\t^ 



1 



^ 



^' 



1 

% 



)?0 








DONT LA PLUPART SONT CULTIVÉES 



DANS LE JARDIN DE GELS; 



PAR 






VENTENAT 



5 




De rinstitut national de France, lun des Conservateurs de 

Bibliothèque du Panthéon. 





o 



o 




^ 



<f^» 




PAR 





5 



DE 




j 



IMPRIMERIE DE CRAPELET 




Et 



se trouve 



Chez L'AUTEUR, à la Bibliothèque nationale du Panthéon 







WvMpL 



^%^H. 



AN XI 



1 



8o3 







I _I- _ L .J 



"* 



AU 










DE LINSTITUT NATIONAL 



? 



MINISTRE DE L'INTÉRIEUR 



Citoyen 



MINISTRE 



7 



En voyant paroître cet ouvrage sous vos auspices, 



on pourra penser que 




ai consulte rintérét de mon 



amour-propre 



^ 



quan 



d ie 




ne 



cède 



qu'aux sentimens 



de reconnoissance, d'estime et de respect 



que 




e avec tous les amis des Sciences, des Lettres 



partag 

et des Arts. Votre Ministère qui est un bienfait public 



9 



» . • 



rk 



■ -. 






r 

en est un tout particulier pour eux ; il a ranimé leur 
zèle découragé par dix années de trouble et de per 
sécution, et a rappelé dans la carrière ceux que 



de nombreux dégoûts en avoîent éloignés. Le com 

s manufactures revivifiés sous votre heu 



mer ce 5 




reuse 



administration , sont des témoignages bien 



éloquens de votre sagesse , qui transmis à vos 



de 



s 



cendans, survivront au bienfaiteur lui-même. Us 



ri 

seront le plus noble héritage de sa postérité, fîère de 

compter parmi ses ajeuxjun digne émule des grandis 
Ministres qui ont honoré la France. 



VENTENAT 



9 



Membre de l'Institut national 



> 



I 

w^ 



_A 



Jt 



'-b-rm^^^i-^ 



^ 




f 



\ 



/ -* 



AVERT 





SEMENT 





'accueil que les Savans ont bien voulu faire à mon 

ri 
+ 

ouvrage sur les Plantes nouvelles et peu connues du 




bl 



ier un autre 



Jardin de Cels^ m'a encouragé à en 
u même genre. J'ai cru néanmoins/pour le rendre plus 




utile, devoir étendre le clia 



m 





mes observations 



j 



Quoique le riche établissement ou j'ai déjà pulsé^ m'ait 



fourni le plus grand nombre des espèces que je décrirai 



dans ce nouvel ouvrage ^ il existe d'autres Jardins 





e z 




e e 



îclai 



ire 



ui 



de 



renferment des objets précieux^ et 

Madame Bonaparte pour les progrès de la Botanique a 

r 

déjà trouvé des imitateurs. J'ai pensé qu'il seroit avanta 
geux de faire connoître les Plantes rares qui croissent en 
d'autres lieux^ et qui m'ont paru dignes d'être étudiées. 



\ 



Mon but principal est de ne décrire que des plantes 
vivantes. Je me propose cependant d'insérer quelquefois 
dans mes livraisons^ celles de mon Herbier^ qui oflFriront 
le plus grand intérêt; mais seulement^ lorsqu'elles seront 



assez bien conservées^ pour que les détails de la fructi- 
lîcation puissent être présentés avec autant de netteté 

e certitude. Pourquoi craindrois- je d'imiter les 




que 
Jacquin^ les 

d'autres Botanistes recommandables? L'homme qui s'est 



Smith j les Vahl^ 



les Cavanilles, et tant 



. 



% 



/ 



entièrement dévoué à une science 5 doit tout mettre à 



contribution pour ses progrès 



^ 



La satisfaction 




e 



E 

que m'ont témoignée publiquement 
plus grand nombre des Botanistes^ sur la clarté et Texac- 
titude de mes descriptions^ ainsi que sur les observations 



placées à 





ur suite; m'a déterminé à ad 



opter 




A 



e même 



an dans le nouvel ouvrage que j'ai entrepris. J'ai dû 




regaraer un 



suffi 



rage aussi unanime, comme le 




plus 



sûr 




garant du succès 



1 t 



Al I 



j^ 






L^ I- MZ ^ 



\ 



I 




GUETTARDA 



t 

j 

w 



SCABRA. 



Fam. des RuBiACÉEs , Juss. 

LlNN^ 



Hexandrie monogynie 



î 



GUETTARDA foliis obovatis , mucronatis, scabris, suprà rugosis, subtùs venosis ; 
floribus hexandris. 



MATHiOLAfolioaspero, subrotunJo j fructu nigricante. Plum. Gen. 16. Icon. 173, fig. 2 

r 

* I 

■ F 

Mathiola scabra. Linn. et "Willden. Spec. Plant. 



F 

Arbre de moyenne grandeur , orîgînaîre des Antilles , cultivé chez Cels et au Muséum d'Histoire 
Naturelle, de jeunes pieds rapportés de Porto-Ricco , par Riedié. Il passe J*Jhiver dans la serre 
chaude , et fleurit en messidor. 



Ironc de la grosseur de celui d'un pommier; droit, cylindrique, tres-ramcux, 
recouvert d'une écor ce gercée et de couleur cendrée. Branches nombreuses, 
horizontales , très-alongées , divisées en un grand nombre de rameaux. Ka- 

w 

■ 

M EAUX opposés, presque droits, d'un brun foncé, cylindriques, nus vers 
leur base , feuilles à leur sommet, hérissés de poils courts et blanchâtres. 
Feuilles dans la partie supérieure des jeunes rameaux, opposées , horizon- 

t 

taies, pétiolées, munies de stipules, ovales-renversées, légèrement ondées, 
ciliées sur leurs bords, un peu échancrées à leur base, surmontées d'une 
pointe à leur sommet, rudes au toucher comme celles du figuier commun , 
relevées sur leur surface inférieure d'une côte saillante et rameuse, creusées 



sur 



> 

supérieure d'un pareil nombre de stries ; ridées 



d 



i 



sombre et presque glabres en dessus, blanchâtres et très-velues en dessous, 

longues dans leur pays natal de dix-huit centimètres, larges de douze. 
PÉTIOLES extrêmement courts, ouverts, cylindriques , très-velus. 
Stipules situées entre les pétioles, droites ,en lance, très-aiguës, hérissées de 

poils courts , longues d'un centimètre. 
PÉDONCULES dans les aisselles des feuilles supérieures , droits, cylindriques, 

velus, bifurques à leur sommet , portant plusieurs 



fleurs 




courts que 



les feuilles. Divisions des pédoncules, horizontales, très-courtes. 
Fleurs droites, disposées longitudinalement sur le côté intérieur des bifur- 
cations du pédoncule, très-rapprochées , sessilcs, blancbâtres, munies de 
bractées , formant une cime étroite , soyeuses et veloutées en dehors , très- 
odorantes, de courte durée, aussi grandes que celles du Mogori. 

L 

Bractées droites, en lance, obtuses, soyeuses , blanchâtres , très-courtes. 



# 



% 






-••'Tin' :; " ■" 



Calice adhérent à l'ovaire, tubulé, cl 



limbe en six crénelures peu 



apparentes 5 pubescent, d'un \ert blanchâtre, de la longueur des bractées. 
Corolle insérée sur l'ovaire , monopétale, tubulée et en forme de soucoupe- 
TirsE cylindrique, un peu dilaté vers le sommet, long de deux centimètres. 
LrMBE iThs'OUYen , à six divisions ovales-oblongues, obtuses, planes, trois 

fois plus courtes que le tube. " j 

TAMiNEs six, renfermées dans le tube et attachées à sa partie supérieure. 

r 

^ N T H È RE S sessiles , linéaires, un peu échancrées à leur base, d'un jaune 

soufré. 
Ovaire adhérent au calice. Style cylindrique, de la longueur des étamines. 

Stigmate un peu épais, presque en forme de massue. 
Drupe de la forme et à-peu-près de la grosseur d'une cerise; couronnée du 




- » 



limbe du calice, devenant noirâtre et amère à mesure qu'elle approche de 



maturité 



q 



seul novau. Isfo 



de la même forme que 



la drupe, anguleux, creusé intérieurement de cinq ou six loges. 

Semences solitaires dans chaque loge, cylindriques Td'unbrun fonc 



Obs. 1°. Il est probable que les fleurs qui servirent à Plumier pour établir le genre 
Mathjolj , Ti'étoient pas parfaitement développées, puisque ce célèbre Botaniste dit, 
en parlant de la corolle, i^/or^ i/z/z/rtc?iôw///cjr/77f et veluti tubiformi. Aussi les Botanistes 
desîroient-ils , depuis long temps, une description complète et une figure plus exacte du 
Mjthiot.j sCuiBRJ. Ils soupçonnoient, avec raison, que ce genre avoit une grande afïïnité 
avec le Guettjrdj (i)j et Jussieu avoit déjà observé que le noyau renfermé dans la baie, 
étoit à plusieurs loges, lue Mjthiola ne diSère donc du Guettabdj que par le nombre 
des divisions du limbe et par celui des étamines ; mais ce nombre varie également dans 
toutes les espèces du genre GuBTTATiBA\ comme on le voit par les phrases suivantes : 
■ ' GuETTjRDA Indica. Foliis ovatis , utrinque nudis j corollis subnovemfidis. Lam. Dict. 
, GuETTjRDA argentea. Foliis ovatis , subtùs argenteis, et venis transversis eleganter 

strîatis ; corollis subsexfidis. Ljm. Dict. 

L 

GuETTARDA crispiflora^ Foliis ovatis ^ acuminatis , nervosis , subtùs villosis ; floribus 
pentandris ; laciniis corollae crispatis. Vahl^ Eclog. ^meric. pi. 6. 

Gu ET TuiTti) A scabra. Y o\\\&oho\^iis ^ mucronalis, scabris, suprà rugosis , subtùs veno- 
sisj floribus hexandris. 

2**. Les fruits du Gubttjbba scabra m'ont été communiqués par le cil. Riedlé. J'en ai 
ouvert plusieurs , et j'ai observé que le nombre des loges varioit depuis quatre jusqu'à six. 
Les semences que j'ai trouvées dans ces fruits n'étoient pas encore parvenues à leur maturité. 



Expt desfig. I , rieur. 2, Corolle ouverte. 3, Pistil. 4, Drupe. 5, La même, dont 1, 
partie supérieure a été enlevée pour montrer le noyau. 6, Noyau coupé transversalement 
pour montrer le nombre des loges. 



(1) Geniis in vivo recognoscendum , Guettardœ ajfine^ Juss, Gênera , pag. 207, — Arhuscula soli 
Plumiero visa, dùm occurrat attente descrihenda , imprimis quoad characterem etiamnùm duhium, 
WiLLDEN* Specîes Planlarum» — Ohscura et forte sola specîes Guettardœ ^ floribus pentandris. 
SWARTZ , Observât. 81. 



3 



r 



\ X 




ma 



1^ 



\ 



2 





OURNEFORTIA 



LAU RIFOLIA. 



/ 



Fam. des B0RRAGINÉES5 Juss. 

LiNN. 



Pentandrie Monogynie 



j 



V 



TOURNEFORTIA caule volubili ; foliis ovato - oblongis , acutis, répandis, gla- 
bris; petiolis geniculatis; baccâ 4-torulûsâ, a-parlibili. 



Arbrisseau dont la tîge est voluble ou s'élève en se roulant en spirale autour de ce qui l'approche; 
originaire des îlesde Porto-Ricco et de Saint-Thomas ^ cultivé chez Cels et au Muséum d'Histoire 
Naturelle , de jeunes pied^ rapportés par Riedlé. II passe Thiver dans la serre-chaude , et fleurit en 
messidor. 



h 

liGEs volubles de gauche à droite, cylindriques , glabres, très - rameuses , 
munies de quelques nœuds ou tubercules formés par la base subsistante des 
pétioles, recouvertes dans leur partie inférieure d'une écorce brune et peu 
gercée, lisses et d'un vert-pâle dans leur partie supérieure , hautes de trois 

r 

mètres, de la grosseur du pouce. Branches alternes, s'alongeant beaucoup, 
ayant la direction, la forme et la couleur des tiges. Rameaux parfaitement 
semblables aux branches, beaucoup plus courts. 

r 

Feuilles alternes, horizontales ou réfléchies , pétiolées , ovales et oblongues, 

' ' ■ . , i . 

très-entières , pointues , ondées , glabres , d'un vert pâle en dessous et rele- 

m 

vées d'une côte rameuse, d'un vert foncé et sillonnées en dessus, paroissant 

■ 

veineuses et finement ponctuées , lorsqu'on les observe avec la loupe ; longues 
de douze centimètres, larges de cinq. 
PÉTIOLES ouverts, dilatés parle prolongement des bords des feuilles, coudés 
à leur base qui subsiste lorsque les feuilles tombent ; convexes d'un côté , 
sillonnés de l'autre, glabres, très-courts. 



\ 



\ 



P 



sommet des rameaux : solitaires . dro 



■ 

ylindriques, bi 



furqués , glabres, plus courts que les feuilles. Divisions des Pédoncules 
ouvertes, courbées à leur sommet, simples ou bifurquées, convexes en 
hors, sillonnées intérieurement, longues de treize centimètres. 



de 



Fleurs droites , situées sur les bords des 



altern 



presque sessiles, disposées en épis, formant par leur 



n pei 
mble 



une cime 



lâche 



? 



d'un jaune couleur de miel , longues d'un centimètre 



PÉDICULES extrêmement courts. 

Calice d'une seule pièce, glabre, subsistant, à cinq divisions profondes, 
droites, en lance, très-pointues. 



K 



^ 



rw_T n 



r 

Corolle insérée sous l'ovaire, monopétaîe, en forme d'entonnoir, parsemée 



deliors de poils peu apparens. Tuse légèrement angul 



renflé à sa 



base, dilaté à son orifice, deux fois plus long que le calice. Limbe ou 

une nervure saillante, sur 




renfermées dans 



de 



vert , à cinq lobes ovales , relevés en dedans d'une 
montés chacun d'une pointe alongée et noirâtre. 

r 

T AMINES cinq, insérées au sommet du tube de la co 

^ r ' . 

son orifice. Filets presque nuls, anthères ovales, pointues 

* 

quatre sillons. 
Ovaire libre, globuleux, glabre, verdâtre. Style cylindrique , droit , de la 

moitié de la longueur du tube. Stigmate ovale-arrondi , porté sur un dis- 
que orbiculaire. , 

M 

F 

Baie entourée à sa base par le calice, globuleuse , déprimée , renfermant un 



V 



noyau mince, presque ligneux, creusé de quatre sillons, se divisant en deux 
hémisphères. Hémisphères k deux lobes et à deux loges monospermes. 



Obs. 1^ Les fruits du Tournefortia laurifolia m'ont étéjcomm uniques par le citoyen 
Riedlé. . 

2°. Le TouRNEFOBTiA poIuhîUs LiNN., dont la tige est voluble, dont les feuilles sont 
glabres , et dont les lobes de la corolle sont terminés en pointe , paroît avoir beaucoup de 
rapports avec le Tournefortja laurifolia ^ mais il s'en distingue par ses feuilles beau- 
coup plus petites et parfaitement ovales, par ses épis courts et rameux , et sur- tout par 
son fruit formé de quatre osselets distincts, ( T^oyez les figures qui ont été données du 
TouRNEFORTi^ volubiUs ^ par Sloane,^^^. de la Jamaïque ^ planche i43^fig. 2^ par 
Geertner , Carpologîe , pL ^6 ^ et par Laraarck , lllustr. Gêner, y ph gS ^fig. 2. ) 

3"*. Il semble que les espèces du genre TournefortiJ seroiç^nl moins difficiles à déter- 



miner, SI 



fou 



Botanistes employoient d 



phrases spécifîq 



les 



b 



d 



la corolle 



dis 



que 



deux hémisph 



ou acuœinés , et le fruit qui se divise 



qui est formé d'osselets dist 



Expl desfig. 1," Fleur. 2 , Corolle ouverte. 5, Une étamine trois fois grossie. 4 ,' Pistil 



trois fois grossi. 5, Fruit desséché. 6, Le même, divisé en deux hémisph 
hémisphère coupé transversalement pour montrer les deux loges. 



7, Un 



-;* 



^ 



^ 



,\. 




r 






f 



\ 



\ 





TO 




RNEFORTIA 



MU TABJLI s. 



FAM.des B0RRAGINÉES5 Juss. 

LiNN. 



Pentandrie Monogynie 



? 



TOURNEFORTIA foliis ovatzs , inlegerrimis , scabris ; spicis cymosis , brevibus j 
lobis corollae crehulatis. 



Arbrîisseau originaire de Java^ cultivé chez Cels et au Muséum d'Histoire Naturelle, de semences 
rapportées par La Haye. Il passe Thiver dans la serre-chaude, et fleurît sur la fin du printemps. 



\ 




IGE droite, cylindrique , très - rameuse , recouverte inférieurement d'une 



mince 



d'un brun cendré , parsemée dans sa partie supérieure d 



duvet épiais et blanchâtre^ haute de six décimètres, de la grosseur du petit 

doigt. Branches presque droites, alternes , de la forme et de la couleur, du 
sommet de la tige. Rameaux axillaires, ouverts, un peu rudes au toucher: 
Feuilles alternes, rapprochées, horizontales ,pétiolées, ovales et en lance, 
aiguës, très-entières, rudes au toucher, pubescenles, relevées d'une nervure 
rameuse , veinées, d'un vert foncé en dessus et plus pâle en dessous, répan- 
dant, lorsqu'elles sont froissées, une odeur analogue à celle des Solanées^ 

longues de huit centimètres, larges de quatre, 

PÉTIOLES très -courts, ouverts, dilatés par le prolongement des bords des 
feuilles^ convexes d'un coté, concaves de l'autre, recouverts d'un duvet court 
et blanchâtre. 

PÉDONCULES au sommct des rameaux, solitaires, droits, cylindriques, bifur- 
ques, pubescens , plus longs que les feuilles. Divisions des Pédoncu^ 
LES ouvertes , recourbées à leur sommet , très-courtes. 

Fleurs droites, disposées longitudinal ement sur le côté intérieur 



■a 



des divi 



du pédoncule , serrées , sessiles , formant 



cime 



étroite : d'abord 



d'un blanc verdâtre, ensuite marquées d'une bande noire qui s'étend insensi- 
blement sur toute la corolle ; répandant une odeur agréable, longues de seize 
millimètres , larges de onze. 



Calice d 



seule pièce , pubes 




cinq divisions dro 



> 



en lance 



> 



aiguës, subsistantes. 
Corolle insérée sous l'ovaire, monopétale, en forme d'entonnoir, pubescen te. 
Tube cylindrique, insensiblement dilaté, trois fois plus long que le calice. 



t 



% 



\ 



^ 



V 



& 



\ 



\ 



Orifice fermé par les plis du limbe de la corolle. Limbe 
lobes arrondis . crénelés sur leurs bords, plissés sur leur disq 



a cinq 




nq , renfermées dans le tube de la coroll 



attachées 



parti 



moyenne. Filets presque nuls. Anthères droites, en lance, fendues à 



leur b 



d'un jaune soufré 



Ovaire libre, globuleux, glabre, verdâtre. Style nul. Stigmate de la 
forme et de la couleur de l'ovaire. 

Baie globuleuse, entourée à sa base par le calice, munie un peu au-dessous du 
sommet d'un tubercule noirâtre ; d'abord charnue et verdâtre , ensuite pul- 
peuse, blanchâtre et presque transparente; renfermant un noyau ligneux 
qui se divise en deux hémisphères. Hémisphères creusés chacun intérieu- 
rement de deux loges situées sur les côtés. Loges à une seule semence. . 



Obs. J'ai donné à l'espèce que je viens cle décrire le nom dé Mutabilis j parce que ses 
fîeurs, d'abord d'un blanc verdâtre, passent insensiblement et avant de se flétrir, à 
une couleur noire très- foncée. 



Expl. desfig. 1 , Fleur. 2, Corolle ouverte pour montrer l'attache des étamines. 3, Baie 
parvenue à sa maturité. 4 , Noyau se séparant en deux hémisphères présentés chacun par 
leur face interne. 5, Un hémisphère coupé transversalement pour montrer la situation 
des deux loges dans chacune de ses parties. 



N 



1 



-•-•9 



\ 





PHLOMIS 



s AMI A. 



Fa M. 



des Labiées , Juss. 



DiDYNAMIB GyMNOSPERMIE 



LiNN, 



9 



PHLOMIS foliis crenatis, subtùs tomentosis , inferioribus corclatis , summis ovatis ^ 
bracteistripartitis, subulatis. 



Phlomis samia, herbacea , Lunariae folio. Tournef. Coroll. , pag. lo. 



Phlomis samia. Linn. Spec. Plant, Desfont. Flor. allant, U^illven. Spec. Plant 



Plante lierbacée, vîvace , hérissée dans toutes ses parties de poils courts et glanduleux^ trouvée sur 
les hautes montagnes de la Caramanîe, par Bruguîère et OLVier^ cuIuVée depuis quelques années 
chez Cels. Elle passe Thiver dans Torangerie, et fleurît au commencement de Te té. 




A CI NE fibreuse. 



Tiges nombreuses, droites, tétragoncs, un pou rudes au toucher, simples, 
• d'un brun foncé, hautes de huit décimètres, de la grosseur d'une plume à 



écrire. 



Feuilles opposées, horizontales, pétiolées : les inférieures en cœur et sem 



blables à celles de la Lunaire 



crénel 



aiguës, relevées d 



cote 



du sommet de la tige ovales ; 

où s'échappent pi 



liante d 



latérales^ veineuses, ridées, d'un vert foncé en dessus et parsemées 



de poils peu apparcns, blanchâtres et drap 



dessous, longues de dix 



centimètres et larges de sept ; les supérieures insensiblement plus courtes. 
Pétioles très-ouverts, convexes eii dehors, creusés en dedans d'un large sillon: 

les inférieurs de la longueur des feuilles , les supérieurs insensiblement plus 

courts. 
Verticilles situés dans les aisselles des feuilles supérieures, formés de dix 

à douze fleurs très-rapprochées ^ plus courts que les entre-nœuds. 
Fleurs droites , presque sessiles, munies de bractées; d'un violet cendré, 

pubescentes, aussi grandes que celles du Phlomis frullco sa. 
Bractées en nombre égal à celui des fleurs, presque droites, alternativement 

à trois et à deux divisions j longues de deux centimètres. DinsioNS un peu, 



alêne, roidcs, pubescentes, surmontées d 



pointe épineuse 



Calice tubulé, coriace, pubcsccnt, de la longueur des bractées, subsistant. 
Tube relevé en dehors de dix nervures dont cinq alternes moins saillantes 



ieurement d 




Limbe 



cinq 



alêne 



> 



montées d'une pointe épineuse 



divisions droites, en 






- '-i -- - rr ■»■ 



i 



C 



l'ovaire, monopétale, labiée. Titbe cylindrique 



de 



la longueur du calice/ velu intérieurement dans sa partie moyenne. LÈrRE 
suFBRiEURE peuchée , en casque , comprimée , 



, creusée sur le dos d'ui 
sillon, écliancrée au sommet. LÈrRE inférieure plus longue que la supé 
rieure; horizontale, à trois lobes. Lobes latéraux, courts, ovales, pointus 
réfléchis sur leurs bords ^ lobe moyen , très-grand , arrondi. 




TA MI NES quatre, dont deux pi 



(Uldynames); attachées au som 



met du tube , situées sous la lèvre supérieure et de la même longueur. Fileti 

r 

cylindriques. Anthères en bouclier, à une loge , s'ouvrant intérieurement 
Ovaire libre, à quatre lobes, entouré à sa base d'un disque saillant. Styli 



filiforme, ayant la même d 



que 1 



Stigma 



d 



■ 

inégaux : le plus court engainant celui qui est plus long. 
Sem.e n ce s quatre, situées au fond du calice qui fait les fonctions de péricarpe; 



\ 



arrondies, glabres, de couleur brune. 



Obs. 1*. \,Q Phlomis samîa , herhacea, Lunariœ folio ^ appartient certainement au 
Fhlomis samia Lijvjv. J'ai vu dans l^Herbier de Jussieu plusieurs échanlillons de la 
plante trouvée dans le Lievant par Tourneforl. Ces échantillons parfaiteraeni conformes 




nés 



àTespèce que j'ai décrite, et qui est évidemment le Phlomis samia Linn. , sont 
par le synonyme que j'ai cité^ et récriture est de la main de Tourneforl. A la vérité, 
l'étiquette qui contient ce même synonyme dans l'Herbier de Vaillant, désigne une autre 
plante; niais il est facile de reconnoître que cette étiquette a été transposée, puisqu'elle 
est annexée à des échanlillons xlont les feuilles sont ovales-oblongues et drapées sur les 
deux surfaces. J'ai cherché dans l'Herbier de Tournefort le Phlomis samia, herhacea 
Lunariœ folio y et je puis assurer que celte plante n'y existe plus. 

- * • 

a^. 11 est probable que Linnaeus ne possédoit que des échantillons de la partie supé- 
rieure de l'espèce qu'il a nommée Phlomis samia j puisqu'il dit, en parlant de 
feuilles, Foliis ovatis. 

5^ Le Phlomis samia se dislingue aisément de toutes \es espèces du genre par ses brac- 
tées profondément divisées. » 



ses 



■ _ 

Expî. desfig. 1 , Feuille de la partie inférieure d 



bradée. 3 , Corolle 



tige , vue en dehors 



2 , Fleur 



pour montrer le disque qui entoure la base de l'ovaire. 



pour montrer l'attache des étamines. 4, Calice 



\ 



^ 



y 





RD 





TA. 



STTARTZ. 



FaM. des OpHIOSPERMES (l) , /^jGi\rr,~PENTANDRIE MoNO 



t 



GYNIE 5 LiNN. 



CHARACTER GENERICUS. Ca/zV minimus , 5-partitus , persistens. Corolla hypo- 
gyna, moiiopetala : tubo brevissîrao j limbo 5-partito , reflexo. Stamina 5, imo tubo 



laciniis corollaî opposita : filamentis erectis j antheris hastalis , cire 
Litibus, in cuspidem approximatis. Ovarium liberum : stylus staminib 



tylum 



sligma acutuin. Drupa carnosa, subrotunda ,fœtasemine cui integumentum simplex, 
crustaceum , slriatum , basi relusum. Perispermum carnosum , durum. Èmbrvo 



biorizoritaliter in medio p'erispermi locatus , teretiusculus , serpentino-flex 
ledones lineares , brevissimae. Radicuîa filiformls. 



Coty 





DIS 





C RÈ N U LA TA 



ARDISIA panicuhi lerminali ; foliis lunceolato-oYalis , rcpando-crcnatis , acumînalîs, 
basi attenuatis , punctatis. 



^ Arbrisseau de deux raèlres de hautenr et de quinze centî mètres de circonférence j originaire des 
Antilles j croissant sur le Lord des lorrcns. Il pusse Tlûver dans la serre chaude, et fleurit pendant 
ré lé. 




droite ,. cylindrique 



h 

rameuse . recouverte d 



mmce et 



cendrée qui se détache par plaques. J^rancjtes alternes, ouvertes, de la 
forme de la tige. Rameaux axillaires, renflés et noueux à leur base, recou- 
verts dans leur partie supérieure d'un duvet court et de couleur de rouille. 
Feuilles alternes, ouvertes ou réfléchies , pétiolccs, en lance et ovales , on- 
dées sur leurs bords et souvent crénelées , terminées en pointe , amincies 
leur base , relevées sur la sunace inierieure c 
sées sur la supérie 
planes, d'un vert 




la 



face infér 



l'une nervure rameuse 



îrieurc d'un pareil nombre de sillons; glabres , ponctuées ^ 
ert foncé en dessus et plus pâle en dessous , longues de douze 
centimètres , larges de quatre. 
PÉTIOLES très-ouverts , dilatés par le prolongement des bords des feuilles; 

w 

convexes en dehors, sillonnés en dedans, glabres, d'un vert pâle, très-courts: 

Panicule au sommet des rameaux, munie de bractées, plus courte que les 

feuilles, souvent droite, simple et resserrée; quelquefois étalée et composée 

de plusieurs grappes qui naissent dans les aisselles des feuilles siîpéricures. 



-■ 

(i) J'ai exposé les principaux caractères de ce nouvel ordre qui est voisin de celui des Hi- 
lospermes ou Sapolilliers , 3uss. ^ dans la Description des plantes cultivées chez Cels , pag. 86. , 



% 



... ; .- .■ 



Kamba ux 



Panicule , cylindriques 



K 

renflés à leur base, pube 



de couleur de rouille : les inférieurs droits , les supérieurs horizontaux 



F 



sommet d 



peu nombreuses , presque disp 



en 



ombelle, pédiculées, munies de bractées, d'un rou g 



sur 



le 



olet 



deur 



petites 



P 



ylindriques, d'abord horizontaux , ensuite réfléchis, de la 



leur et de la longueur des fl 



B 



la base des rameaux de la panicule et des pédicules des 



fleurs • presque droites , linéaires, aiguës, pubesce 



Calice libre, de la couleur des fleurs 



nq 



d 



droit 




> 



g 



ciliées sur leurs bords , subs 



Corolle insérée sous l'ovaire , monopétale , en roue. Tube renflé 



blanchâtre. Limbe à cinq div 

munies de cils peu apparens 



linéaires 



§ 



roulées en dehors 



E 



d 



cmq 
de 



insérées à la base du tube de la corolle et opposées aux 



son 



mbe. File 



comprimes 



blanchâlr 



A N T HERES 



) 



droites, d'un jaune doré, adhérentes aux cotés des filets, en forme de flèche 
creusées sur leur face inieine de deux sillons , rapprochées en pointe 

T 

engainant le style. 

Ovaire libre, ovale-arrondi, pubescent au sommet, contenant trois ou quatre 
ovules. àStf^^e filiforme, droit, plus long que les étamines. Stygmate simple. 



groseille, entourée du calice à sa b 



ne contenant 



^ 



Drupe charnue, de la grosseur d'une 

lisse et. noire en dehors, de couleur violette à 1 
qu'une semence. 

Semence globuleuse , creusée d'un ombilic à sa base , recouverte d'une seule 
tunique qui est crustacée , striée, fragile, d'un gris cendré. Embryon cyVm- 

> drique, légèrement courbé, situé transversalement au milieu d'un péri- 
sperme charnu et très-dur. 

Obs, 1**. Le nombre des parties èe la fructification est sujet à varier dans Y^rdisij 

crenulata où il diminue quelquefois d'un cinquième. 

2°. Le genre ^rbisij établi par M.Swartz, est le même qneVIlEBEiiDENiAàeM..Ba.vkSj 

Vu^NGUJLLjEiiA de Gaertner, VÏcacorej d'Aublet, elle B adula de Jussieu. Il se rapproche 

aussi beaucoup du Blahbia de M. Thunberg. 

5°. Les genres Rapanea d'Aublet , I^allenia de Swarlz , ^thruphyllum de 

Loureiro, P^edela d'Adanson, et Manglilla (i) de Jussieu, paroissent appartenir 
à la même famille que r^nDisiAet le Myrsine. Comme la plupart de ces genres ont 
une très-grande affinité avec V^rbisia , finvite les Botanistes qui les possèdent et qui 
peuvent les observer, à prononcer sur leur idenUté avec le genre établi par M Swarlz ou 
à faire ressortir leurs caractères distinctifs. 

4°. L'^i?Di5J^ cre/z^/Zato se dislingue de r^nnisi^ serrulata Sw. par ses feuilles qui 
ne sont poml ridées et d'un jaune doré en dessous j de VArbisia acuminata (2) Willd. 
par les bractées situées à la base des pédicules ; et de VArdisia laleriflora Sw., par ses 
rameaux pubescens , par ses feuilles ponctuées , par son fruit lisse , &c. 

Expl. desfig, ] , Fleur de grandeur naturelle. 2, Corolle ouverte et grossie du double. 

5, Calice et pjstil. 4, Une Etaraine grossie et vue en dedans. 6 , La même vue en dehors. 

6, Fruit. 7, Le même, dont on a retranché la moitié supérieure de l'enveloppe. 8 Se- 
mence. 9, La même coupée transversalement pour montrer la forme de l'embryon et sa 
situation dans le pensperme. "^ 



j 

•e du Pérou est évidemment congénère ^\x Manglilla 
plus grands rapports avec VArbisia laieriflora. 



m 



..t— -^l K'I'' -_ll _^-^ ■ 






AVIESI 




DENUDAT A. 



/<: 





\ 




^ 



5£ 




FaM. des LÉGUMINEUSES, JuSS. — DÉCANDRIE MoNOGTNIE 

LlNN. 



? 



f ■ 

DAVIESIA petiolis teretibus : primordialibus foliosîsj foliîs ternatis lanceolatisque 
décidais 5 superioribus nudis, lougissimîs. 



r 

SoPHORA Juncea. Schrader, Sertum Hannoperianum , p]. 3. 

PUfiTEN^A J'uncea. WiLLDEN. iS^^C. P/a7Z^. 

■ 

Arbrisseau originaire delaNouvelle-Hollandej cultivé chez Cels, de graines envoyées du jardin 

de Sainte-Croix de Tîle de Ténériffe, par Broussonet. II passe l'hiver dans Forangerie, et fleurit en 
prairial. 



\ 



Racine pivotante, munie de quelques fibres, blanchâtre. 

Tige droite, cylindrique, feuillée lorsqu'elle commence à pousser, ensuite 
nue et simplement munie de pétioles dont les feuilles sont avortées j rameuse, 
glabre, d'un vert gai , haute de six décimètres, de la grosseur d'une plume à 
écrire. Rameaux situés dans la partie supérieure de la tige, naissans dans 
les aisselles des pétioles ; alternes, peu ouverts, cylindriques, glabres. 

Feuilles alternes, horizontales, pétiolées et articulées avec le pétiole, 
munies de stipules : les unes simples, en lance, très-entières, aiguës, glandu- 
leuses à leur sommet, relevées de trois nervures, glabres, d'un vert foncé 
en dessus et plus pâle en dessous, purpurines sur leurs bords, longues de 
trente-cinq millimètres , larges de six : les autres ternées ou formées de trois 
folioles presque sessiles et parfaitement semblables aux feuilles simples. 

Pétioles renflés à leur base et articulés avec les tiges; cylindriques , glabres, 
d'un vert gai: ceux qui portent les feuilles, ouverts, longs de quatre centi- 
mètres : ceux qui sont dépçurvus de feuilles, droits , munis à leur sommet de 

r 

deux ou trois dents de couleur brune , longs de deux décimètres dans la partie 

inférieure de la tige, insensiblement plus courts dans la supérieure. 
Stipules deux , opposées , adhérentes à la base du pétiole, droites, linéaires, 

aiguës, membraneuses, purpurines, très-petites. 
Grappes au sommet des tiges et des rameaux, solitaires, simples, droites 

longues de sept centimètres. 
Fleurs, d'un jaune 



;► 



mne doré , tachées et rayées d'un rouge pourpré , pédiculée 
et articulées sur le pédicule, munies de bractées, longues de douze njilli 
mètres : les inférieures s'épanouissant les premières. 



m 



i 



PÉDICULES droits, cylindriques, glabres, de la long 



/ 



des fleurs 



Bracté 



adhérent 



a 



la b 



des pédicules et deux fois 




courtes ; 



droites , en lance 



guës, purpurines 



Calice tubulé, glabre , pentagone , d'un vert gai , divisé à son limbe en 



nq 



lobes ovales et aig 



subs 






Corolle papillonaçée, insérée à la base du calice. Etendard droit , ovale 
arrondi , plié en deux sur les cotés, strié , 



muni 



d 



deux dent 



base 




\ 



porté sur un onglet court. Ailes plus courtes que l'étendard, horizontales, 
oblongues, obtuses, munies d'un onglet sur un côté de leur base, et d'une 
oreillette sur l'autre. Carène montante, se divisant en deux pétales de la 

forme des ailes et plus courts. 

T AMINES dix, ayant la même attache que la corolle, distinctes, i^/x^rs eu 

alêne, alternativement plus courts, d'un rose tendre. Anthères arrondies , 

à 

jaunâtres, creusées de quatre sillons. 

■ 

Ovaire porté sur un pédicule très-court j ovale, comprimé, glabre. Style 

■ 

filiforme , courbé à son sommet, blanchâtre , plus long que les étamines , 

subsistant. Stigmate simple , aigu.. 
LÉGUME recouvert par le calice dans sa moitié inférieure 5 ovale , comprimé 

pointu à son sommet , noirâtre , ne contenant qu'une semence. 
Semence ovale-arrondie , lisse, d'un brun clair, creusée sur le côté d'un 

ombilic circulaire. 



Obs. 1°. L'espèce que je viens Je décrire se rapporte é\'idemment au genre JDaviesia 



établi par M. Smith dans le quatrième volume des Transactions de la Sot 
de Londres. Ce genre a la plus grande affinité avec le Pultenjej du même 



Linn 



diffère que 



ou sans appendices 



par son fruit comp 



dont 
é et 



espèces de 



monosperme. 

2°. Il est probable que les caractères des genres auxquels on a rai)porté les 
Légumineuses découvertes dans les îles de la mer du Sud , seront réformés , lorsqu'on en 
aura observé un plus grand nombre. Plusieurs espèces de ces genres nouvellement établis, 
ne paroissent différer de V^spalathus et du Spartium que par leurs étamines distinctes. 

3°. Le Daviesia denudata est remarquable par ses pétioles qui sont nus et trèsalongés 
dans les tiges adultes. Ce caractère existe aussi dans quelques espèces du genre Mimosa ; 

rs pétioles , loin d'être cylindriques , sont très-applatis et ressemblent à des feuilles 



en lance. 

4°. Le fruit du Dafi 



denudala m'a été communiqué par M, Kennedy 



habil 



e 



Botaniste et célèbre Pépiniériste ang 

Ex]pl. desfig. 1, Jeune pied. 2, Partie supérieure d'une tige adulte. 5, Fleur avec son 
pédicule et sa bractée. 4, Pétales. Ô, Calice et organes sexuels. 6 , Calice ouvert pour 
montrer l'insertion des étamines distinctes. 7, Pistil. 8, Légume recouvert parle calice 
dans sa moitié inférieure. 9, Semence. 





ERACLEUM 



JBSINTHIIFOLIUM 



i-S 



Fam. des Ombellifères, Juss. 

Lin N. 



Pentandrie Digynie 



9 



HERACLEUM incanum ; foliis decompositisj foliolis cuneiformibus, trifidis^ corollis 
subuniforniibus } fructu villoso. 

Sphondylium orientale humilius, foliis absinthii. Tournef. Coroll, pag. 22, ex 
Herbar. Vaillant et Jussieu. 



r 

Plante herbacée, bisannuelle, trouvée en Orient, sur la route de Bagdad à KerraancTiali , par 
Bruguière et Olivier j cultivée depuis quelques années chez Cels , lleurissant en prairial. Toutes 
ses parties répandent, lorsqu'elles sont froissées ^ une odeur semblable à celle de TAche des marais^ 

yipiVM s^raveolens. Linn. 



Racine charnue^ pivotante, laiteuse. 

Tiges moelleuses^ droites, cylindriques, presque nues, sillonnées, hérissées 

w 

de poils courts et blanchâtres j un peu 



rudes au touch 



plies d 



liqueur qui s'épaissit à l'air libre et devient visqueuse ; hautes de cinq déci- 
mètres, de la grosseur d'une plume de cygne. Ra m e a u x "^ç^x. nombreux, 
droits , de la forme et de la couleur des tiges. 
F£UiLLE3 recomposées et presque trois fois ailées, pétiolées, couvertes de 
poils courts et blanchâtres, longues de douze centimètres, larges de six: 
celles de la racine rapprochées en touife et ouvertes • celles des tiges peu 
nombreuses et droites. Feuilles primaires sur quatre a six rangées, pres- 
que verticillées au nombre de quatre dans les feuilles radicales, simplement 
opposées dans les feuilles des tiges et des rameaux \ toutes pétiolées, trian- 

ri 

gulaires, décroissant insensiblement delà base au sommet. Feuilles secon- 
DAiREs sur deux ou trois rangées ; les inférieures pétiolées, les supérieures 
sessiles. Folioles en forme de coin , à trois divisions courtes , linéaires 
et obtuses. 

PÉTIOLE COMMUN dilaté à sa base et engainant la tige ou les rameaux, con- 
vexe et strié en dehors, creusé en dedans d'un profond sillon^ de la couleur 

r 

des feuilles et de la moitié de leur longueur. Pétioles partiels sem- 
blablcs au pétiole commun , très-courts. 
Ombelles au sommet des tîges et des rameaux, droites, solitaires, formées 



de 



gt rayons 



) 



m^unies d'une collerette , larges de douze cen- 



timètres. Ombelles partielles également munies d'une collerette, com 
posées de douze à quinze fleurs; larges de deux centimètres. 



Rayons bu Pédoncules des 



Ombelles partielles de la forme et de 



la couleur des tiges : les extérieurs ouverts , longs de huit centimètres ; les 



droites^ en lance , pointues , très- velues , 



intérieurs droits et plus courts. 
Collerettes formées de folioles 

blanchâtres , courtes , inégales , subsistantes. 
Fleurs d'un blanc de lait , pédiculées, hermaphrodites, conformes dans 

disque et à la circonférence : celles des rayons intérieurs sujetteis a avorter 




P 



droits, cylindriq 



velus y à peine 




longs que les 



folioles des collerettes des ombelles partielles. ^ 
Calice adhérent à l'ovaire, onde à son limbe et presque entier, hérissé de 
poils blanchâtres. 



P 



q 



insérés sous le disque qui recouvre 1 



très -ouverts. 



urbés à leur sommet , paroissant échancr 



coeur ; d'abord pi 



réfléchis 



I 



bords; presque égaux, 1 



un 



peu 




grand. 



Étamines cinq, ayant la même attache et la même direction que les pétales, 
alternes avec eux et de la même longueur. Filets en alêne , glabres , blan- 
châtres. Anthères vacillantes, arrondies, à deux loges, couleur de soufre. 



Ovalre adh 



calice . recouvert à son sommet d 



disq 



charnu 



* 

deux lobes et jaunâtre. Styles deux, s'élevant du centre du disque, droits 



filiformes , plus courts que les 



subsistans. Stigma 



obtus 




i 



ovale-arrondi, comprimé, muni d'un rebord membraneux 



relevé sur chaque face de trois stries 



P 



blanchâtres 



couch 



Semences pi 



apparentes, recouvert de poils 



Placenta ou Axe central filiforme, à deux divisions profondes qui 
s'insèrent chacune un peu au-dessous du sommet de chaque semence. 



Obs. L'espèce que je viens de décrire semble indiquer qu'il existe une grande aflSnité 
entre VHeracleum et le Tordylium. En effet , elle se rapproche du Tordylzum par 
plusieurs caractères , et sur-tout par son fruit presque orbiculaire et un peu renflé sur 
bords. J'ai cru néanmoins devoir la rapporter, à l'exemple de Tournefort, au genre 



Heracleum^ en considérant que 



mbell 



g 



que 



pi 



crénelés. 



que les ombelles partielles , n'étolent point tournées d'un seul côté • que son < 
point à cinq dents , et que les bords des semences n'étoient point subéreux 



Expî. des fig. I , Fleur de grandeur 



La même grossie du double. 3, La 



même dont on n'a conservé qu'un pétale, pour montrer le calice presque entier 1 
tion de la corolle et des étamines. 4, Pistil. 5, Fruit. 6, Le même ouvert, pou'r mon 

Irer le placenta auquel adhèrent les deux semences dont l'une est vue en dedans et l'autr 
en dehors. ' 



. ^ 




■t 



J 



y 




^ 





ASMI 




UM 



GENICULATUM. 



Fam. des Jasminées, Jvss. 



DiANDRIE MONOGYNIE, LiNN 



y 



Spec, Plant, ^. i. Follls simplicibus. 



i 



JASMINUM foliis ovatis, acutis, nitidisj petiolis genîculatisj floribus cymosisj caule 
volubili. 



Jasminum gracile. André w^s, Botan. Reposit. pi. 127 



Sous-Arbrisseau originaire des îles de la mer duSud^ cultivé chez Celsetà la Malraaîson, remar- 
quable par ses feuilles simples dont les pétioles sont coudés et articulés. Il passe Thiver dans 
Forangerie j et fleurit durant tout l'été. 



/ 



Tige grêle, cylindrique, voluble de gauclic à droite ou s' élevant à l'aide des 



cou 



■ 

corps qu'elle rencontre et autour desquels elle is'en tortille; nue et de 
leur cendrée dans sa partie inférieure; feuillée, rameuse et d'un vert gai 
dans sa partie supérieure. Rameaux axillaires, opposés, ayant la direc- 
tion , la forme et la couleur de la tige. 
Feuilles opposées, horizontales, pétiolées et se prolongeant sur le pétiole, 

F 

ovales, aiguës, très-entières, glabres, luisantes, d'un vert gai, longues de 
cinq centimètres, larges de trois; les supérieures insensiblement plus courtes. 

-■ 

PÉTIOLES coudés et articulés dans leur partie moyenne, glabres, de la cou- 
leur des feuilles, très-courts, articulation supérieure convexe d'un 
côté, sillonnée de l'autre, tombant avec les feuilles. Articulation jn^ 



ylindrique , subsistante et devenant presque ép 



CÎM 



o 



sommet des 



formées de trois 



pédoncules cylindriques, glabres, d'un vert gai. Pédoncules latéraux 
ouverts, simples, à trois fleurs. Pédoncule du centre droit, quelque- 
fois simple, plus souvent à trois divisions qui portent chacune trois fleurs, 
et dont les latérales sont munies de bractées. 

r 

Fleurs d'un blanc sale, pcdiculées, très-odorantes, longues de seize milli- 
mètres, larges de deux centimètres. 

Pédicules de la forme des pédoncules et de la longueur des fleurs : les deux 
latéraux munis de bractées. 

Bractées situées à la base extérieure des pédicules latéraux, et des divisions 
latérales du pédoncule du centre ; horizontales, linéaires, aiguës, très-courtes. 



** 




Calice très-petit, en cloche, d 
droites- glabre, d'un vert 



limbe en cinq dents courtes et 



gai 



subsistant 



Corolle d'une seule pièce, insérée sous l'ovaire, tubulée. Tube cjlind 



que , insensiblement dilaté vers le sommet , de la long 
Limbe à six ou sept divisions ovales-oblongues, aiguë 



leur du pédicule. 
, très-ouvertes et 

planes lorsque la fleur commence à s'épanouir 3 obliques, réfléchies et ondées 
lorsque la fleur se flétrit. 

Examines deux, attachées à la partie supérieure du tube. Filets droits, 
très-courts. Anthères droites, linéaires, obtuses, comprimées, jaunâtres. 

Ovaire libre, arrondi, sillonné sur le milieu de chaque face. Style fili- 
forme, de la' longueur du tube. Stigmate ovale- renversé, comprimé 
fendu longitudinalement sur le côté. 



> 



JPRUIT 



Obs. 



1 



'. Le pétiole coudé et articulé dans le Jasminum geniculaizim , semble présenter 
une nouvelle preuve de l'affinité qui existe entre la famille des Jasminées et celle des 
Galtiliers. Ce caractère, qui n'a été encore observé dans aucune espèce de Jasmin , m'a 
paru devoir être choisi pour nommer l'espèce que je viens de décrire, et qui étoit gravée 
avant que j'eusse pu consulter l'ouvrage de M. Andrevs^s. 

2MVI. Forster a fait mention dans son Proc?/*o/7ïws Floruïœ Insularum Australium, d'une 

■ . 

espèce de Jasmin qu'il a désignée par le nom de SimpUcifolium^ et qu'il a caractérisée par 
cette plirase : Jjsminum foliis oppositis ^ opato-lanceolatis ^ simplicibus. Il est difficile de 
présumer que l'espèGc de M. Forster soit la même que le Jasmînum genicuîatum. Est-il 
probable que ce savant Naturaliste eût passé sous silence dans sa phrase, les caractères 
qui distinguent essentiellement l'espèce que je décris? D'ailleurs le nom de Slmplicifolium 
qui convient à plusieurs Jasmins, ne peut pas être employé pour désigner particulière- 
ment une espèce de ce genre. 



Expl. desjig. 1 , Corolle vue par-derrière. 2, La même ouverte pour montrer 1 
des étamines. 3, Calice et Pistil. 



1 






J 



I 




VILLARSIA. Gmelin. 



^ 
1 



Fa M. des GENTiAN^ÉESj/P'^A^r. — PentandrieMonogynie 

I 

LiNN. 



9 



CHARACTER ESSENTIALIS. Ca//jc 5-partitus, persistens. CoroZ/a rotata,limbo 

sOËïpiùs ciliato. Stylus brevîssirnus. Capsula i-loculaiis, 2 vaîvis, valvularam margi- 
nibus incrassatîs. Placenta in suturis capsulcC. Semina duplici série longitudinaliter 
digesta^ margine inembranaceo cincta. 



VILLARSIA or AT A. 



VILLARSIA foliis ovatis , ereclis; floribus racemoso-panîculalisj corollis ciliatls. 

Menyanthes ovata. Linn. Supplem. Aiton, HorL Kewens. Willden. Spcc. Plant 
Lamarck, Dict. 



Plante lierbacée, vivace, orJgînaîre du Cap de Bonne-Espérance, ayanl le poil d*an AmsmA, 
cullivée depuis plusieurs années chez Cels. Elle passe l'hiver dans l'orangerie, conserve ses feuilles 
radicales , et fleurit en messidor. 



Racine fibreuse. 

Tiges peu nombreuses, droites, cylindriques, quelquefois nues et semblables à 
des hampes, plus souvent garnies de trois ou quatre feuilles j simples, glabres, 

■ 

d'un vert-gai , hautes de cinq décimètres, de la grosseur d'une plume à écrire. 

Feuilles droites, pétiulées, ovales, obluscs, ordinairement Ires-enlières , 
quelquefois ondées sur leurs bords ^ relevées sur chaque surface de nervures 
fines et rameuses à leur sommet 5 glabres, un peu épaisses, planes, d'un 
vert-gai, d'une saveur amère, paroissant parsemées de points transparens 
lorsqu'on les observe à la loupe : celles qui naissent immédiatement du collet 
de la racine, au nombre de dix à douze, longues de huit centimètres, larges 
de quatre; celles qui naissent sur la tige, peu nombreuses, alternes, insen- 
siblement plus courtes. 

PÉTIOLES dilatés à leur base et engainant le collet de la racine ou la lige; 



dro 



convexes d 



côté, creusés de 1 



d 



profond sillon, de la 



couleur des feuilles et trois fois plus longs. 
Grappes axillaires et terminales, peu ouvertes, courtes, formant par leur 

ensemble, une panicuîe alongée, peu serrée et étroite. 
Fleurs droites, pédiculées, munies de bractées, d'un beau jaune citron. 



i 



t . 



( 






odeur, larges d 



trois centimètres : les supérieures s'épanouissant les 



premières 



PÉDICULES droits, cylindriques, dilatés vers leur sommet, de la couleur des 

n ■ 

feuilles, longs d'un centimètre. 



Bractées droites, en lance, obtuses, convexes en 



deh 



concaves en 



V 



dedans : celles des grappes terminales longues de deux centimètres 3 celles 

des fleurs deux fois plus courtes. 

Calice d'une seule pièce, à cinq divisions profondes, ouvertes, ovales, aiguës, 
glabres, subsistantes, de la couleur et de la longueur des pédicules. 

Corolle insérée sous l'ovaire, monopétale, en roue. Tube très- court. 
Limbe à cinq divisions alternes avec celles du calice, ovales, obtuses, gla- 
bres et concaves en dehors, convexes et pubescentes qw dedans, ciliées à 
leur base , munies vers leur sommet d'un rebord large , mince et frangé qui 

leur donne une forme arrondie. 

Étamines cinq, très-courtes, insérées à l'orifice de la corolle, alternes avec 
ses divisions et de la même couleur. Filets droits, cylindriques, anthères 
adhérentes à la moitié supérieure des filets , en flèche , creusées intérieu- 
rement de deux sillons. 

Ovaire libre, conique , entouré à sa base de cinq glandes en forme de rein. 



alternes avec les étamines et d 



J 



do 



St 




ylindriqùe 



Stigmate formé de deux lames droites, arrondies, frangées sur 



leurs bords. 



Fruit 



Obs. l^ Le genre Villarsu (i) établi par Wallher, et nommé par Gmelin 
même que ]e Nymphoïdes^ Touunef. Ce genre a été réuni parLinna^iis au Menyai 
mais il en diflère par sa corolle en roue , par son style 



Fa observé Gasrtner, par son fruit dont 
■valves, et par ses semences comprimées 



pi 



n'adhèrent 



P 



au milieu des 



bord rneinb 



J'ai rapporté dans le Tableau du Règne Végétal les Meny^nthes et Nymphoïdes 
TouRNi,F. à la Famille des Gentianées. En effet, les espèces de ces deux genres se rappro 

par les caractères que fournit la structure d 



client de 



f ami 1 1 



fru 



e , non-seulcmenl 



:, mais encore par leurs propriétés 

. Le genre yiLLARSiA comprend les espèces suivantes : 

V. nymplioïdes{M.v.^^miyiES nymphdides , W. Sp. pi). Foliis cordalo-orbiculatis 

natantibusjfloribus umbellatis; corollis ciliatis. 
V. opata (Menyantiies ovata,W, Sp. pi.). Foliis ovatis, erectis 5 floribus racemoso 

paniculalis ; corollis ciliatïs. 

V. j>zf//ca(Mr;NYANTHhs zWic-a, W. Sp.pl). Foliis cordato-subrotundis . nervosi= 



bus ; petio 



fe 



P 



V. lacunosa (Anonymos aquatica , Walther , Flôr. Carolin. Vh.larsia dquatlca (2) 
Gmel. Syst. Keget. et Bosc, Eullet. de la Soc. Philom.). Foliis reniformibus sub- 
peltalis, sublùs lucunosis, natantibus j petiolîs floriferisj coroJlis glabris. ' 

Expl des fig. 1 , Corolle vue en dehors. 2 et 3 , Deux étamines dont une vue en dedans 



Pistil 



dehors. 4, Calice ouvert pour montrer les glandes qui entourent 1 



(1) Du.nom du célèbre Auteur des Plantes du Daupbiné 

(2) Toutes les espèces dé J^ILLARSIA sont aquatit^ues. 



( 



lO 




IXIA DUBIA. 



Fam. des Iridées, Juss. — Triandrie Monogynie, Linn. 

Spec. Plant. Edit. r^, ^. v. Scapo glabro ^ foliis longiore $ foliis 
planis. « 



T 

IXIA foliis ensiformibus j scapo monostachyo 3 floribus maculatis ; spalbarum val va 
éxleriore un iaristatà , inleriore biaristatâ. 



I 

Planteberbacée^ vivace, originaire du Cap de Bonne-Espérance, cultivée depuis plusieurs années 
dans le jardin de Cels. Elle passe l'hiver dans l'orangerie, et fleurit au commencement de prairial. 



Bulbe arrondi, légèrement déprimé, de la grosseur d'une noisette, recouvert 

d'une tunique striée et de couleur brune. 
Feuilles radicales, droites, contournées à leur sommet, en forme d'épée, 

pointues, très-entières, glabres, relevées de plusieurs nervures; engainantes 

sur un de leurs bords, d'un vert foncé; les inlérienres plus longues. 
Hamte droite, cylindrique, grêle et presque filiforme, très-simple, engaînée 

à sa base, souvent munie d'une bractée dans sa partie moyenne; glabre. 



d'un vert-foncé , plus longue que les feuilles , haute de cinq docimctres. 
^iî^cr^^ très-petite, droite, linéaire, pointue, dilatée à sa base qui entoure 
la hampe en forme d'anneau. 

Epi au sommet de la hampe , penché, globuleux, long de cinq centimètres. 
Fleurs au nombre de douze, alternes, rapprochées, presque droites, sessilos, 

munies chacune d'une spathe, d'un jaune doré avec une tache de pourpre à 

leur base , peu odorantes , larges de trois centimètres. 

Spathes à deux valves membraneuses, transparentes, oblongucs; l'extérieure 
surmontée d'une arcte, l'intérieure de deux. 

Calice en forme de soucoupe. Tube resserré au dessus de l'ovaire, cylin- 
drique, grêle, un peu dilaté à son orifice, légèrement courbé, d'un jaune 
sale, trois fois plus long que la spathe. Limbe très-ouvert, à six divisions 
ovales-oblongues , rétrécies en ongh t à leur base, presque obtuses, égales, 
de la longueur du lubc. 

Étamines trois, insérées au sommet du tube, de la moitié de la longueur des 
divisions du limbe. Filets en alêne , très-courts, d'un pourpre foncé dans 
leur partie inférieure, d'un jaune doré dans leur partie supérieure, an- 
thères linéaires, échancrccsà leur base, obtuses, s'ouvrant intérieurement 






I 



par deux sillons , de la couleur du limbe du calice , de la longueur des filets 



Ovaire adhérent à la base du tube, triangulaire , à angles arrond 



verdâtre. Style filiforme , d 



de la couleur des anth 



; glabre 
peu plu 



long que le tube du calice. Stigmates troi», également filiformes, réflé 
chis à leur sommet, sillonnés intérieurement. 

Fruit 



/ 



Obs. i\ J'ai donné le nom spécifique de X?z/3mà laplanlequeje viens de décrire, parce 
qu'elle tient le milieu entre les Ixi^ erecla et maculata , et que les caractères qui la rap- 
prochent d'une de ces espèces, sont précisément ceux qui la distinguent de l'autre. En 
eflfet, les seules différences assignées par MM. Thunberg et Willdenow pour caractériser 



IxiA erecta et maculata , consistent dans 



fleurs qu 



d 



seule et même 



couleur, ou qui sont tachées à leur base (i). D'après l'exposition de ce caractère, VIxiA 
dubia devroit être rapportée à ÏIxiJ maculata; mais elJe en diffère par la forme de sa 
spatlie qui la rapproche de VlxiA erecta. Si les caractères fournis par la forme des spathes 
et par le nombre des épis, ne sont pas assez importans pour établir une distinction spéci- 
fique dans le genre IxiA^ il semble qu'on devroit alors réunir les IxiA erecta ^ dubia et 
maculata y et les considérer comme variétés d'une seule espèce qui pourroit être désignée 
par le nom de Nervosa y puisque les feuilles de ces trois plantes sont toutes relevées de 
nervures assez saillantes. 

w 

4 

2°. Je n'ai pas cru devoir insister dans Tobservation précédente, sur le caractère fourni 
dans VlxiA dubia , par la hampe qui ne produit qu'un seul épi j parce que j'ai observé 
des individus de YIxu maculata dont la hampe ne portoit pas plusieurs épis , et parce 
qu'il est probable que si la bractée située au milieu de la hampe dans VIxia dubia, venoit 

F 

à s'alonger, il pourroit naître un second épi dans l'aisselle de cette bractée. 



ExpL des fig. 1 , Valve extérieure d'une des spathes. 2, Valve intérieure. 3, Calice 
Lvert, pour montrer l'attache des étamines. 



(i) IxiA erecta^ foliis ensiformibus; scapo polystachyo j floribus allernis immaculatis. Willd. 

Spec* Plant. 

IxiA maculata^ foliis ensiformibus; scapo polystachyo; floribus alternis; corollis basi maculatis» 
Willd. Spec^ Plant. 



f 




J r < 



II 





DILLENIA 



rOLU BILIS. 



Fam. des Magnoliers, /c^^-y. — Polyandrie PoLYGYNiE 

LiNN, 



? 



DILLENIA. foliis obovato-lanceolatis, subintegerrimis , mucronatis, villosis j floribus 
solitariis, terminaUbus; caule volubili. 

DiiiLENiA humilis. Donn. Cataîog. Hort. Cantahr. 64. 

* 

DiLLENiA scandens. Willden. Spec. Plant. 

r 

DiLLENiA specîosa. CuRTis^ Magaz. Botan. pi. 449 (exclusis omnibus synonymîs). 

HiBBERTiA volubilis. Andrews, Botan. Reposit. pi. ia6. 

DiLLENiA turner^eflora. Gawler, Recens. PlanL Botan. Reposît pag. 27, 



Nouvel] 



€[ual)Ie par sa lige voluble, par ses feuilles articulées sur le pcllole , et recouvertes sur clnque 



de 



dans Toraugerie , et fleurit durant le cours de l'été. 



Tiges peu nombreuses, voluLles do gauclic à ilroîte, cjljn(lij(|ucs, rameuses, 
recouvertes d'une ccorce mince et brune ^ glabres dans leur partie inférieure^ 
et creusées de cicatrices orbicuîaires formées par la chute des pétioles j velues 
et feuillées dans leur partie supérieure ; hautes d'un mètre, de la grosseur 
du petit doigt. Rameaux alternes, ayant la direction, Ja forme et la cou- 
leur des tiges. 

Feuilles dépourvues de stipules 5 d'abord droites, pliées en deux et soyeuses: 
ensuite alternes, réfléchies, articulées sur un pétiole très -court, ovales- 
renversées, rétrécies dans leur partie inférieure et abords roulés en dehors, 
surmontées d'une pointe courte à leur sommet, ordinairement très-entières, 
quelquefois ondées dans leur moitié supérieure et munies de tubercules qui 
les font paroître dentées; relevées d'une côte saillante et rameuse, veinées, 
velues, d'un vert-foncé en dessus et plus pâle en dessous, tombant promp- 
tement ; les inférieures longues d'un décimètre et larges de quatre centi- 
mètres et demi, les supérieures plus courtes. 

PÉTIOLES extrêmement courts, élargis à leur base qui embrasse presque entiè- 
rement la tige ou les branches, velus, subsistans après la chute des feuilles. 

Fleurs au sommet des rameaux, solitaires, droites, presque sessiles, d'un 
beau jaune, répandant une odeur fétide, aussi grandes que celles du Ciste 
ladanifère. 



^ 



Calice formé de cinq folioles ouvertes, ovales, pointues, concaves, glabres 

en dedans^ soyeuses en dehors, coriaces, d'un vert-blanchâtre , subsistantes, 
- plus courtes que les pétales. 

r 

PÉTALES cinq, insérés sous l'ovaire, alternes avec les folioles du calice, ou- 
verts en rose, ovales-renversés, rétrécis à leur base, finement crénelés, un 

peu concaves. 

T AMINES nombreuses, ayant la même attache que les pétales et trois fois 




plus courtes. Filets droits, filiformes, d'un jaune pâle. Anthères adhé 
rentes à la partie supérieure des filets, s'ouvrant en dedans par deux sillons; 
linéaires, obtuses, de la couleur des pétales. 
Ovaires huit, réunis intérieurement à leur base, ovales, comprimés, gla- 
bres, renfermant chacun plusieurs oviiles ou rudimcns de semences. Styles 

I * 

' en nombre égal à celui des ovaires, ouverts, cylindriques, glabres, blan- 
châtres, de la longueur des étamines. Stigmates simples ^ concaves. 



Fruit 




Obs. 1^ L'espèce que je viens de décrire est évidemment congénère du Dillenta, 

dont M. Thunberg a reformé le caractère générique dans le premier volume des Tran- 
sactions de la Société Linnéène de Londres. 

i2^ Lorsque les tiges de Dillenia volubilis commencent à pousser, elles s'élèvent' dans 
une direction presque droite j mais à mesure qu'elles s'alongent, elles deviennent volu- 
bles ou se roulent et s'entortillent autour des corps qui les approchent. 

3°. L'absence des stipules dans le Dillenia paroît confirmer l'observation de Jussieu, 
qui pense que ce genre a de l'affinité avec les Magnoliers , mais qu'il ne doit pas en faire 
partie. 



I 



Expl. des fig. I , Fleur dont on n'a conservé qu'un pétale , pour montrer l'insertion 
de la corolle et des étamines. 2 , Une étamine de grandeur naturelle. 3 , La même grossie. 
4, Calice et Pistil. 



> 



\ 



12 




CROT 





PENICILLJTUM. 



A 




Fam. des Euphorbes, Juss. — Monoécie Monadelpiiie, 

LiNN. 






'^ '^^^- ^A^^^^^^^cK/t^ 





A 



CROT ON foliis cordatis, integerrimis , cilialisj peliolis basi apice que penicillatis ; 
slipulis setosis, ramosis; caule frulicoso. 

Cil o TON ciliato-glanduliferum. Ortega, Decçis quarta, pag. 5i. 



Arbrisseau originaire de l'île de Cuba, remarquable par ses feuilles ciliées et par ses stipules for- 



mées 



'yp ifi 



ses parties un suc laiteux, acre et caustique. Il passe l'hiver dans la serre-chaude, et fleurit pen- 



dant tout l'été. 



*1 




A CINE blancliâtre, rameuse, épaisse et presque charnue. 
Tige droite, cylindrique, recouverte dans sa partie inférieure d'un épidcrnio 
cendré 5 rameuse dans la supérieure , et parsemée de poils blanchâtres et 



couchés : h 



de huit décimètres, de la grosseur d'une plume de cygne. 
Branches alternes, ouvertes, cylindriques, feuillées, presqitc drapées. 
Rameaux ayant la direction, la forme et la couleur des branches. 

ou presque pendantes , pétiolées , munies de 
stipules, en forme de coeur, aiguës, très-entières, bordées de cils roides et 
glanduleux, relevées en dessous d'une côte rameuse, creusées en dessus d'un 
pareil nombre de sillons; molles, recouvertes sur chaque surface et princi- 



Feuil 



horizontales 



paiement sur l'inférieure de poils courts, blancl 



lispos 



étoile 



> 



répandant, lorsqu'on les froisse, une odeur de niarrubc, longues de sept 



centimètres^ larges de quatre. 
PÉTIOLES horizontaux, cylindriques, drapés, 'munis sur chaque 



de leur 



sommet d'un petit faisceau de soies rameuses et glanduleuses j de la moitié 
de la longueur des feuilles. 
Stipules distinctes du pétiole et insérées au-dessous de sa base , subsistantes 
après la chute des feuilles , formées d'un faisceau de "soies rameuses, glan- 



duleuses, inégales, longues de 



G 



sept millimètres, 
au sommet de la tige , des branches et 




rameaux: sollt 



> 



droites, simples, monoïques, longues de quatre centimètres. 
Fleurs pédiculées, larges de quinze millimètres : les inférieures femelles et 

une corolle d'un blanc 



dépourvues de 
de lait. 



les supérieures mâles, ayant 



' m 



\ 



•t. 



F 



P 



)icuLES presque droits, de la forme et de la couleur des pétioles, munis 
leur base et à leur sommet d'un petit faisceau de soies rameuses et glan- 



duleuses j longs d'un centimètre. 

Fleurs mâles. 

Calice formé de cinq folioles ouvertes, ovales , aiguës 

en dehors, concaves et glabres intérieurement. 

Pétales cinq , insérés 



drap 



sur un 



disque glanduleux 



fond du cal 




ouverts, en forme de spatule, alternes avec les folioles du calice et plus Ion 
T AMINES nombreuses, attachées au disque qui porte les pétales. Filt 



disposés sur trois rangées, capillaires, d'un blanc d 
les pétales. JInt hères droites, linéaires, 
sillons latéraux, de la couleur des filets. 



î neige, plus longs que 
comprimées, s'ouvrant sur les 



Fleurs femelles. 

Calice à cinq ou six folioles droites, oblongues, aiguës, drapées, ciliées, sub 
sistantes. 



Corolle nulle. 

OvA 1 RE porté sur un disque glanduleux et jaunâtre; entouré à sa base de soies 
simples ou rameuses, arrondi, creusé de trois sillons , hérissé de poils blancs. 
Styles trois , à cinq ou six divisions ouvertes , filiformes , velues dans leur 
partie inférieure, subsistantes, plus longues que le calice. Stigmates 



recourbés et comme crochus , sillonnés en dehors. 



F 



par le cal 



coques , drap 



arrondi , creusé de troiî 
des styles subsistans. Coq 



11 



formé 




e 



élasticité en deux valves qui se contournent; à une seule semence. 

L 

Placenta central, cylindrique, épaissi à son sommet et divisé en trois lobes 
qui pénètrent chacun dans une coque et adhèrent aux semences. Semeistces 
solitaires, convexes en dehors, anguleuses intérieurement, munies d'un 
tubercule à leur sommet , d'un gris de perle , luisantes. 



V 



Obs. L'enveloppe intérieure du Croton penicillatum ne peut pas être considérée comme 
faisant partie du calice, puisqu'elle se sépare facilement de cet organe, comme on le voit 



dans la figure 2. Il ne paroît pas 



que les étamines 



celte espèce, a moins qu'on ne prenne pour leur base le disq 
insérées ainsi que la corolle. 



monadelphes dans 
r lequel elles sont 



Expl desfig. 1, Fleur mâle. 2, La même dont on a retranché le calice, présentée en 
dessous, pour montrer le disque qui porte la corolle et les étamines. 3, Fleur femelle. 

pour montrer l'ovaire entouré à sa base de filets rameux , et 
Fruit. 6. Le même sans calice. 7, Placenta. 8, Une coque 



4 , La même 



r 

tyles d 



intérieurement. 9, Deux semences vues sur chacune de leurs faces 



i 



■-( 



i3 



1 
i 



«. 





\ 



MIM 




SA 



FLORI BU N DA. 



Fa M. des LécuMiNEUSES. Juss. 



Polygamie MonoÉcie 



LiNN, Syst, Vegetah. ^. i, Foliis simpUcibus, 



\ 



î 



MIMOSA foliis sparsis, lanceolato-linearibus, subfalcatis; spicis axillaribus, longilu 
dine foliorumj pelalis reflexis. 



% 



Arbrisseau originaire de Botany-Bay, d'un port élégant, couvert dans la partie supé 



rameaux 



un contraste agréable avec le vert tendre des feuilles. Il est cultivé depuis plusieurs années chez 
M. Cels. II passe l'hiver dans l'orangerie, et fleurit au coramencement du printemps. 




iGE droite, cylindrique, trcs-rameuse , d'un brun cendré, liaute de doux 
mètres, deux fois plus grosse que le pouce. Urancues allerncs, ouvertes, 
courbées à leur sommet, anguleuses, flexibles, d'un brun rougeAtre, nues 
dans leur partie inférieure et parsemées de tubercules sur lesquels étoient 



insérées les feuilles. Rameaux nombreux, rapprocliés, ayant la direction. 



la forme 



1 



ul 



a couleur 



d 



branches; paroissant glanduleux et pub 




/ 



f p 




lorsqu'on les observe avec la loupe. 

EUiLLES cparses, droites, sessilcs et articulées sur un tubercule saillant, 
obliques, linéaires et en lance, amincies à leur base et à leur sommet, sur- 
montées d'une petite pointe, légèrement courbées en faux, striées ou rele- 
vées de quelques nervures; d'un vert gai, blancbâtres et cartilagineuses sur 
leurs bords, longues d'un décimètre, larges de cinq millimètres; les supé- 
rieures insensiblement plus courtes. 

PIS axillaires, solitaires, horizontaux et recourbés, grêles, presque sem- 
blablcs aux chatons du Chêne roure, de la longueur des feuilles. AxEsà^s 



Épis cylindriques, glabres, d 



pâle, entourés à leur base de 



petites écailles ou débris des bourgeons, munis par intervalles de fleurs 
groupées et dont la plupart tombent avant de s'épanouir. 



Fleurs rapprochées deux à deux et presque opposées sur l'axe 
horizontales, munies de bractées; le plus souvent hermaphrodi 




e 



1> ' ■ • 
epi, 

quel- 



quefois simplement mâles , d'un jaune soufre , répandant une foible odeur 
de jasmin , longues et larges de cinq millimètres. 
Bractées situées à la base des fleurs, ovales, obtuses, concaves, membraneu- 
ses, de couleur de rouille, de la longueur du calice, tombant promptement. 



Calice d'une seule pièce, en cloche, membraneux, d'un jaune très-pâle, 
divisé à son limbe en quatre ou cinq dents, trois fois plus court que la corolle. 



Corolle formée de quatre ou cinq pétales attachés à la base du calice, et 
alternes avec les découpures de son limbe , réfléchis et recourbés, ovales. 



aigus. 
Examines nombreuses , insérées sur le cal 



dessous de la corolle. Filets 



libres dans toute leur étendue, rapprochés à leur base, étalés en forme de 
houppe dans leur partie supérieure , capillaires , de la couleur des pétales 
et deux fois plus longs. Anthères droites, arrondies, à deux lobes, très- 



petites 



3 



de la couleur des filets. 



Ovaire libre, ovale, légèrement comprimé, glabre, verdâtre. Style laté- 

rai , capillaire, droit, lâche, plus long que les étamines. Stigmate simple, 
obtus. 

Fruit 



Obs. l^ Les espèces du genre Mimosa Linn. différent entr'elles non-seulement par leur 
portj mais encore par le plus grand nombre des caractères de la fructification. Les unes 
ont les fleurs hermaphrodites, et les autres ont les fleurs simplement mâles ou femelles. 
La corolle est ordinairement poîypétale ou monopétale, et quelquefois il n'existe aucune 
trace de cet organe. Les étamines sont nombreuses ou en nombre déterminé; et leurs 

■ 

filets sont distincts ou monadelphes. Le fruit présente également de grandes différences. 
Le péricarpe d'une substance membraneuse, ou charnue, ou ligneuse, est continu ou 
articulé: et le nombre des semences est sujet à varier. Il est évident que des caractères 
si opposés nécessitent des divisions dans le genre Mimosa Linn. 

a". J'ai rapporté à la section des feuilles simples la plante que je viens de décrire : mais 
comme il est reconnu que l'organe auquel on donne le nom de Feuilles dans plusieurs 
espèces du genre Mimosa, est un vrai pétiole, puisqu'il porte des feuilles dans les jeunes 
individus qui proviennent de graines , il paroît nécessaire d'établir dans ce genre une nou- 
velle section qui comprendra les espèces dont îes tiges adultes portent des pétioles dépour- 
vus de feuilles. 

5°. Le Mimosa floribunda se rapproche par quelques caractères des espèces nommées 
suaçeolens (i) et longifolia (2). Il se distingue aisément delà première par ses fleurs qui 
ne sont point pédiculées et disposées en grappes^ et il diffère sur-tout de la seconde par 
ses épis alternes, grêles et alongés. Il est probable que le fruit, s'il étoit connu, fourni- 
roit encore des différences. 



/ 



Expl. des jig. 1, Fleur peu développée, munie d'une bractée à sa base. 2, La même 
épanouie. 5, Un pétale. 4, Calice. 5, Une étamine. 6, Le pistil. (Figures grossies.) 



(1) Smith Transact, ofthe Linn, Societ. vol. 1 , pag. 255 

r 

(2) Andrews Botan. Repont. pag. et pL 207. 



I 



i 



i 



jâk 



-: m — j 



i4 






AGALLI 




i 



FRUTICOSA. 



Fam. desLYSiMACHiES, Juss. — Pentandrie Monogynie 

LiNN. 



5 



ANAGALLIS foliis ternis^ cordato-lanceolalis , amplexîcaulibus ; caule frutîcoso, 



teretij ramis angulosis. 



Arbust 



très-grandes et couleur de coquelicot; orîgînaîre d'Afrî- 



M. Cels • de eraînes envoyées de Mosador par M 



passe l'hiver dans Torangerie, et fleurit presque toute l'année 



i- 




A CI NE rameuse, fibreuse, d'un brun cendré. 
Tige de la grosseur d'une plume à écrire, haute de six décimètres; droite, 
cylindrique, rameuse et recouverte d'un épiderme gercé et de couleur brune 
dans sa partie inférieure; flexible, tombante, télragone, fcuillée et d'un 
vert pâle avec une teinte violclle dans sa partie supérieure. Rameaux dis- 
posés en verticilles, au nombre de trois, glabres, ayant la direction, la 
forme et la couleur de la partie supérieure de la tige. 

Feuilles vçrticillées au nombre de trois, horizontales et réfléchies, échan- 



crécs à leur base . embra 



tige ou les rameau 



1 



algues , 



glabres, un peu rudes au toucher sur leurs bords, relevées sur la surface 
inférieure de trois nervures, dont deux latérales peu saillantes; creusées sur la 
supérieure d'un pareil nombre de sillons; d'un vert foncé en dessus, d'un vert 
pâle en dessous, plus courtes que les cntrc-nocuds, larges de sept millimètres. 
Fleurs dans les aisselles des verticilles supérieurs, en nombre égal à celui 
des feuilles, pédiculées, horizontales, couleur de coquelicot, larges de vingt- 
deux millimètres. 

PÉDICULES opposés aux feuilles et plus longs; cylindriques, recourbés, gla- 
bres, s'alongeant à mesure que le fruit se forme. 

Calice à cinq divisions profondes, en lance, pointues, convexes et relevées 
d'une nervure longitudinale, membraneuses sur leurs bords, plus courtes 
que la corolle, subsistantes. 

Corolle monopétale, hypogyne, en forme de roue. Tube presque nul. 
LéiMBE à cinq divisions profondes, alternes avec les découpures du calice. 



ovales-arrond 



légèrement crénelées 



en 




dans leur partie inférieure qui est d'un rouge de 



t 



Étam 



cinq, insérées à la base de la corolle, opposées à ses divis 




courtes. Filets dro 



alêne, velus, d'un rouge violet. An 



THÈREs mobiles, linéaires, obtuses, s'ouvrant sur les sillons latéraux, d'un 

w 

■ 

jaune citron. » 

Ovaire libre, globuleux, blanchâtre. Style filiforme, abaissé et recourbé, 
de la couleur et de la longueur des filets, subsistant. Stigmate en 



tôte 



verdâtre 



Capsule recouverte par le calice, globuleuse, surmontée du style, relevée 
de cinq nervures peu apparentes, à une loee, s'ouvrant transversalement. 



d'un bru 



endr 



k 

Semences nombreuses, anguleuses, tronquées à leur sommet, de couleur 
cendrée, portées sur un placenta central, libre, globuleux, creusé d'alvéoles 
ou petites cellules. 



Obs. \Ju4nagallis fruticosa se distingue de toutes les espèces connues du genre par 
sa tige ligneuse, et par la couleur de ses fleurs. 



--. 



EafpJ. des fig, ] , Fleur vue par derrière. 2 , Corolle vue en deliors. 5 , Une étamine 
de grandeur naturelle. 4, Calice et Pistil. 5, Capsule recouverte par le calice et surmontée 
du style. 6 , La même dont on a retrancbé les divisions du calice ; s'ouvrant transversa- 
lement en deux valves. 7 , Une semence. 



t 







V -'. 







. \ 



"1 



i5 



COLLETIA 



SERRATIFOLIA. 



r 

Fam. des Nerpruns, Juss. 



? 



LlNN, 



Pentandrie Monogynie 



? 



COLLETIA foliis oblongis, obtusis, argutè serratis ; florlbus apetalis. Vent. Hort 

Cels. pag. 02. 

Rhamnus sparlium. Ex Herbarlo Dombey. 



Arbrisseau épineux, ayant le port d'un Lycium, originaire du Pérou, se distinguant aisément 
des autres espèces du genre par ses feuilles nombreuses, dentées en scie et subsistantes. 



1 iGE droite, cylindrique, garnie d'un grand nombre de rameaux, noueuse, 

munie d'épines, glabre, d'un vert cendré. JS^i^A^c///?.*? opposées, tros-ou- 
vertes, feuillées, pliantes, de la forme et de la couleur de la tige. Rameaux 
axillaires, nombreux, rapprochés, horizontaux, opposés en croix, épineux 
vers leur sommet, entourés à leur base de qucîcpics écailles dos boulonsj de 
la forme et de la couleur des branches. 

Epines naissant dans les aisselles des branches, des rameaux et des feuilles; 
opposées en croix, très-ouvertes, simples, souvent nues, quelquefois feuil- 
lées , de la longueur des entre-noeuds. 

Feuilles dans les noeuds des branches et des rameaux, «ntourécs à leur 
base de quelques écailles subsistantes des boutons, qu'on prcndroit pour des 
stipules; opposées, horizontales, pétiolées, oblongues, obtuses, dentées en 
scie, relevées d'une côte saillante , glabres, d'un vert foncé en dessus, d'un 



vert pâle en dessous, longues de douze millimètres, larges de 



cmq 



PÉTIOLES ouverts, très-courts, convexes en dehors, sillonnes intérieure- 
ment , glabres , de la couleur des feuilles. 

PÉDONCULES quelquefois solitaires, plus souvent au nombre de deux ou 
de trois , axillaires, entourés à leur base des écailles subsistantes des boutons; 
un peu courbés , filiformes, à une fleur, glabres, de la couleur et de la Ion- 

r 

gueur des feuilles. 
Fleurs penchées, d'unjaune sale, longues de neuf mi 

Calice en 



:1 



cmq 



godet , glabre , divisé à son limbe en cinq découpures réfléch 



oval 



aiguës, très-courtes; muni intérieurement 



b 



de 



cmq 




en forme d'écaillés, relevé de dix nervures peu apparentes, dont cinq cor 



respondent 



divisions du limbe 



> 



cinq aux étamines 



\ 



/ 




a 



insérées dans les sinus du limbe du 



Filets nuls 



ANTHÈRES arrondies, à deux lobes, s'ouvranl laléralenient. 
Ovaire en forme de poire renversée, creusé de trois sillons, glabre. Style 

cylindrique, de la longueur du calice. Stigmate obtus, à trois donts. 
Fruit porté sur la base subsislaute du calice, formé de trois coqnos, d'un 

brun clair. CoqUEs recouvertes d'iuie ccorce qui se détaclic aisément, s'oii- 

> 

vrant intérieurement avec élasticité en deux valves, no contenant qu'une 
semence. 
Semences adhérentes parleur base au fond de la coque, convexes d'un côté, 
relevées de l'autre d'une nervure et creusées de deux cavités : luisantes, noi- 



râtres. 



Expl. des Jîg. 1 , Fleur de grandeur naturelle. 2, La mcmc grossie et onvertp, pour 
montrer l'attache des étamînes, et les cinq plis en forme d écailles situés à la base inlé- 
rieure du calice. 5, Pistil. 4, Fruit. 



* 



* 



/ 



I 




■ - 




l 

^ 





LLE 




TA 



EPHEDRA. 



r 



Fam. des Nerpruns 

LiNN. 



5 



Juss, 



Pentandrie Monogynie 



? 



r 

COLLETIA aphylja; ramîs erectis^ implexis, apicè spînosisj iloribus in nodis ramu- 

lorum glomeratis. 
Rhamnus ephedra. Ex Herbario Dombey. 



Arbrisseau ayant le port d^un Ephedra , originaire du Pérou, divisé en un grand nombre de 
rameaux dépourvus de feuilles, et terminés à leur sommet par une épine. 




É 



iGE droite, cylindrique, noueuse, très-rameuse, recouverte d'un épiderme 

n 

gercé et d'un vert cendré. Branches opposées , rapprochées , presque 
droites, de la forme et de la couleur de la tige, garnies de rameaux dans 

■ 

toute leur longueur. Rameaux dans les noeuds des branches, munis à leur 
hase et dans leur étendue des écailles subsistantes des boutons 3 opposés en 
croix, rapprochés, droits, entrelacés, cylindriques, terminés à leur sommet 
par une épine. 

CAILLES droites, ovales, pointues, parsemées en dehors de poils courts et 
peu apparens, velues en dedans, de couleur de rouille, extrêmement courtes, 
subsistantes : celles de la base et de la partie supérieure des rameaux, nom- 
breuses et verticillées sur deux ou trois rangées^ celles de la partie infé- 
rieure et moyenne au nombre de deux , opposées en croix, 
LEURS dans les noeuds des rameaux, entourées d'écaillés à leur base, rap- 
prochées par petits paquets opposés, de la grandeur de celles de l'Alaterne : 

■ 

les extérieures sessiles^ celles du centre pédiculées. 
PÉDICULES droits, cylindriques, pubescens, à une fleur, très-courts. 

« 

Calice en godet, pubescent en dehors, velu intérieurement à sa base, divisé 
à son limbe en cinq découpures, droites, ovales, aiguës. 

■m 

PÉTALES cinq, insérés au dessous du limbe du calice et alternes avec ses 
découpures 3 semblables à des écailles, ovales-arrondis, glabres, concaves, 

i 

recouvrant les anthères. 
Et AMINE s cinq, attachées au milieu du calice et plus courtes. Filets com- 
primés, adhérens au calice dans presque toute leur étendue , libres et coudés 
vers leur sommet. ué.NTHÈREs arrondies , à deux lobes, s'ouvrant latéra- 
lement. . 



F 



\ 



O VA IRE libre , globuleux , velu 



de trois sillons peu apparens. St 



cylindrique, épais, très-court. Stigmate obtus, à trois dents. 



\ 



Fruit 



4 

Obs. 1°. Le nom spécifique à^EpJiedra donné par Dombey à la plante que je viens de 
décrire, est une preuve que cette espèce est distincte du Colletia obcordata (i), dont les 
boutons à fleurs et à feuilles se développent en même temps. Est-il probable que le savant 
Naturaliste français qui avoit observé plusieurs individus du Colletia cphcdra , qui 
en avoit récolté un grand nombre d'échantillons, eût designé cette espèce parle nom d'un 
végétal absolument dépourvu de feuilles, sans avoir acquis auparavant la certitude que 



nom convenoit parfaitement à la pi 



qu'il avoit d 



Le Colletia ephedra ne diffère pas seulement du Colletia obcordata par l'absence 



des feuilles; il se distingue encore par ses rameaux d 
épineux à leur sommet, par son inflorescence, &c. &( 



entrelacés 



plemcnt 



X 

Expl desjîg. 1, Fleur de grandeur naturelle. 2, La même grossie et ouverte, pour 
montrer l'attache et la forme des pétales qui recouvrent les anthères. 3, Pistil grossi. 



(i) Hort, Cels. pag. et pi. 92. 



/ 



x 



I 





SPARTIUM 



Fam. des LÉGUMINEUSES, Juss, 



SERICEUM 



DiADELPHIE DÉCÂNDRIE 



? 



LiNN. Syst. f^egetab. ^. il. Follls ternatis. 



SPARTIUM ramis striatis, inferiorlbûs aphyllis j foliolis sublùs sericeis 3 floribus 
terminalibus , capitatisj legu minibus subclavalis ^ inonosperrais. 



Arbrisseau cultivé depuis quelques années chez M. Cels , de graines envoyées de Mogador par 
M. Broussonet; remarquable par ses feuilles soyeuses et argentées, et par ses fleurs d'un jaune doré, 
rapprochées en tête et presque disposées en ombelle au sommet dw rameaux. 



Tige droite, cylindrique, Irès-ramcuso, reconverlc dVii épidortnc qui est do 

L 
■ ■ 

couleur cendrée, et qui s'enlève par lambeaux j linutc de neuf duciniètrcâ, 

> ■ 

de la grosseur du petit doigt. Brancues d'un vert cendre , alurnes et rap- 
prochées, droites, cylindriques, striées, nues vers leur hase et liérissécs de 

^ 

tubercules, feuillées dans leur partie supérieure, parsemées dans toute leur 
étendue de poils couchés. Rameaux axillaires, ayant la direction et la 
forme des branches : les inférieurs nus cl d'un vert cendré; les supérieurs 
blanchâtres , soyeux et garnis de feuilles dans toute leur étendue. 
Feuilles alternes, quelques-unes très - rapprochées et paroissant vcrtî- 



Llroites, pétioléos, articulées, lernées, soyeuses 



face inféri 



1 



d'un vert pâle sur Lt sup 



niées sur la sur- 
Folioles peu 



unes des autres, sessiles, linéaires et en lance, aîgués . con 



> 



caves, longues d'un ceulimètre, larges de deux millimètres. 



^. 



PÉTIOLES très-courts, semblables à des tubercules saillans; convexes et striés 
en dehors, soyeux, subsistans. 

Fleurs au sommet des branches et des rameaux, nombreuses, rapprochées 
en une tète déprimée, presque sessiles, munies de bradées, d'un jaune doré, 
de la grandeur de celles du Spartium iriquctrum : les extérieures se déve- 
loppant les premières. 

Pédicules extrêmement courts, cylindriques, soyeux, blanchâtres. 

Bractées au nombre de trois, droites, très-velues, d'un jaune pâle : une 
à la base du pédicule , concave, en lance, pointue; les deux autres au som- 

F 

met du pédicule, opposées, linéaires. 
Calice tubulé, soyeux en dehors, glabre en dedans. 



divisé à son limbe 



-V .'îj; 



t 






deux lèvres : subsistant. LèrRE supérieure à deux découp 



aiguës. LÈVRE INFÉRIEURE plus longue, à 



trois dents. 



CoROiiLE attachée à la base du calice, papillonacée , formée de cinq pétales 
munis chacun d'un onglet à leur base. Étendard droit, ovale-arrondi , 
strié. Ailes rapprochées de l'étendard et plus courtes, recouvrant la carcne , 
oblongues , obtuses , munies d'une oreillette sur le côté de la base qui est 
opposé à l'onglet. Carène divisée en deux pétales sojëux en dehors, de la 
forme des ailes et plus courts. 

ri 

Etamines dix, insérées sur le calice au-dessous de la corolle. Fieets ^wxi 



jaune très-pâle 



dans presque toute leur étendue en une gaine 1 



■ 

rement comprimée {monadelphes) , libres vers 1 

ment plus courts. 
Ovaire linéaire, 1 



alternat 



Anthères 1 



d'un faune d 



gèrement comprimé , soyeux. Style filiforme , courb 



blanchâtre, subsistant. Stigmate simple. 



L 



du 



al 



forme de massue , la 



à sa base, 
îux . blanch 



surmonté d 
itre. à une 




fl 



presque 



loce , s'ouvrant en d 



o 



alves , ne contenant qu'une seule 



Semence ovale, obtuse, légèrement comprimée, d'un jaune très-pâle 



cliée par 



don ombilical vers le sommet de la 



sup 



S 



Obs. Les genres nommés par Lînnœus Spartium^ Genistj et Cytisus sont si difE 



déterminer, que jusqu'à présent aucun Botaniste n'a iî 



exactitude 



tables limites (i). L'espèce que je viens de décrire est évidemment congénère d 



I 



Spartium de Tournefort \ et ce genre qui a été réuni par M" de Lamarck et de Ju 
me paroît non-seulernent devoir être conservé, mais encore devoir être établi si 
caractères assignés par l'immortel Auteur des Institutione s Rei Herhariœ. 



les 



1 

ExpL des fig. I , Fleur pédiculée et mmiîe de bractées. 2 , Pétales. 3^ Calice et organes 

etamines ouverte. 5, Pistil. 6, Fruit. 7, Une valve du légume 



Gaine des 



avec 



1 



semence 



(1) Voyez Tableau du Règne Végétal, vol. 5, pag. 589; et Géneros y Especies de Plantas 
demoôtradas en las lecciones publicas del Slgnor Cavamlles, Jlno 1802, pag. 555. 



I 



y» 



^^gg^ 



_L T 



i8 




CESTRUM 



Fa M. des Solanées, Juss 

LlNN. 



% 

% 



MACROPH YLL U M. 



Pentandrie Monogynie 



> 



CESTRUM filamentis denticulatis j foliis ovato-oblongis , acuminatis, glaberrimis 5 
floribus fasciculatis , sessilibus. 



Arbrisseau toujours vert, orîeînaire des A 



de l'expédilion commandée parle Capitaine Baudin , cultivé depuis plusieurs années chez M. Cels. 



passe 




A CINE rameuse, de couleur cendrée. 



\ 



Tige haute de deux mètres, d 



grosseur du pouce, droite , cylindrîqu 



rameuse, recouverte d'une ccorce qui est mince, d'un grîs cendre^ vl peu 

* 

gercée, R^ ME Jux alternes, ouverts, de la forme de la tige, articulas h leur 



base . fcuill<5s dans 



leur étendue , d'un vert foncé 



c 



leur parti 



supérieure 



Feuilles alternes, peu rapprochées, horizontales et réfléchies, pctiolécs, 
ovalcs-oblongues, terminées en pointe, Irès-entièrcs , légèrement ondées, 
parfaitement glabres, relevées d'une côte saillante et noirâtre, veinées, d'un 
vert foncé en dessus et plus pâle en dessous, subsistantes pendant l'hiv^cr, 
paroissant pointillées, lorsqu'on les observe k la loupe; répandant, lors- 
qu'on les froisse , une odeur qui approche de celle des feuilles du Noyer ; 
longues de seize centimètres, larges de huit. 

PÉTIOLES horizontaux, articulés à leur base, cylindriques, sillonnés inté- 

é ■ 

rîeurement, très-glabres, d'un pourpre noirâtre, longs de deux centimètres. 
Fleurs éparses dans la partie supérieure de la tige et sur les rameaux, axil- 
laires ou naissant au-dessus de l'articulation des pétioles , rapprochées par 
petits bouquets; sessiles, munies de bractées, peu odorantes, d'abord d'un 
blanc de lait, ensuite d'un jaune pâle, enfin 




couleur de rouille et se 
flétrissant; longues de seize millimètres, larges de dix. 
Bractées droites, linéaires, concaves, recouvertes d'un duvet de couleur de 

rouille, longues de cinq millimètres, tombant promptement. 
Calice d'une seule pièce, tubulé, glabre, d'un vert pâle, divisé à son limbe 
en cinq dents droites et très-courtes. 

monopétale , insérée sur le réceptacle de l'ovaire , 



C 



en forme d 



— ^ 



- '-' v-t". - 



4 



tonnoir. Tube insensiblement dilaté , trois fois plus long que le calice. 
Limbe ouvert, à cinq divisions ovales et aiguës. 

Examines cinq, insérées vers la base delà corolle, renfermées dans le tube. 
Filets capillaires, adhérens au tube dans leur partie inférieure, libres 
dans la supérieure, légèrement coudés dans la moyenne et munis d'une 
petite dent. Anthères arrondies, à deux lobes distincts , de couleur brune. 

Ovaire libre, ovale-arrondi, d'un blanc jaunâtre , porté sur un réceptacle 
peu saillant Style filiforme, un peu plus long que les étamînes , renfornié 

y 

dans le tube, blanchâtre. Stigmate épais, obtus, formé de deux lames qui 
se rejoignent par leurs bords et représentent un petit entonnoir. 



Fruit 



.. Obs. 1°. Lca plante que je viens de décrire a de si grands rapports avec le Cestrum 
laurifoîium y qu'il pourroit se faire qu^elle n'en fût qu'une variété. Elle se distingue 
néanmoins par l'époque de son inflorescence j par ses feuilles très-grandes , moins rappro- 
chées, et presque point coriaces j par ses fleurs absolument sessilcs, et d'un blanc de lait, 
lorsqu'elles sont fraîchement écloses j par les filets des étamines qui, dans toutes les fleurs 
que j'ai observées, sont constamment pourvus d'une petite dent; et par. la présence des 
bractées qui sont peu apparentes, selon L'Héritier, dans le Cestrum laurifoUtim. 
2**. Le Cestrum macrophyllum est cultivé dans presque tous les jardins de Paris. J'ai 

w 
H 

VU au Val-de-Grace des individus de celte plante dont les pousses de l'année avoient 
plus d'un mètre de longueur. 

5^. Le Cestrum dont l'embryon n'est point roulé en spirale ou courbé en anneau , dont 
les cotylédons sont orbiculaires et planes, et dont les fleurs ne sont point extra-axillaires, 
appartient-il véritablement à la famille des Soljnées? Ce genre ne pourroit-ii pas être 
rapporté aux Jasminèes , puisqu'il n'en diffère que par le nombre des étamines? Ses 
caractères annonceroienl-ils simplement que les Solanèes et les Jasmin ^es doivent être 
rapprochées dans l'ordre naturel, et qu'il fournit une transition entre ces deux familles? 



Expl.desjig. 1, Une bractée. 2, Corolle ouverte pour montrer les dents situées au 
milieu des filets des étamines. 5, Calice et Pistil. 4, Pistil grossi pour montrer le récep- 
tacle de l'ovaire et la forme du stigmate. 






!K 



»9 




I 



\ 




ORYDALIS 



I 



FUNGOSA, 



Fa M. des Papavéracées, Juss, 



DlADELPlIIE HeXANDRIE, LiNN, 



CORYDALIS caule scandente ; racemis axillaribus , cor^nnbosis , cernuis ; 
corollis moiiopetalis, basi bigibbis. 

Fvmxmk fungosa. Floribus basi bigibbis; sîliqiiis linearibus, ancipitibus, coroUà 
fimgoso - inflatâ tectis ; foliis scandentibiis. Ait. Hort. Kewens, 3. pag. i. 

FuMARiAywwg'OJûf. Caule scandente; corymbis axillaribus; corollis basi bigibbis. 
TViLLDEN. Spec. Plantar. 

FuMARiA recta. Caule subscandente j foliis cirrhatls- spîcis laxifloris; corolla 

majusculâj recta^ basi snba?qiialî. Micii. Flor. Boreali-Americ. 2. pag* 5i. Ex 
Herhar. Michaux. 



Plante herbacée, bisannuelle, grimpante, originaire du Nord de rAmcrîq 



à un mètre et demi : fie 



au commencement de Tétc. Son feuillage ressemble 



beaucoup a celui du Thalic trum minus 



\ 



g 



r 

liGES nombreuses, de la grosseur d'une plume à écrire, s'élcvanî autour des 

corps qu'elles rencontrent parle luuyeii drs vrilles qui terminent les fcuilUs; 

cylindriques, Lrès-simples, glabres, profondémenl striées, d'un vert pMc avec 

une légère teinte purpurine. 
Feuilles alternes, distantes, horizontales, pétiolécs, surcomposées, terminées à 

leur sommet par une vrille rarement simple, plus souvent rameuse, et quelquefois 

munie de très-pelÎLes feuilles. Feuilles primaires pélîolées, deux fois tcrnces. 

Feuilles secondaires pi'lîolc'es et siinj>lejrieiif leriK^s. Folioles se prolon- 
eant sur leurs p(:li(»les, vn forme de coin, ordinairement à trois lobes, mimies 

d'une gl.inde à leur sommet; glabres, veineuses, d'un vert foncé en dessus, d'un 

vert plus pâle et presqn*' glnnqnc en dessous. 
Pétiole coMWLfN se prolongennt h sa base, courbé vers son sommet; cylindrique, 

d'un vert pâle, long de quinze centimètres. Pétioles partiels semblables au 
pétiole commun : ceux des folioles extrêmement courts. 
Grappes insérées à la base iniérieurc du pétiole commun; solitaires, rélléeViies, 

composées, lâches, peu garnies de fleurs; de la longueur des f< iiilles primaires. 
PÉDONCULES au noml)re de trois ou de cinq, eylindiiques, striés, à tiois divisions 
et à trois fleurs; les latéraux opposés, plus courts que l'impair ou que celui du 
sommet. Pédicules filiformes, renflés vers leur sommet, à une fleur, munis 
de bractées, plus longs que les pédoncules. 

Fleurs articulées au sommet des pédicules, blanchâtres avec une légère teinte de 
rose; longues de quinze millimètres. 



(l) Nom que les Grecs donnoient h la Fumetcrrc , el dont Linnicu» «"est servi pour «If^siirner une famlllf 

qui comprend le genre Fuma ri a. Le genre Corydalis est le môme que le Capsoioeê Je Toumefort ei 
de Gœrtncr. 



.' ■!•. 



^' J 



\ 



Bractées à la base des pédicules et beaucoup plus courtes^ droites, linéaires, 



C 



, membraneuses, tombant promptement. 

formé de deux folioles prolongées à leur base, opposées à chacune des 



fa 



d 



3 



dro 



5 



couleur b 



î 



en lance, -pointues, rayées 
tombant promptement. 



) 



mcmbra 



5 



d 



tubulée , irrégulière , subsistante. Tube com- 
primé, profondément écbancré à sa base, strié. Limbe extrêmement court, à 



Corolle monopétale, bypogj 



quatre divisions droites et très -rapprochées, opposées par paires : 1 
la postérieure un peu adhérentes à leur sommet, arrondies, en forme d 



> 



par les deux latérales qui 



7 



guës, fortement 



y 




et gibbeuses en dehors par la saillie des lobes du stigmate. 

rAMiNES attachées à la base de la corolle. Filets rénuis dans une grande partie 

de leur étendue en une gaine fongueuse qui adhère par chacune de ses fa 



be de la corolle, et qui est p 



son sommet en deux découpures 



Anthères au nombre de trois sur le sommet do chaque division de la 



gaine; recouvrant le stigma 
ralement. 



y 



droites, arrondies, à deux lobes, s*ouvrant laté 



Ovaire linéaire, comprimé. Style filiforme, court, subsistant. Sti'gmjti 

primé, à deux lobes. 
SiLiQUE recouverte par la corolle qui est devenue fongueuse; linéaire, comp 



com 



) 



montée du siyl 



5 



loge, s'ouvrant en deux valves sur les fa 



post 



S 



quatre ou six , attachées à un placenta fUiforme situé dans chacune 



des sutures des valves; globul 



7 



d'un noir d 



? 



luisantes. 



\ 



I 

Obs* I." Linnceus a réuni dans son genre Fcmaria^ trois genres que Touruefort avoît séparés et 
désignés par les noms de Fumaria^ Capnoijoes et Cysticapsos. Ces trois genres qui diffèrent surtout par 
la nature et la structure de leur fruit , ont été rétablis par Gaertner , et paroissent devoir être conservés , en 

donnant aux deux derniers un nom plus conforme aux principes de la science, 

I 

1,^ Le CoRi' DALis fungosa présente une exception remarquable dans les rapports que certains caractères 
ont entr''eux (l)- Tel est celui de calice d*une seule pièce , qui accompagne généralement une corolle 

r 

raonopétale. Ce caractère est tellement constant, que jusqu'à présent on n'avoît observé la conversion de 
corolle poljpétale en corolle monopétale, que dans les plantes qui avoîent déjà vm calice moriopbylle , 
comme les Carjopbyllées , les Légumineuses, etc. Dans le Corydai.is fungosa au contraire , quoique les 
pétales soient réunis j et quoique la corolle soit staminifère conformément à une première règle qui veut 

k ■ 

que les corolles monopétales portent les étamines ; néanmoins la seconde règle n'est pas observée , puisque 
le calice reste composé de deux feuilles qui tombent sépaiément. C'est le seul exemple d'infraction que 
Ton puisse citer touclumtles rapports quont entreux le calice et la corolle dans la conversion des corolles 

4 

polypétales en corolles monopétales ; et j'ai cru qu'il étoit important de le présenter avec détail. 

5.** Si Ion ne connoîssoît du genre Fumaria ou Cor ydalis que Tespèce nommé /an^o^ça , on scroît tenté 
de désigner parle nom de bractées les folioles callcinales , et de donner celui de calice à Tenveloppe colorée 
qui devient marcescente , et qui recouvre le fruit. Mais alors les étamines serolent périgynes; et le 
Fumaria ne pourroit être rapporté à la famille des Papavéracées dont II se rapproche par les principaux 
caractères. L'analogie, dans cette circonstance, doit guider le Botaniste, et le déterminer à donner une 



même 



■ 

dénomination à des organes qui existent dans des plantes évidemment congénères , 



néanmoins ces organes présentent quelques légères différences. 



quoique 



A 



4 



présente un des placentas filiformes auquel adhèrent les semences, 
(ï) JUSSIEU , Gênera Plant arum. Introduct. ^ pag. Ivij 



, pour montrer ses quatre divisions, 
en deux valves dont une , vue en dedans , 



^^ 



20 



1 




HELIANTHEMUM alyssoides 



Fa M. des Cistes, Juss, 



Polyandrie Monogynie, Lijsn, 



5 



Syst Vegetah, §. IL Exstipulati suffruticosL 



I 



HELIANTHEMUM procumbens; foliis subconnatis , lanceolatis, obtusis, 
hirsutis; pedunculis calicibusqiie hirtis. 

■ 

CiSTus alyssoides. Suffruticosiis , exstipiilatus ; foliis obloiigo-ovatis, breviter 
birsiitis, juiiioribus subincanis, adultis vcro viridibus; pedunculis calicibusque 
hirtis. LiAMARCK, Dict. n." 28. 

CiSTus alyssoides. Pourret, Chloris Narhonensis , n.** 347, pag. 18. 



*1 
■1 



Sous - arl)ris8eau garni d'un grand nombre de rameaux qui fonmuit une loiifTe làclie 

■ 

et étalée; croissant naturellement dans les landes du département de la Sarthcj cultive 
depuis plusieurs années, cliez M. Ci'ls, de graines envoyées par M. Desporlcs. 11 passe 
l'hiver en pleine terre, et fleurit au commcnccmcul de Tété. 




ACiNE rameuse j fibreuse. 

Tiges droites dans leur partie inférieure, et tombantes dans la supérieure; cylin- 
driques, très -rameuses, recouvertes d'un épidcrmc gercé et d'un brun cendré; 
longues de cinq décimètres, de la grosseur d'une plume de cygne. Branches 
opposées, ayant la direction, la forme et la couleur des tiges. i?^j/7r^t/^ penchés, 
très-courts, grêles, feuilles, hérissés \crs leur sommet de poils un peu laineux et 
blanchâtres. 

Feuilles oj)posées, horizoutales, presque sessiles, en lance, obtuses à îeursouimet, 



? 



\ 



rétrécies vers leur base, légèrement ondées sur leurs bords; relevées en dessous 
d'une nervure saillante, creusées en dessus d'un sillon; velues, d'un vert cendré, 
longues de deux centimètres, larges de cinq millimètres : les plus jeunes drapées 
entièrement recouvertes de poils courts et disposés en étoile; d'un blanc cendré. 

Pétioles extrêmement courts, dilatés sur leurs bords par le prolongement des 
feuilles, réunis à leur base, convexes en dehors, sillonnés en dedans, drapés, de 
la couleur des feuilles. 

Pédoncules deux ou trois, au sommet des rameaux; droits, cylindriques, divisés 
velus, d'un vert blanchâtre, s'alongeant, ainsi que leurs divisions, à mesure que 
le fruit se forme. Pédicules ayant la direction, la forme et la couleur des 



> 



pédoncidcs; à une fleur, munis de bradées. 



> 



M-'j - jDJr. ^- 'T-- '. 



I 



\ 



Fleurs rapprochées par petits Loiiq 



y 



d'un jaune soufre, de la grandeur d 



du Ciste à feuilles d'HalIme; de peu de du 



5 



du 



matin et perdant leur corolle sur le midi : celle du centre se développant 

première. 
Bractées à la base des pédicules; solitaires, droites, 



linéaires , oLiuses , de la 



couleur des feuilles. 



Calice à trois folioles, velu, subsistant, blancbrare. Folioles trcs-ouvcrtcs 



? 



ovales, aiguës, veinées, 
longueur de la fleur. 



membraneuses sur un de leurs bords; de la moitié de la 



> 



P 



f 9 



cmq , insères sous 



l'ovaire , très 



pe 



écartés les uns d 



autres; en forme de 



) 



tronqués obliquement et crénelés ou ondes 



leur 



sommet; concaves 



5 



rayés, tombant promptcment. 




TAMiNES nombreuses, très -ouvertes, ayant la même attache que la corolle et 
beaucoup plus courtes. Filets filiformes, de la couleur des pélalcs. ANTUÈnr.s 
droites, ovales, creusées de quatre sillons, s'ouvrant latéralement, d'un jaune 

■ 

orange. 
Ovaire globuleux, très-velu, blanchâtre. Style filiforme, droit, plus court que 
les étamines; subsistant. ^r/GM^rrr pavoisé, orbiculaire, à trois lobes concaves 



et frangés. 



/ 



Capsule recouverte par le calice subsistant, et devenu d'une couleur de pourpre 
assez vif; globuleuse, delà grosseur d'un pois, relevée de trois angles peu saillants, 
uniloculaire, s*ouvrant en trois valves; de couleur cendrée, /^z^f:^ tapissées 
intérieurement d'une membrane, sur le milieu de laquelle est une nervure 
saillante qui fait les fonctions de j)lacenta. 

Semences nombreuses, anguleuses, de couleur brune, insérées chacune par un 

T. 

J 

filet court à la nervure saillante sur la membrane qui tapisse les valves. 

I r I 

Obs, J'ai rapporté l'espèce que je viens de décrire slV Hel i Ant H e mu M àe ïournefort. 
Ce genre qui a été rétabli par M. de Jussieu, par Gœrtner, etc. diffère essentiellement de 
celui du Ciste auquel Linnseus l'avoit réuni, non -seulement par la structure du fruit, mais 
encore par celle de la semence. Dans le Ctstus, la capsule est ordinairement à cinq loges 
et à cinq valves, quelquefois a dix loges et a dix valves 5 les semences sont attachées 
l'angle intérieur des loges 3 et l'embryon est fdiforme et roulé en spirale. jy^mV H E L T ^ 2 
THEMUM au contraire, la capsule est toujours uniloculaire et trivalvej les semences so 
altachées à une nervure saillante sur le milieu de la membrane qui tapisse les valves • et 



a 



ra 



di 



gèrement courbée sur les lobes qui sont pi 



à 

ExpL desfg. I , Fleur dont on n'a conservé qu'un pétale, pour montrer l'allaclie de 



des étamines 



Une étamîne g 



-^' 



5. Pist 



grossi. 4i Fruit ou capsul 



recouverte par le calice. 5, Capsule nue. 6, La même ouverte pour montrer la memb 
qui tapisse les valves, et qui est relevée d'une nervure longitudinale à laquelle adhère 
les semences. 7, Quelques semences. 



1 



21 




CISSU 




ANTARCTICUS. 



Fa M. des Vignes, Jus s 



Tétrandrie Monogynie, Linn 



1 



CI s su s foliis ovatîs, laxè serratis,'glabriusculis, subtùs glandulosis. 



Arbrisseau sarmenteux, originaire de la Nouvelle Hollande, cultivé depuis plusieurs 
années chez M. Cels. Il passe l'hiver dans l'orangerie, cl fleurit pendant l'été. 




ïiGE grimpante, cylindrique, rameuse, munie de vrilles, recouverte dans sa 
partie inférieure d'un épidémie noirâtre et gercé; d'un vert pAle, quelquefois 
rougc^trc dans sa partie supéricuie; longue d'un mètre et demi, de la grosseur 
de l'index. Branches articulées, alf ornes, ayaul 1;» dîtec tion, la fuinie et la 
couleur de la tige; parsemées de tubercules blancbàlrcs et peu saillants. 
Rameaux axillaîres, recouverts dans leur partie supérieure de poils blancs cl 
coucbés. 

Vrilles opposées aux feuilles; horizontales, cylindriques, gbdnxs , divisées cl 



recourbées à leur soninict, le plus souvciil nues, rarement juuuîes de quelques 



11 



CUI'S. 



Feuilles alternes, pélîolées, unnilcs de stipules; ovales, aiguës, divisées sur leurs 
bords en dents courtes et écartées; relevées en dessous d'une côte snillaiile qui se 

ramifie, et glanduleuses dans les aisselles des uei\ mes; ereusi'es en dessus d'un 
pareil nombre de sillons; veinées en réseau, concaves, subsistantes, d'un vert 
foncé : les inférieures réiléel)i(;s, presque glabi-es, longues de neuf rennmèlres, 
larges de six; les supérieures horizontales, parsemées de poils couchés et peu 
appaieiits, insensiblement plus courtes. 

Pétioles articulés, peu ouverts, convexes eu dehors, sillonnés en dedans, recouverts 
de poils couchés; de la couleur des rameaux, du quart de la longueur des feuilles. 

Stipules distinctes du pétiole, en lance, pointues, mendjraneuses, pubescentes, 
roussàtres, tombant promptemejit. 

PEDONCULES opposes aux feuilles, presque droits, rylîndrîques, biliirqués à leur 

sommet, de la couleur des pétioles cl plus courts, Dirisioys dv^ Pédoncules 



plusieurs fl 



Fleurs très-p 



? 



dehors de p 



rous- 



sàtres, disposées en uue oinLclle simple au sommet de chaque division du 



} 



pédoncule : celles du centre se dtveloppaul les premières 



t 



^ 



« 



/ 



/ 



i 



Pédicules de la forme, delà couleur, et de la longueur des divisions du pédon- 
cule; peu ouverts, munis chacun d'une bractée à leur base. 
Bractées ouvertes, ovales, aiguës, membraneuses, pubescentes, plus courtes 




? 



à deux lobes, s'ouvrant latéralement, de la 



/ 



que les pédicules; formant par leur ensemble une espèce d'involucre; tombant 

promptement. 
Calice en forme de godet, divisé à son limbe en quatre dents obtuses; de la moitié 

de la longueur de la corolle. 
Corolle formée de quatre pétales insérés sous un disque hypogyne, alternes 
avec les dents du calice; peu ouverts, ovales, obtus, concaves et à bords courbés 

en dedans vers leur sommet. 

TAMiNES quatre, ayant la même attache que la corolle, opposées aux pétales 
et plus courtes. Filets légèrement courbés en dedans , planes , blanchâtres. 
Anthères vacillantes, arrondies 
couleur des filets. 
Ovaire libre, globuleux, plongé presque entièrement dans un disque charnu et 

tétragone. Style cylindrique, plus court que les filets des étamincs. Stigmate 

■ ■ 

un peu échancré. 
Baie sèche, globuleuse, de la grosseur d'un grain de raisin , creusée d'un très-petit 
ombilic à son sommet, divisée intérieurement en deux loges; contenant quatre 
semences dont une et quelquefois deux sont sujettes à avorter. Cloisons minces, 
membraneuses, s'oblitérant à mesure que le fruit parvient à sa maturité. 

Semences insérées au fond de la baie, osseuses; le plus souvent deux dans chaque 
loge, et alors convexes en dehors, anguleuses intérieurement; quelquefois soli- 

r 

taires, et alors convexes en dehors, planes en dedans. 



Obs. La famille des Vignes ne renferme que trois genres qui ont entr'eux la phis grande 
affinité, savoir, Cissus ^ ViTis et ampélopsis (i). J'ai rapporté à celui du Cissusla. 
plante que je viens de décrire, et qui est connue dans les Jardins sous le nom de J^nis 
Kanguruli ^ parce qu'elle s'en rapproche par le caractère que fournit le nombre des parties 
de la fleur. Ce caraclère , quoique peu important, est néanmoins le seul qui distingue le 



du ViTis et de V Ampélopsis ( 



■^ 



Exph des f. 



Fleur vue en d 



po 



calice. 



La même 



dessus et grossie, pour montrer Tattaclie, le nombre et la forme de ses différents organes. 
3, Fruit. 4? Le même coupé transversalement et dont on a retiré trois semences. 5, Une 
semence qui étoit solitaire dans sa loge, vue par devant. , 



( 



VlTI 



Il diffère du Cissifs par le nombre des parties de la fleur. 

(2) u Hœc aiitem tria gênera {VitiSj Cissus^ Ampélopsis) vixulUs floral 
nequidem a fructu, seminihus plurihus vel unico fœto , petita valet differentu 
hiloculare et intrà sîn^ulum loculum hiovidatum est. » Mich, Flor. BnrpnD^ a 



réfléchis ; et 



^ 



r 
r 



; 



22 




/ 





MELIA 



Fa M. des Sa 

LiNN. 



POTILLIERS, JuSS, 



RECLINATA, 



Pentandrie Monogy 



NIE 



? 



/ 



1 

BUMELIA spinosa; foliis oblongo-ovalibus, subretiisis , glabenimis; ramis 



reclinatis. 



SiDEROXYLUM frecUnatumJ spinosum, dumosiim, diffuse reclinatiim; ramis steri- 
libus divaricato-ramillosis : foliis parvulis obovalibus, glabei rimis. 3//c^. Flor. 
Boreali- Americ. vol. i, pag. 122. 



Arbrisseau touffu, lactescent, muni d'épmes, garni d'un grand nombre de rameaux a 



1 



ges et qui retombe 



vers la 



découvert par Michaux d 



Géorgie^ cultivé depuis quelques années chez M. Cels, Il passe l'hiver d 
fleurit au milieu de l'été- 



& 




liGE droite, cylindrique, très-rameuse, munie d'épines, parsemée de luLcrculcs 
peu apparents qui la rendent rude au toucher; d'un gris cendré, bniitc de six 
décimètres, de la grosseur du petit doigt. Branches alierncs, rapprochées, très- 
étalées, retombant en arc vers la terre à mesure qu'elles s'alongenl j de la forme 
et de la couleur de la tige. Rameaux axillaircs , très - divergents , d'un vert 
tendre. 

FINES axillaires, horizontales, purpurines, se couvrant de feuilles < f même de 
fleurs à mesure qu'elles s'alongcnt. 

Feuilles rapprochées par petits bouquets sur le vieux bois, alternes sur les jeunes 
pousses; horizontales, pétiolées, ordinairement oblongucs et ovales, obtuses et 
un peu émoussées à leur sommet; quelquefois ovales-renversées ou presque en 
coin; relevées en dessous d'une côte saillante et rameuse, creusées en dessus d'un 
pareil nombre de sillons; glabres, veineuses, d'un verL gai, longues de trois 
centimètres, larges de douze millimètres. 

Pétioles ouverts, très-courts, convexes d'un côté, sillonnés de l'autre, d'une 

légère teinte purpurine. 
Pédicules naissant plusieurs ensemble par petits faisceaux situés sur le vieux bois, 
et dans les aisselles des feuilles; ouverts, filiformes, renflés à leur sommet, 
glabres, à une fleur, de la couleur des pétioles et plus lougs. 



P 



Fleurs très-petites, d'un blanc de lait. 



^^ 



Calice à cinq divisions profondes, droites, ovales, aiguës, concaves, subsistantes, 
presque de la moitié de la longueur de la fleur. 

Corolle monopétale, liypogyne, tubulée. Tube très -court, Ouvert et fendu à sa 
base en cinq parties. Limbe à cinq divisions droites, ovales, obtuses, finement 
dentées, concaves, munies cbacune intérieurement sur les côtés de leur base 
d'appendices plus courts, ayant la même forme, la même couleur, et courbés en 
dedans. 

■ 

Étamines cinq, attachées vers la base du tube de la corolle, opposées aux divisions 
de son limbe, plus courtes que ses appendices. Filets droits, planes , élargis à 

t 

leur base, rétrécis à levir sommet, blanchâtres. Anthères arrondies, à deux 



> 



3 



J 



i 



lobes , s'ouvrant latéralement. 
Ovaire libre, ovale -arrondi, glabre 



j 



verdâtre. Style cylindrique, plus court que 



les étamines , subsistant. Stigmate obtus. 
Drupe peu charnu, ovale -renversé, entouré à sa base par le calice, surmonté du 
stylej h'sse, verdâtre. Noyau ovale -arrondi, osseux, mince, luisant, d'un blanc 
d'ivoire; muni d'une cicatrice un peu au-dessus de sa base, creusé de stries peu 



apparentes, ne contenant qu'une semence 



S 



EMENCE 



de 1 



a forme du noyau, recouverte d'une 



membrane très -mince et de 



couleur brune. Périsperme charnu , épais , blanchâtre. Embryon droit 
comprimé, plane, de la longueur du périsperme. 



5 



Obs. La plante que je viens de décrire , a une grande affinité avec le SiDeroxtlum 



Lrcioïdes Linn 



mais 



11 



e 



dîstîng 



par ses 



along 



iLent en arc vers la terre, et p 



qui 



feuilles beaucoup plus petites et d'une forme 



différente. Ces deux espèces, dont le fruit n'est pas une baie à cinq semences comme dans 



le SiDERoxYLuM ^ maîs un drupe monosperme, d 



pporté 



au 



genre 



BuMELi^ e'tabli par M. Swartz dans \e Prodromus Florœ O cciâ e ntalis ^ pag. 4q 



ExpL des Jîg. 1 5 Fleur grossie. 2 , Coroll 



grossie pour montrer le tube 



fendu à sa base, le nombre et la situation des appendices, et Fattache des étamines- 5, Pistil 
grossi. 4>Ôrupe de grandeur naturelle. 5, Le même dont on a enlevé la moitié supérieure 
de Técorce. 6, Noyau séparé. 7, Le même coupé transversalement ainsi que la semence, 
pour montrer la forme de Fembrjon et sa situation dans le périsperme. 



r' 



^ 



r. 




j 




23 








INE 



XYLOCARPA, 



Fam. (les Nerpruns, Juss, 



Pentandrie Trigynie, Linn 



s 



CASSINE foliis petiolatis, ovatis, acutls, siibserratis ; pedunculis tlichotomis, 
folio brevioribus ; fructu (Elœodendri) osseo. 



Arbrisseau toujours vert, croissant naturellement à l'île Saint -Thomas , cultivé depuis 
quelques années chez M. Cels. Il 
de l'élé. 



passe l'hiver dans la serre chaude, et fl 



rameuse 



recouverte d'un épidémie gercé et 



> 



liGE droite 5 cylindrique, feiiillée^ 
d'un brun cendré j haute de sept décimètres ^ de la grosseur du pouce. Branches 
axillaires, opposées et alternes, peu ouvertes, de la forme et de la coidcur de 
la tige. Rameaux ■A^^^W.Xd. même situation que les branches, droits, rapprochés 
légèrement anguleux, glabres, d'un vert tendre. 
Feuilles pétiolées, munies de stipules j ovales, rarement entières, plus souvent 
parseniées de dents peu profondes, écartées et glanduleuses j relevées d'une 
nervure saillante et rameuse, veinées en réseau, glabres, concaves, coriaces 

L 

subsistantes , d'un vert très -pâle en dessus, blanchâtres en dessous : les inférieures 
alternes, très -ouvertes, obtuses, quelquefois longues d'un décimètre et larges de 
sept centimètres; les supérieures opposées, droites, aiguës, beaucoup plus 
courtes. 

Pétioles très-courts, articulés, droits, convexes d'un côte, ])]anes de l'autre, 
ridés transversalement^ d'un vert pAle. 

Stipules distinctes du pétiole et plus courtes; droites, ovales, aiguës, tombant 
promptement. 

Pédoncules axillaires , solitaires, droits, cylindriques, divisés et dichotonics, 

■ 

glabres, d'un vert pâle, plus courts que les feuilles. Djt'jsjons des Pédoncules 
ouvertes , dichotomes dans leur parfait développement , à plusieurs fleurs ; munies 
d'une bractée à leur base; de la couleur et de la forme du pédoncule. 
Fleurs droites, pédiculées, d'un blanc jaunâtre, de la grandeur de celles du 
Cassine capensis : celles qui sont situées dans les points de dichufomie se 
développant les premières. 

Pédicules droits, cylindriques, renflés à leur sommet, munis d'une bractée a leur 

base; delà couleur du pédoncule, très -courts. 
Bractées solitaires, droites, ovales, aiguës, d'un vert pûle, de la longueur des 



pédicules; tombant promptement. 



f ^ - Ml ^-r 



Calice ordinairement à cinq divisions profondes, quelquefois à quatre ou à six, 
ouvertes, ovales -arrondies, concaves, d'un vert pâle, membraneuses sur leurs 



5 

bords, deux fois plus courtes que les pétales 



du 



Pétales insérés sur un disque hypogyne, en même nombre que les divisions 
calice et alternes avec elles j très -ouverts, oblongs, obtus, concaves, rayés. 

-* 

TAMiNES opposées aux divisions du calice, ayant la même attache que les pétales, 
en nombre égal et plus courtes. Filets planes, blanchâtres, d'abord courbés 
en dedans, ensuite droits et coudés à leur sommet. Anthères vacillantes, 




arrondies, à deux lobes, s'ouvrant latéralement, d'un jaune très-pale. 



Ovaire libre, entouré à sa base d'un disque saillant et anguleux; arrondi, verdâtre. 

I 

Styles trois , extrêmement courts et peu apparents. Stigmates dilatés , tronqués. 
Drupe globuleux ou ovale - arrondi , de couleur brune, recouvert d'une chair 

peu épaisse. Noyau de la forme du drupe, ligneux et extrêmement dur, ordi- 

nairement divisé en trois loges et contenant trois semences. 
Semences ovales, comprimées, attachées un peu au-dessus delà base de l'angle 



i ' 



interne des loges j recouvertes d'une tunique membraneuse, adhérente au péri- 
sperme, et de couleur brune. Péri sperme de la forme de la semence, charnu, 
dur, blanchâtre. 
Embryon droit, comprimé, delà couleur et de la longueur du pérîsperme. 



I 



■ 

Obs. Le C^ssiNE xjîocarpa présente queltjues différences dans diverses considérations 
de ses organes. Ses feuilles varient quant à leur situation et quant à leur forme. Le nombre 
de cinq n'est pas constant dans les divisions du. calice , dans les pétales et les étamînes j et le 
fruît ovàle-arrbndî ou globuleux a quelquefois une de ses loges avortée et remplie parla 
substance du nojau. Cette plante appartient au genre C^ssine par tous les caractères 
de la fleur; maïs elle semble s'en éloigner par ceux du fruit, et avoir plus d'affinité avec 
VEljEODEndrum. En effet^^ les C^ssine capensîs et Maiirocenîa qui paroîssent devoir 

h 

constituer seuls le genre C^ssine (i), ont un noyau extrêmement mince : leurs semences 
recouvertes de deux tuniques, sont attachées au sommet des loges; et rembijon plus court 
que le périsperme, a sa radicule supérieure. 



ExpL desfg. I , Fleur vue en dessous pour montrer la forme d 
grossie et vue en dedans, dont on a retranché le calice et quatre pétales pour 
rattache de la corolle et des étamines sur le disque saillant qui entoure la base de 
5 5 Fruit- 4 > Le même coupé transversalement 



La 



pou 



les trois 



5, Une 



semence. 



(l) Le Cassin£ Colpoon semble s'éloigner du genre par son fruit quî^ selon Liunseiis , Mantiss. 210, 
est une baie à quatre coques. — Le Cassine harhara ^ Linn. Mantiss. 220, est une espèce douteuse, 

selon lobservalîon de M. Wîlldenow , Spec. Plant, vol. I , pag. 1 493. u Planta cœterùm adhuc ohscura. r> 



\ 



\ 



■,-^ 



24 




CONVOLVULUS 



SCOPARIUS. 



Fam. des Liserons, /tA^^.— Pentandrie Monogynie, Linn 



GONVOLYXJLUS foliis linearibiis,pilosiiisculis;pedunculis siibtrJflorisjcaJîcibiis 
sericeis, ovatis, aciitis; caule fruticoso; ramis virgatis. Aiton, Hort. Kew, i, 
pag. 3i3. FFiLLDEN. Spec. Plant, vol. i, pag. 872. 



/ 



r 

r 

CoNvoLvuLus scoparius. Linn. Supplem. pag. i35. Z^.v. Dict. vol. 3, pag. 553. 



Arbrisseau ajant le port d'un genêt; originaire des Canaries, croissant naturelJcmcnt aux 
îles de Ténc'rifle, de la Gomèrc et de la Palme, dans les lieux escarpes et dans les ravins, 
à peu de distance de la mer; cultivé depuis quelques annc'es clicz M. Ccis, de graines 
envoyées de Ténériffe par M. Broussonet. Il passe l'hiver tlans l'orangerie, cl fleurit sur la 
fin de l'été. 



\ 



Racine pivotante, munie de quelques fibres, blancbàtre. 

Tige droite, cylindrique , pliante et courbée à sou soiuimt, très-rameuse, feuilléc. 



1" 



de poils blancs cl droits qui la rendent un peu rud 



I 



vert 



dré, haute de bnit d 



t> 



d'une pi 



Branches axillairrs, alternes, articulées, presque droites, de la forrric et de l.i 
couleur de la lige. Rj m £ A u x Si^iwh] lûAcs aux brandies, beaucoup rdus courts. 
Feuilles alternes, distantes, sessiles, linéaires, amincies à leur base, pointues à 



sommet, très -entières, relevées en dessous d' 
ts de poils courbésj un peu rudes au loucher 



•> 



purpurine, rcrnu- 

iir de la tige et des 



1 



j 



rameaux : les inférieures horizoulales et recourbées, longues de six centimètres 
larges de trois millimètres j les supérieures peu ouvertes , presque droites 
insensiblement plus courtes. 

Pédoncules dans les aisselles des feuilles et au sommet des rameauxj solitaires, 
droits, cylindriques, divisés et ordinairement à trois fleurs; de la couleur des 
feuilles et beaucoup plus longs. 

Fleurs dans la partie supérieure des pédoncules, rapprochées ])nr petits bouquets 
avant leur développement , ensuite écartées et tournées du même côté ; pédi- 



culées, d'un blanc de lait, peu odorantes, trois fois plus petihs que celles ou 



1 



Liseron des champs. 



Pédicules droits, de la forhxc et de la couleur du pédoncule j soyeux, munis de 



bractées, inégaux. 



Bractées à la base et au sommet des pédicules, droites, linéaires, soyeuses en 
dehors, glabres en dedans, très -courtes. 



ovales 



g 



concaves, soy 



Calice à cinq divisions profondes, droites, 

dehors, glabres en dedans, subsistantes, deux fois plus courtes que la coro 
Corolle monopétale, liypogyne, en forme de cloche. Tube cylindrique 




que le calice. Limbe 



? 



très -ouvert, plissé, paroissant divisé en cinq 



lobes obtus et courts: relevé en dessous de cinq nervures planes et soyeuses 




TAMiNES cinq, une fois plus courtes que 



3 



la base du tub 



F 



d 



filiformes , rapproché 



linéaires, échancrées à leur base, creusées 
lement, blanchâtres. 



en cj^lindre. Anthères vacillantes , 
de quatre sillons, s'ouvrant latcra- 



Ovaire libre, conique, velu, blanchâtre, entouré à sa base d un disque saillant et 
glanduleux. Style cylindrique, velu dans 



sa moitié inférieure, glabre dans la 



supérieure qui est à deux divisions profondes et écartées. Stigmates simples. 
Capsule presque entièrement recouverte par le calice 5 conique, hérissée vers le 

sommet de poils droits, rapprochés, et formant une espèce d'aigrette j noirâtre. 



striée, à une loge, s'ouvrant à sa b 



qu une semence 



I 



Obs. i.° m. Broussonet, qui a séjourné quelques années dans les C 



propose de publier la Flore d 



ches en plantes intéressantes d 



grand 



nombre est inconnu, m'a appris que le Conp^OLTULUs scoparius^ connu dans son pays 
natal sous le nom de Lena- Noël ou Lena-Loel^ s'élevoît a deux mètres; et que son tronc 
de trois décimètres et demi de circonférence, fournissoit, ainsi que celui du Convolvulvs 
Jloridus^ le véritable Bois de Rhodes ou de Rose, Lignmn Rhodium. 

2.° Je possède quelques exemplaires du Convolvulus scoparius récoltés a Ténérifï'e 
par Riedlé, dans lesquels les pédoncules , quelquefois au nombre de deux dans l'aisselle de 
la même feuille , portent chacun communément six fleurs, et forment par leur ensemble une 
grappe alougée , très -étroite et presque unilatérale. Quoique les fruits de ces exemplaires 
ne soient pas parvenus à une maturité parfaite, j'ai pu néanmoins observer qu'ils différoîent 
beaucoup de ceux du genre Cb iv^^^oz F £7iZ75, et qu'ils avaient une grande conformité avec 

de l'espèce que Linnaeus a désignée par le nom de Convolvulus Jloridus. Cette 

pas constituer un genre 

Capsule 



de 



espèce et celle que 



dé 



ne 



pourroient 



particulier, dont un des caractères distinctifs et essentiels seroit d 



une 



base , et ne contenant qu 



JExpl. des /j 
soyeuses. 2, La 



I 



Corolle vue en dessous pour 



cinq nervures pi 



et 



Une étamine grossie. 4 , Calice et p 



et vue en dedans pour montrer l'attache des 



qui 



5 , Pistil grossi pour montrer le disque glanduleux 



base 



6, Capsule recouverte par le calice, g 



7, La même, nue 



\ 




» 



V 



25 







ELiEA 




I 




Fa m. des Jasminées, Juss. 



DiANDRIE MONOGYNIE, LlNJV, 



1 



GHARAGTER GENERIGUS. Calix L-àtnm 



î 



marcescens : p 
S lamina i 



qualls. Corolla 4-petala 



7 



7 



î 



coroUâ b 



pcr paria ope staminiim ad basim 



filamentis dil 



4- g 



iheriferis 



antheris utrinque medio filamentorum adnatis, i-locularibus. Ovarium liberiim, 
turbinatum, ovulis quibusdam refertum : stylusnullus : stigma i-Mum. Drupa..,. 
Fruteœ. Folia opposita, sempervirentia. Flores racemosî, axillares. (Gemma 



b 



secùs ac m aliis 



prior adnotavit Geleber. Gorréa de Serra, j 



usdem ordinis liybernainibiis pi 



î 



NOTELiEA LONGIFOLIA. 



Arbrisseau toujours vert, originaire des Isles de la Mer du Sud, cultivé depuis quelques 
années chez M. Gels. Il passe l'hiver dans l'orangerie, et fleurît à la fin de l'clé. 



Tige droite, cylindrique, 1res -rameuse, parsemée de tubercules peu saillants; d'un 
brun cendré, baute d'un mètre, de la giosseur de l'index. Branches opposées, 
ouvertes, feuillées, de la forme et de la couleur de la tige. Rameaux axillaircs, 
ayant la direction et la forme des branches; recouverts d'un duvet ])0udrcux. 

Feuilles opposées en croix, horizontales et réfléchies, pétiolées, en lance, pointues, 
à bords légèrement repliés en dessous, très-en lières et quelquefois ondées; relevées 
d'une nervure saillante et rameuse; veinées, coriaces, glabres, d'un vert foncé en 
dessus et plus pâle en dessous, subsistantes : les inférieures longues de quinze 
centimètres, larges de trois; les supérieures insensiblement plus courtes. 

Pétioles courts, renflés et articulés à leur base, dilatés parle prolongement des 
bords des feuilles; convexes en dehors, planes en dedans, glabres, d'un vert pâle. 

Grappes axillaires, solitaires, droites, simples, très-courtes. Axe des grappes 
cylindrique, glabre, blanchâtre. 

Pédicules opposés, de la forme et de la couleur de l'axe, à une fleur, munis d'une 
bractée à leur base : les inférieurs ouverts, les supérieurs dioiis. 

Fleurs très-petites, d'un blanc jaunAtre, sans odeur. 

Bractées à la base des pédicules, très-ouvertes, ovales, aiguës, concaves, mem- 
braneuses, de couleur de rouille, tombant promplement. 

Galice extrêmement court, d'un vert pâle, à quatre dents poinlues, inégales; les 
deux latérales plus grandes que l'antérieure et la postérieure. 



I 



T 



(l) Formé des deux mots grecs Notos el£iaia^ qui signifient Australis Olea^ Olivier Antarctique. 



c 



aies 



aigus, concaves 



E hypogyne, formée de quatre pétales droits, o^ 

deux à deux à leur base par le moyen des étamînes ; se flétrissant avant de 



tomber. 



É 



\MiNES deux, situées chacune entre deux pétales qui les recouvrent; de la couleur 



^ 



5 



de la corolle. Filets dilatés, tétragones, obtus, portant cliacun deux anthères 



Anthères adhérentes à la partie moyenne des faces latérales des fdets 



une 



lo 




longitudinalem 



Ovaire libre, en forme de poire, glabre, verdâtre, contenant quelques ovules 



Style nul. Stigmate comprimé, à deux divisions, de couleur br 



D 



UPE 



Obs^ i.° Le caractère essentiel du genrt; que je viens d'établi 



dans 



formée de quatre pétales courts et ovales j dans les étamînes dont les fdets tétragones 
portent chacun deux anthères ; et dans le fruit qui, d'après l'inspection de l'ovaire , paroît 
devoir être un drupe. Ces caractères distinguent le Notelje^ du Chion^nthus ^ de 
VOle^, du LlNOCiER^ de M. Swartz, et du Fontanesia de M. Lahillardière. 
2.° J'ai observé dans l'Herbier de M. de Jussieu , un bel exemplaire d'une plante récoltée 



par M, Leschenaut 



les bords des rivières qui se jettent dans le golfe d'Entrecas 



teaux, près la terre de Diemen. Cette plante est évidemment congénère du Noteljea , et 
les deux espèces de ce nouveau genre peuvent être caractérisées par les phrases suivantes : 

NoTEisMA longifolia. Foliis lanceolalis, acuminatîs, subrecliiiatîs; racemîs longî- 

tudîne petîolorum. 

NoTELMA ligustrlna. Foliis laiiceoîatis , acutîs, suberectîs; racemîs loiigitudine 

foliorum. 
5.° Quoique Ja corolle soit staminifère dans le Notelma ; il paroît néanmoins qu'on 

ne peut pas la considérer comme Monopétale , puisque les Pétales tombent séparément de 
deux en deux. 

4-? La Famille des Jasminées comprend des genres dont les espèces sont tantôt toutes 
Apétales , comme dans V^deliA de Brown et de Michaux ; tantôt toutes Monopétales *» 
comme dans le Ljlac^ etc. 3 tantôt Poljpétales, comme dans le Fontanesia , dans le 
LiNociERA^ tantôt Apétales ou Poljpétales, comme dans le Fraxintjs'^ tantôt Mono- 
pétales ou Apétales (i), comme dans YOzEA. Ces différences ou exceptions qui se ren- 
contrent aussi dans plusieurs au.tres familles , ne semblent-elles pas annoncer aux Natu- 
ralistes que le caractère qui résulte de l'absence ou de la présence de la corolle considérée 
comme Monopétale ou comme Polypétale , peut dans quelques circonstances contrarier des 
rapports évidemment naturels ? Je dois cependant observer que l'ordre des Jasminées est le 
seul partni les Monopétales , qui présente ces exceptions réunies. 

5.° M. Corréa de Serra a observé que dans les plantes de la famille des Jasminées , où 
la végétation est suspendue pendant l'hiver , l'extrémité des rameaux périt , et que les deux 
gemmes ou boutons qui étoient à la base de celte extrémité, terminent alors la pousse de 
l'année. 



Expl. desjîg. 1 , Fleur vue par devant. 2 , La même , vue par derrière. 5, Un péta 
séparé , à la base duquel adhère une étamine. 4 , Calice et pistil. 5 , Une étamine, 6 , Pist 
( Figures grossies. ) 



(l) OùEyi apetala. Vaul , Symboîœ Botanicos , 5 , pag. 5. 



26 




CLITORIA HE TEROPHYLLA. 



1 

Fam. des Légumineuses , Juss. — Diadelphie Décandrie , Linn 



5 



? 



CLITORIA foliis pinnatis ; foliolis diversis, exstipulaceis ; pedunculis axillaribus 



) 



subunifloris ; bracteis lanceolatis. 



V 



w 

-I 

Clitoria fheterophjUaJ foliis pinnatis : foliolis quinis , aliis rotundioribiis , aliis 
lanceolatis , aliisque sublinearibus. Lamarck , Dictionn, vol. 2 , pag. 5i. 



Plante ligneuse , remarquable par ses tiges très-grêles , et par la forme différente de ses 
folioles 5 croissant naturellement à l'Isle de France , sur les bords des grands chemins , 
parmi les pierres ; cultivée depuis quelques années chez M. Cels » de graines envoyées 
par , Michaux. Elle passe l'hiver dans l'orangerie , conserve ses feuilles , et fleurit sur la fin 

de fêté. 




? 



AGI NE fibreuse , poussant beaucoup de drageons. 

Tiges nombreuses, très-gréles , dicbolomes, fcuillées, striées, presque glabres 

d'un brun cendré ; volubles ou grimpantes à la manière des Haricots, longues <lo 

deux mètres. Rameaux axillaires , alternes , peu ouverts , ayant la direction , la 

forme et la couleur des tiges. 
Feuilles alternes, horizontales et réfléchies, ailées avec impaire, péiiolées , mu- 

t 

nies de stipules ; d'un vert gai en dessus , d'un vert pâle en dessous , plus courtes 
que les entrenœuds. Folioles sur trois ou quatre rangées ; opposées , pétiolécs , 



dé 



ipou 



rvues de stipules , sujettes à varier dans leur forme et leur dimension : les 
unes arrondies et très-courtes, les autres ovales et uu peu plus grandes, quelques 
unes en lance ou linéaires et longues de vingt-cinq millimètres : toutes obtuses , 
munies à leur sommet d'une pointe peu apparente , très-entières , relevées en 

F h 

dessous d'une nervure rameuse, creusées en dessus d'un pareil nombre de sillons, 
veinées en réseau. 



' ' 



PÉTIOLES des Feuilles renflés et articulés à leur base , horizontaux et réfléchis , 
fihformes , presque glabres , de la couleur des rameaux. Pétioles des Folioles 
très-courts, articulés, convexes d'un côté, sillonnés de l'autre, blanchâtres j parois- 
sant , lorsqu'on les observe à la loupe , parsemés de poils courts. 

Stipules distinctes des pétioles , droites , linéaires , aiguës , très-courtes. 



.. . WJ' ■'11.'"'' 



-w - — H* f 



/ 



• 



r 

p 



Pédoncules axillaires , solitaires, d'abord horizontaux, se réfléchissant ensuite 
après la fécondation ; ordinairement à une fleur , quelquefois à deux j filiformes , 
presque glabres , de la couleur et de la longueur des pétioles ; articulés et munis 
vers leur sommet de quelques bractées semblables à des stipules , et dans les 
aisselles desquelles naît souvent une foliole ou une feuille composée. 

Fleurs horizontales, d'un bleu d'azur avec une tache d'un blanc jaunâtre, munies 
de bractées j longues de vingt-cinq millimètres , larges de quinze. 

Bractées à la base des fleurs 5 au nombre de deux , opposées , en lance , aiguës , 



subsistantes , très-courtes. 



Calice de la moitié de la longueur de la fleur 5 tubulé , relevé de cinq nervures , 

* 

glabre , d'un vert pâle , divisé à son limbe en cinq découpures droites , ovales , 



pointues , inégales : l'inférieure plus étroite et plus longue. 
Corolle attachée à la base du calice, papillonacée, formée de cinq pétales portés 
chacun sur un onglet. Etendard penché, couvrant les ailes et la carène; arrondi, 

F 

échancré , à bords courbés en dedans, plane, strié. Ailes beaucoup plus courtes 
que l'étendard , ovales , obtuses , tronquées obliquement à leur base. Carène 



plus courte que les 



divisant dans toute son étendue en deux pétales 




demi-ovales , concaves , glbbeux en dehors à leur base. 

T AMINES dix , ayant la même attache que la corolle, diadelphes. Filets réunis 
au nombre de neuf dans presque toute leur étendue , en une gaine fendue sous 
l'étendard j libres vers leur sommet , alternativement plus courts : dixième filet 
appliqué contre la fissure de la gaine, libre dans toute son étendue. Anthères 
vacillantes, arrondies, creusées de quatre sillons; d'un jaune soufré. 
Ovaire linéaire, comprimé, légèrement pubescent. Style filiforme, courbé vers 

n J 

le sommet , parsemé en dessous de quelques poils blanchâtres. Stigmate mem- 

L 

braneux plus large que le calice , cilié à son bord. 

LÉGUME réfléchi, oblong, comprimé, aminci à sa base qui est entourée du calice; 

pointu à son sommet -, d'un roux cendré , divisé par un diaphragme en plusieurs 

loges monospermes ; s'ouvrant en deux valves qui se contournent. 
Semences adhérentes par un tubercule, à la suture supérieure de chaque valve; 

tronquées à leur base et à leur sommet , comprimées , ridées , d'un brun foncé. 

Obs. Le Clitokia heteropkylla se distingue surtout du Clitoria tematea par ses 

liges très-grêles , par ses feuilles dont les folioles varient dans leur forme , et sont dépour- 
vues de stipules; par ses bractées en lance, situées à la base des calices; par ses fleurs plus 
petites , etc. 



ExpL des Jig. 1 , Pétales. 2 , FI 



dont 



on a r 



etranch 



corolle. 5 , Ga 



des 



/ 



neuf étamînes ouverte ^ et dixième iîlet libre. 4 9 Pistil. 5, Le même grossi, 6, Légume 
7 , Une valve du légume vue en dedans pour montrer les diaphragmes qui séparent le; 
semences. 8. Une semence. 



r- 



/ 



^' 



2 





MIMO 





GLANDULOSA. 



Fam. des Légumineuses, «/«z^^. — Polygamie Monoécie, 

LiNN. Syst. Vegetah. §.V. Foliis dupUcato-pinnatis. (InennesJ. 



Et 

MIMOSA petiolis inter pinnarum paria glandulosis ; floribus capitatis, penlandris; 
leguminibus falcatis. 

h 

L 

Mimosa /^Glandulosa J inermis : caule herbaceo : foliis muliijugo-bipinnatis : 
pedunculis solitariis,monoceplialis: leguminibus congestis; planis, arcuato-falcatis. 
MïCff. Flor, B ore ali~ A meric . vol» 3, pag. 254. • 



Plante herbacée, vîvace, découverte par Bartram's sur les bords du Mîssissîpi , et par 
Michaux sur les bords du Tcniiassée; cultivée depuis plusieurs années chez M. Cels. Elle 
passe rhîver dans l'orangerie, et fleurît au commencement de Tautomne. 



1 



/ 



N 




A.CINE rameuse, fibreuse, jaunâtre, d'une odeur forte. 

Tiges moelleuses, droites, cylindriques, cannelées, glabres, rameuses, feuillécs, 
verdâ très avec une légère teinte purpurine; hautes de douze décimètre'^, de In 
grosseur d'une plume de cygne. Rameaux peu nombreux, nxillaircs, alternes, 
très ouverts, de la forme et de la couleur des tiges. 

Feuilles alternes, rapprochées, horizontales et réfléchies, deux fois ailées, pétio- 
lées, munies de stipules; glabres, d'un vert tendic, longurs d'un décimèlre, larges 
de cinq centimètres. Folioles primaires fT?innulcsJ y douze à vingt sur chaque 



rangée, opposées, péiiolées, horizontales et dirigées vers le sommet dii pétiole 
commun; se réfléchissant aux approches de la miit, ou lorsque ralniosphèrc est 

chargée d'humidité. Folioles secondaires seize à vingt sur cluique rangée, 
opposées, presque sessiles, munies de stipules peu apparentes; oblongues, poin- 
tues, tronquées sur un des côtés de leur base, coupées inégulenieul par la ner>^ne 
moyenne; planes, purpurines slir leurs bords et à leur sommet; couchées hori- 
zontalement les unes sur les autres, lorsque les folioles primaires se réfléchissent; 
longues de quatre millimètres, larges d'un seul. 
Pétiole commun de la couleur des rameaux, articulé, convexe d'nn côté, pro- 
fondément sillonné de l'autre, renflé et cylindrique à sa base, tenniiiéau sommet 
par une pointe en alêne; muni entre chnqiuî foliole primaire d'une glande sail- 
lante, en godet, et d'un pourpre vif. Pétioles des folioles primai hes de la 



' 

¥ 



^ 



forme et de la couleur du pétiole commun, dépourvus de glandes. Pétioles des 



FOLIOLES SECONDAIRES articulés, très courts. 



.4 



? 



Stipules des feuilles adhérentes à chaque côté du renflement sur lequel est 
articulé le pétiole commun; droites, filiformes, de couleur purpurine, longues 
d'un décimètre. Stipules des folioles secondaires très courtes, peu appa- 

w 

r 

rentes , blancliâtres. 
Pédoncules axillaîres, solitaires, presque droits, cylindriques, stries, glahres, à 
plusieurs fleurs; de la couleur des pétioles et plus courts. 

L 

Fleurs très -petites, rapprochées en une tête ovale-arrondie et de la grosseur d'un 



grain de raisin : sessiles 



5 



hermaphrodites , munies de b 



B 



■ 

la base de chaque fleur; de la forme et de la couleur des 



stipules, de la longueur des fleurs, tombant promptement. 
Calice très-petit, tubulé , glabre, d'un vert blanchâtre, divisé à son limbe en cinq 
dents droites. 

Pétales cinq, attachés à la base du calice, et alternes avec les dents de son limbe- 
droits, ovales, aigus, concaves, verdâtres avec une teinte purpurine sur leurs 



bords et à leur sommet. 




TAMINES 



f f 



cmq, insérées 



sur le calice au-dessous de la corolle, saillantes, d'un 



pourpre peu foncé. Filets capillaires, tortueux, inégaux. Anthères mobiles, 
ovales, comprimées, creusées de quatre sillons, s*ouvrant latéralement. 



Ovaire ovale, légèrement 



comprimé, glabre, verdâtre. Style latéra 




, ayant la 
direction , la forme et la couleur des filets des étamines. Stigmate obtus. 

Légumes en nombre égal à celui des fleurs, portés sur le pédoncule qui est devenu 

horizontal ; rapprochés en tête, arqués en faux, comprimés, pointus à leur sommet, 

gibbeux par la saillie des semences; glabres, d'un brun foncé, à une loge, s'ouvrant 

r 

en deux valves , longs de deux centimètres , larges de six millimètres. 
Semences trois à six, ovales -renversées, comprimées, glabres, de la couleur du 
légume, adhérentes par un cordon ombilical et filiforme à la suture supérieure 

B 

des valves. 



ExpL desfig. I , Portion du pétiole commun avec une foliole primaire, pour montrer les 
glandes situées entre chaque paire de folioles primaires, et la forme des folioles secondaires. 

r 

2, Fleur. 5, Un pétale. 4i Une étamine. 5, Pistil. 6, Un légume. 7, Une semence. (Les 
figures 1 , 2, 3, 4 et 5 sont grossies). 



I 

p 



y 



/ 



^ 



I 



\^ 



28 



•% 




MIMO 





HORRIDULA 



\ 



Fa 



M. 



de 



s 




ÉGUMINEUSES, JuSS, 




m _ 

OLYGAMIE MoNOÉCIE 



7 



LiNN. SfSt. J^egetah, §. V. Foliis duplicato - pinnatis. (Acu- 
leatœ.J 



I 



1' 



MIMOSA petiolis 



pinnarum paria glandulosis; pinnis multiiug 



caul 



e 



tereti , strlato ; legiiminibus aculeatissimis , quadrivalvibiis. 

L 

W 

Mimosa (^ horridula J caule herbaceo, diffuso seu procumbente , petiolisque unci- 
natim aculeolatis : foliis multijugo-bipinnatis : pedunculis geminis, monoccphalis : 
leguminibus densissimè aculeato-echinatis , quadrivalvibus. Micu. Flor. Boreaîi- 
Americ. vol. 1 , pag. 254. 

* 

Mimosa intsia, JValther Flor, Carolin. pag. aSa. 



l 



Plante herbacée, vlvace , sensible , parsemée d'aiguillons crochus , orîgînairc de l'Ame- 
rîque septentrionale, croissant naturellement depuis la Virginie jusqu a la Ploridej cultivée 
depuis plusieurs années chez M. Cels. Elle passe Thiver dans Torangcric , et fleurit pendant 
l'automne. 



Racine grêle, rampante, munie de quelques fibres. 

Tiges moelleuses, étalées, cylindriques, striées, simples, glabres, parsemées d'ai- 
guillons courts et un peu en crochet; verdàtres avec une légère leirUe purpurine ; 
longues de quatre décimètres, de la grosseur d'une plume de corbeau. 

Feuilles alternes, horizontales, deux fois ailées, pétiolées, munies de stipules; 
glabres, sensibles ou se contractanl aussitôt qu'on les touche; d'un vert tendre, 
longues de six centimètres , larges de trois. Folioles primaires fPinnulesJ six 
sur chaque rangée, opposées, distantes, pétiolées, oblongues, munies de stipules. 
Folioles secondaires dix à douze sur chaque rangée , 



opposées , presque 



sessiles, linéaires, obtuses, surmontées 



d'une glande peu apparente; tronquées 
sur un des côtés de leur base, coupées inégalement par la nervure moyenne, pur- 
purines sur leurs bords ; se recouvrant mutuellement dans la direction des pétioles 
des feuilles primaires, aux approches de la nuit, ou si on les touche; longues de 

I 

cinq millimètres, larges d'un seul. 
Pétiole commun renflé et articulé à sa base, tétragonc, creusé d'un sillon sur 
chaque face , surmonté d'une pointe en alêne , parsemé de petits ai 
chus; glabre, muni entre chaque paire de folioles primaires d'une glande saillante 



guillons crO' 



m 



i 



pointue 



7 



b 



de huit centimètres. Pétioles des folioles primaires d 



forme du pétiole commun, dépourvus de glandes, parsemés seulement en dessous 
d'aiguillons souvent rapprochés deux à deux. Pétioles des folioles secon- 

I 

D A 1RES très courts. 

T j' 

Stipules des feuilles adhérentes à chaque côté du renflement sur lequel est 
articulé le pétiole commun; ouvertes, capillaires, de couleur purpurine, longues 



es 



des 



s 



de cinq millimètres. Stipules des folioles primaires semblables à cell 

■ 

feuilles , et plus courîes. 

■ 

Pédoncules axillaircs, solitaires, ouverts, tétiagones, à plusieurs fleurs, parsemés 
d'aiguillons crochus; glabres, plus courts que les feuilles. 

h 

■ 

Fleurs très petites, rapprochées en une tête globuleuse, légèrement penchée; et 
de la grosseur 

bractées. 

■ 

Bractées solitaires à la base de chaque fleur, linéaires, d'un pourpre foncé, très 
courtes, tombant promptement. 




groseï 



7 



serrées , hermaphrod 



7 



munies 



de 



Calice très 



petit, glabre, d'un Vert blanchâtre, divisé à son limbe en cinq dents 




droites , d'un beau pourpre. . 
Pétales cinq, insérés à la base du calice et alternes avec les dents de son limbe; 
droits , en lance , aigus , d'-un vert blanchâtre , et d'un pourpre foncé à leur sommet. 
T AMINE s dix, ayant la même attache que la corolle, saillantes et deux fois plus 
longues que les pétales. Filets capillaires, tortueux, inégaux, d'une légère teinte 
purpurine. ^irr^A/î^^s mobiles, arrondies, creusées de quatre sillons, s' ouvrant 

■ 

latéralement, d'un beau jaune* 
Ovaire ovale, légèrement comprimé, glabre, verdâtre. Style latéral, ayant la 

direction, la forme et la couleur des filets des étamines.. Stigmate obtus. 
Légumes cylindriques, pointus, creusés de quatre sillons; recouverts d'aiguillons 

nombreux et très serrés; à une loge, s'ouvrant en quatre valves. Falkes opposées 

devix à deux, convexes en dehors, concaves en dedans, inégales : l'antérieure et la 

- 

postérieure plus courtes que les latérales. 

L 

Semences nombreuses, disposées sur une seule rangée, presque carrées, compri- 



mées, noirâtres. 



q 



Obs. Il est difficile de prononcer si la plante que je viens de décrire, et 
nement le M i m o s A horridula de Michaux , est une espèce distincte, ou une simple variété 
de la plante découverte à la Véra-Crux par Houston , et nommée par Linnaeus Mimosa 
quadrw alibis . A la vérité les caractères que j'ai énoncés dans la phrase spécifique, semblent 
prouver qu'elle constitue une espèce distincte : mais ces caractères peuvent également 



exister dans le Mim 



quadriçali>is dont les descript 



sans 



pi 



celle de 



Houston , sont toutes incomplètes , surtout par rapport aux caractères de la fleur. 

■ - 

ExpL desjig, i , Légume. i , Le même ouvert en quatre valves. 3 , Une semence 



/ 



i 



ft 



r- 



2 




V 




AMSONIA 



ANGUSTIFOLIA 



Fa M. des Apocinées, Jus s. 

' LiNN. 




ENTANDRIE 



M 



\ 



ONOGYNIE, 



AMSONIA foliis sparsis, lineari-lanceolatis; caulibus pilosls. 
Am SONIA angustifolia. Michaux, Flor. Boreali-Americ, vol. i , 
Amsonia ciliata. Walther, Flor. Carolin. pag. 98. . 
TABERNiEMONTANA angustifoKa. AiTONf Hort. Kewens. vol. i 



pag 



121. 



? 



pag 



3oo 



FFiLLDENOW^ Spec. Plantar. vol. 



i^pag 



12 



47- 



Plante herbacée, vivace, lactescente, orîgînaîre de rAménquc Septentrionale, croîs- 
sanl dans les endroits découverts et sablonneux ; cultivée depuis plusieurs années chez 
M. Cels* Elle passe Fliiver en pleine terre , et fleurît à la fin du printemps. 



^^M^ 




I 



h 

GES nombreuses, droites, cylindriques 



7 



simples, pliantes, fc 




CCS dans toute 



leur étendue, parsciîiëes de poils blaiicliAircs j liantes de cinq dcclnicUcs, de la 

grosseur d'une plume à ëcrire. 
Feuilles aUcrnes, très rapprochées, presque droites, présentant un de leurs 
bords dans la direction de la tige, péliolées et se prolongeant sur le pétiole, 
linéaires et en lance, amincies à leurs exlréniilésj aiguës, à bords réfléchis, 

L 

relevées sur leur surface inférieure d'une côte blanchâtre et ramcnse, creusées sur 



supérieure d'un pareil nombre de sillons, j 



q 



observe avec la loupe; d'un vert foncé en dessus, d'tin vert \ 



> 



ongues de sept 



î 



rges de cinq millimètres : Irs inférieures ord 



rement parsemées de quelques poils, et même ciliées j les supérieures parfaitement 



glabres. 



Pétioles dilatés par le prolongement des bords des feuilles; articulés, droits, 
convexes d'un côté, sillonnés de l'autre, glabres, très courts. 

Grappes au sommet des tiges, peu nombreuses, presque droites, garnies d'un petit 
nondire de fleurs ; formant une panicule étroite et i)eu étalée. /'iz)07V<:£^i£5 ouverts, 
cylindriques, glabres, simples et à une fleur, ou rame ux et à plusieurs fleursj 



munis de bractées. 



Fleurs delà grandeur de celles du Jasmin des Açorcs, d'un bleu pâle, sans odeur : 
celles qui sont au sommet des grappes et des pédoncules, se développant les 



• » 



premières 



> 



Bractées à la base des pédoncules et de leurs divisions; droites, linéaires, aiguës, 
glabres , très - courtes. 

■ 

Calice d'une seule pièce, très court, subsistant, divisé en cinq découpures pro- 
fondes, droites, en lance, aiguës et glabres. 

Corolle monopétale, insérée sous l'ovaire, en forme d'entonnoir. Tube insensi- 
blement dilaté, glabre en dehors, parsemé intérieurement à son orifice de poils 
blancbàtres; long d'un centimètre. Limbe à cinq divisions très -ouvertes, obliques, 



en lance , aiguës , égales 



) 



de la longueur du tube. 



Examines cinq, renfermées dans le tube et attachées à sa partie moyenne. Filets 




ânes, très courts. Anthères droites, conniventes, ovales 



, obtuses, écliancrées 



de quatre 



; s'ouvrant 



à leur base , un peu fendues à leur sommet , creusées 
latéralement, d*un jaune de soufre. 
Ovaires deux, entourés à leur base de cinq glandes peu apparentes; ovales, aigus, 

h 

glabres. Style filiforme, de la longueur du tube. Stigmate en tête, porté sur 
un disque orbiculaire. 

r 

Fruit formé de deux follicules réunis à leur base et entourés par le calice; droits 3 
peu écartés 3 cylindriques, rétrécis en pointe à leur sommet , glabres, de couleur 



brune , longs d'un décimètre. 



Semences nombreuses, cylindriques, nues 



5 



tronquées obliquement à leur sommet. 



Obs. i°. Le fruit de Vu4msont^ angustifolia n'étant pas parvenu a une maturité com- 
plète., il ne m'a pas été possible d'observer et de décrire plus en détail sa structure inté- 
rieure , qui doit être conforme a celle des autres fruits désignés par le nom de Follicules. 

a^. Le genre u4msoniA établi par Walther dans sa Flore de la Caroline , a été réuni 
par Lîmiaeus à celui du TabernmmontanA. Mais, comme Tordre des Apocînées est 
un de ceux où le fruit fournît des caractères plus importants que la fleur pour rétablisse- 
ment des genres , il semble que Ton doit distinguer et séparer les Tabeknmmontana et 
AmsoNiA qui diffèrent essentiellement par leur fruit En effet, les follîcuîes sont courts , 
ventrus et réflécbis horizontalement dans le premier 3 tandis qu'ils sont droits, cylindriques , 
très alongés , et peu écartés dans le second. 



Expï. desjîg\ I , Corolle ouverte pour montrer Tattacbe des étamînes , et les poils qu 



ferment Forifice du tube. 2 , Une étamine grossie. 3 , Calice g 



4 , Pistil grossi pour 



montrer les deux ovaires , le style et le stigmate porté sur un disque orbiculaire. 5 , Fru 
formé de deux follicules. ^ 



m 




« 



y 



DO 




INDIGOFERA diphylla. 



Fam. des Légumineuses, Juss,^ Diadelphie Décandrie 



•) 



INDIGOFERA petiolis diphyllis; foliolis ovalibus, inaequalibus , subasperis; 
leguminibus arcuatis, compressis. 



Plante herbacée , annuelle , originaire d'Afrique ; fleurissant au printemps 



r 



Racine pivotante, très alongée, munie de quelques fdu-es; d'un brun cendré, de 
la grosseur d'une plume de corbeau. 

Tiges tombantes, cylindriques, rameuses, feuillces, pnbcsccntcs, d'un blanc cen- 
dré, longues de deux décimclres, de la grosseur de la racine. Rameaux axillaircs, 
alternes, rapprocbds, ouverts, de la forme et de la couleur des tiges. 

Feuilles alternes, horizontales, munies de stipules; au nombre de deux sur chaque 
pétiole, dont une au sommet, et l'autre latérale. Folioles péiiolées, ovales, sur- 
montées d'une petite pointe, relevées en dessons d'une côte rameuse, creusées en 
dessus d'un pareil nombre de sillons, parsemées sur chaque surface de poils nom- 
breux et couchés; un peu rudes au toucher, planes, d'un vrrt cendré, inégales : 
celle qui termine le pétiole, longue de trois centimètres, large de seize millimètres; 

a 

celle qui est sîîiu'e sur le côte du pétiole, trois fois plus petite. 
Pétiole commun très ouvert, convexe d'un côte, sillonné de Vautre, pubescent, 
de la couleur des feuilles, du tiers de la longueur de la foliole du sommet. 
Pétiole de la Foliole latérale semblable au pétiole commun, et beaucoup 

plus court. 

Stipules distinctes du pétiole commun, et de la moitié de sa longueur; droites, 
en lance, très-pointues, pubescentes, roussàtres, subsistantes. 

Grappes axillaircs, simples, droites, munies de bractées; de la longueur des Ouilles. 
yf X£: des Grappes cylindrique, pubescent, garni d(; fleurs dans toute son éten- 
due; de la couleur des rameaux. 

Fleurs très-petites, horizontales, serrées, pédiculécs, de couleur de rose; les infé- 
rieures se développant les premières. 



/ 



'* 







Pédicules filiformes, piibescents, blanchâtres, du tiers de la longueur des fleurs; 

d'abord horizontaux, se réfléchissant ensuite à mesure que le fruit se forme. 
Bractées à la base des pédicules, et plus longues; solitaires, très ouvertes, linéaires, 

pointues, pubescentes; tombant à mesure que les fleurs se développent. 

■ 

Calice en cloche, subsistant, de la moitié de la longueur de la fleur, parsemé de 
poils blanchâtres, divisé à son limbe en cinq découpures peu ouvertes, linéaires, 
pointues , presque égales. 

Corolle attachée à la base du calice, papillonacée , formée de quatre pétales 



munis chacun d'un onglet, h tendard presque droit , ovale-arrondi , échancré à 
son sommet, concave ou à bords réfléchis. Ailes de la longueur de l'étendard, 

' T 

■ 

horizontales , appliquées sur chaque côté de la carcne , oblongues , obtuses , mu- 



3 




nies d'une oreillette à leur base intérieure. C A rêne abaissée, de la longueur des 
ailes, à bords relevés, ou en foi me de nacelle; portée sur un onglet fendu dans sa 

L 

longueur, munie au-dessus de l'onglet, sur chacun de ses côtés, d'un éperon court 
obtus et concave intérieurement. 

L 

T AMINES dix, insérées sur le calice au-dessous de la corolle, diadelphes. Filets 
réunis au nombre de neuf dans la moitié de leur étendue en une gaine comprimée , 
blanchâtre et fendue sous l'étendard; libres , courbés, alternativement longs et 
courts dans leur partie supérieure : dixième filet libre , appliqué contre la fissure 

k 

de la gaine. Anthères vacillantes, arrondies, d'un jaune de soufre, surmontées 
d'une petite glande. 

Ovaire linéaire, comprimé, velu, blanchâtre, renfermé dans la gaine des étamines. 

■ 

Style capillaire, courbé, parsemé de poils peu ai^^aiYenls, Stigmate obtus. 
Légume de la forme et de la couleur de l'ovaire; entouré du calice, surmonté du 

style, à une loge, s'ouvrant en deux valves; arqué ou réfléchi dans sa moitié infé- 

ri eure, redressé dans la supérieure. 
Semences deux ou trois, ovales, comprimées, de couleur brune, attachées jiar un 



do 



n ombilical très court à la suture supérieure du légume 



^ 




p 




p 



Os 



Inb 



/ 



diphjlla pareil avoir de Taffi 



avec 



Indjgofera 



de M, Willdenow; mais elle s'en distingue aisément par ses rameaux qui 



pomt anguleux , par ses feuilles qui ne sont point 
point tétragones. 



par ses légumes qui 



La situation des folioles dans VIndigofera diphyîla , semble indiquer l'avortemenl 



d'une seconde foliole latérale : mais 



peut être regardé comme constant, 



puisque dans tous les individus que j'ai observés , il ne s'est pas trouvé un seul pétiole 
trois folioles. 



Expl, desfig. I, Fleur pédiculée. 2, Pétales. 5, Calice et organes sexuels. 4, Légume 
5 , Une semence. ( Figures grossies, ) 



\ 










I 





U R P I N I A. (I) 



Fa 



M. des Nerpruns , Juss* 



Po 



LYGAMIE DiOÉClE, LiNN 



1 



Character genericus. Flores Poly garni Dioici. Hermaphrod. Calix 5-partilus, 
margine coloratus, inaequalis, persistens. P étala 5, disco inserla, laciniis calicinis 



alterna. Discus calicem inter et ovarium médius , utriusque basi adhaerens , 

urceolatus , lo - crenatus. Stamina 5 , disco inserta , petalis alterna. Os^arium 

trigonum : styli 3 in unum conferruminati : stigmata 3, concava. Bacca 3-gona, 

3-locularis; loculis 2-3-spermis. Semina ossea , ad hilum oblique truncata. 
Corculum 




anum et rectum , perispermo carnoso cinctum. Masc Calix , 
Corolla et Stamina iit in hezmaphroditis floribus. Ovarii rudimentum. 
Arbores. Folia impari- pinnat a , opposita , stipulacea. Paniculœ terminales. 
Flores albidi, in distinctis individuis hermaphroditi ^ et ahortu tantummodb 
masculi. 

TURPINIA paniculÀta. 



] 

AiLre de moyenne i^randeur dont le boîs élastique pounoll être nnploje iitllcmculdans 
le cliarronnage. II a ëtë découvert par MM. Poîteau et Turpîn à Saint-Domingue, dans les 
montagnes secondaires. Il fleurît deux fois Tannée, au printemps cl dans rautomne : ses 
fleurs forment de vastes paniculns. 



/ 




droit, très rameux , formant nne ictc assez étalëe; recouvert d 



de couleur cendrée. Branches opposées 



ylindrîqu 



F 



de la couleur du tronc. Rameaux très nombreux, ayant la direction et la forme 
des branches; glabres, de couleur brune, parsemés de gerçures blanchâtres formées 
par l'épiderme qui s'entr'ouvrc. 

EUiLLES opposées , pétiolécs , ailées avec impaire, munies de stipules \ glabres , 
d'un vert gai en dessus, d'un vert pâle en dessous, longues d'un double décimètre. 
FoLiOLESlTOïs ou qualrc sur cliaquc côté du pétiole commun; opposées, péliolées, 
et se prolongeant sur leur pétiole; munies de stipules; ovales, quelquefois ellip- 
tiques; pointues , garnies sur leurs bords de dents courtes, glanduleuses et piquantes ; 
relevées d'une côte saillante,veinées, membraneuses '.celles qui sont ovales, longues 
de cinq centimètres, et larges de trois; celles qui sont elliptiques, longues de sept 



timètres, et larges de deux et demi 



PÉTI 



peu 



ouverts , cylindriques , glabres , d'un brun foncé , renfléi 
à leur base et dans les points où naissent les folioles. Pétioles partiels de h 
forme des pétioles communs; extrêmement courts, à peine longs de six millimètres 



(i) Ce geare porte le nom de M. Tiirpin, toUniste aussi instruit, qu'habile dessinateur; connu avantagcnspiticnt 
dans la science par plusieurs mémoires insérés dans les Annales du Muséum d'Histoire NaturHlr^ ef par la belle 
édition qu'il donne, conjointement avec M. Poitcau, des Arbres Fruitiers de Duhamel. 



, glabres, très courtes, 
celles des feuilles, situées à la base intérieure du 



Stipules droites, en lance ou linéaires , pointues, entières 

se flétrissant avant de tomber : 

pétiole commun : celles des folioles situées entre chaque conjugaison. 
Panicules au sommet des jeunes rameaux; droites, grandes , lâches, munies 



d'une 



bractée dans leurs divisions et sous -divisions. Axe de la Panicule courbé vers 
son sommet; cylindrique, strié, très rameux, glabre, delà couleur des pétioles. 



beaucoup plus long. Rameaux opposés 



> 



écartés , simpl 



es 



dans leur moitié inférieure, divisés et garnis de fleurs dans la supéi 



F 



EUR s quatre 



à six, pédiculées, d'un blanc de lait, de la grandeur de celles de 
l'Olivier commun ; hermaphrodites sur certains individus , simplement mâles 

sur d'autres. 
Pédoivcules coMMU^s horizontaux, cylindriques, striés, glabres, d'un brun clair: 
les inférieurs longs de deux centimètres, les supérieurs insensiblement plus courts. 

■ > 

Pédicules au sommet des pédoncules communs, de la même forme et de la même 
couleur; ayant toutes sortes de direction; à une seule fleur. 
Bractées à la base extérieure de toutes les divisions de l'axe de la panicule; solitaires , 
droites, linéaires, concaves, glabres, membraneuses, très courtes. 



uses, concaves, colorées 



Calice à cinq divisions profondes, peu ouvertes, ovales, obt 
sur leurs bords, inégales, subsistantes. 

Pétales cinq, attachés à un disque, alternes avec les divisions du calice, et deux fois 
plus grands; droits, peu ouverts, sessiles, ovales, très obtus. 
. Etamiines cinq, ayant la même attache que la corolle, alternes avec les pétales, et de 

la même longueur. Filets droits, comprimés, élargis à leur base, rétrécis vers 
leur sommet, delà couleur de la corolle. Anthères mobiles, en cœur, à deux 



également à la base de ces deux 



loges, d'un jaune citron. 
Disque situé entre le calice et l'ovaire, adhérent 

* 

organes; en godet, à dix crénelures, d'un blanc jaunâtre. 
Ovaire libre, trigone. Styles trois, réunis en un seul qui est droit, cylindrique 



plus court que les filets des étamînes. Stigma 



■) 



tronq 



5 



concaves. 



Baie arrondie, trigone, de la grosseur d'une petite prune; glabre, d'un bleu foncé 
divisé en trois loges qui contiennent chacune deux ou trois graines. 

Graines attachées à l'axe central de la baie, presque globuleuses, osseuses, très glabres 
luisantes , d'un gris de perle , tronquées à leur base , et creusées d'un large ombilic 

Embryon droit. 



> 




d'un périsperme charnu. Lobes 



dehors, planes en dedans, épais. Jf?^/>/Ci7Z£ inférieure, conique, très courte. 

Obs. i." Le genre que je viens d'etaLlir, appartient évidemment à la famille des Nerpruns. Il se rapproche du 
APiirLEA nar le plus grand nombre des caractères de la fleur, mais il en diffère essentiellement par son fruit qui 

; de deux ou trois capsules vésiculeuses adhérentes dans leur moitié inférieure 
2.° J'ai pense long-temps que la plante qui m'a servi à établir le genre TinpisiA, étoit la môme que le SrAPHriEA 

occidentahs de M. Swartz; mais eu lisant avec attention la description que le célèbre Botaniste Suédois a donnée 

de l espèce qu il avoit trouvée à la Jamaïque, j'ai été convaincu que cette 



Stafiitlea p 
n'est point formé 



V 



TURP 

altenies 



IM.4 paniculata. En effet la plante découverte par M. Swartz n'est point poly 
les et deux fois ailées; le nectaire n'est point crénelé à son limbe • le fruit est 



oblongues et solitaires dans chaque loge. 



tte plante étoit tout-à-faît distincte du 

game dioïque, ses feuilles sont 
une capsule j et les graines sont 



c 




salement 
Councs t! 



périsp 






% 



, J 




2 




MAIETA(i) ANNULA TA. 



Fam. des Mélastomées 



? 



JUSS, — OCTANDRIE MoNOGYNIE , LiNN. 



X 

MAIETA foliis cordato-ovatis, acuminatis, quînquenerviis, integerrimis 5 péliolis 
brevissimis , bas! annulalo - connatisj corymbis axillaribus pedunculatis. 

Arbrisseau d'un bel aspect, découvert k Java par M. Lahaîe.ll croît dans les lieux humides, 
et fleurît dans le cours de J'élé. 



1 



mm 



liGE droite, cylindrique, très rameuse, haute d'un mètre et demi, de la grosseur 



de l'index. ^^^i>^c/r£.î opposées, peu ouvertes, courbées dans leur partie supérieure; 
de la forme de la tige, striées, noueuses et recouvertes dans les nœuds d'un duvet 

_ I 

pulvérulent; d'un brun foncé. Rameaux insérés dans les nœuds; axillaires, ayant 
la direction , la forme et la couleur des branches. 
Feuilles opposées, horizontales, pétlolées, en cœur cl ovales, pointues, trèscntières; 
relevées de cinq nervures qui partent du sommet du pétiole, et entre lesquelles se 
trouve un grand nombre d'autres nervures plus fines et transversales; veineuses, 

■ L 

abres et d'un vert foncé sur la surface supérieure ; d'un vert jaunâtre sur l'infé- 




VI 



rieure , parsemées sur les nervures, ainsi que sur les veines, d'un duvet pulvé- 
rulent^ longues de douze centimètres, larges de cinq. 
Pétioles extrêmement courts , naissant dans les nœuds des tiges et des rameaux; 
réunis en anneau à leur base; cylindriques, couverts d'un duvet pulvérulent; d'un 

brun foncé. 
Pédoncules dans les aisselles des feuilles, solitaires, très ouverts, cylindriques, striés, 



renflés et dichotomes à leur sommet; de la couleur des pétioles, de la moitié de la 

ri 

longueur des feuilles. 
Fleurs aussi ^ranàes que celles du Mêla stom A grandi/Iora, et de la même couleur; 

formant par leur ensemble uncorymbc lâche; pédiculées, munies chacune de deux 

bractées : celles du point de bifurcation s'épanouissanl les premières. 
PÉDICULES très ouverts , de la forme et de la couleur des pédoncules, du tiers de la 

loneueur des fleurs : celui du point dé bifurcation toujours simple, les deux latéraux 

ordinairement divisés et dichotomes. 
Bractées opposées, linéaires, pointues, de la couleur et de la longueur des pédicules. 



r 



(i) Voyez le mémoire inséré parmi c 



de la Classe des Sciences Physiques et Mathomailqucs de rinstltut. 



année 1807, sur les Genres MelASTOMA et BiiEXiJ. 



-■V 



Calice d'une seule pièce, tubuleux, divisé à son limbe j subsistant, de la moitié de 
la longueur de la fleur. Tube insensiblement dilaté, couvert, ainsi que les pédicules 
et les bractées, d'un duvet pulvérulent ; hérissé de poils jaunâtres. Limbe à quatre 
divisions ouvertes^ en lance, ciliées. 

Pétales quatre, attachés à la base du limbe du calice, et alternes avec ses divisions ; 
très ouverts, ovales renversés, rétrécis à leur base en un onglet court. 
TAMiNES huit, insérées deux à deux à la base de chaque division du limbe du calice; 
plus longues que les pé taies. jF/z£t^ coudés vers leur partie supérieure, munis àlcur 

r 

sommet de deux soies réfléchies. Anthères couchées dans l'intérieur de la fleur, 
lorsque les pétales ne sont pas ouverts ; droites et saillantes , lorsque la fleur est 

É 

épanouie; en forme d'alêne, à une seule loge, trouées obliquement à leur sommet; 
d'un jaune de soufre. 
Ovaire plus court (jue le tube du calice , et adhérent à la partie inférieure de cet 




j 



k . 



organe ; divisé en quatre loges qui contiennent chacune plusieurs ovules nichés 
dans une pulpe; surmonté d'un disque globuleux et velu. Style flexueux , cylin- 

■ 

drique, glabre, de la longueur des étamines. Stigmate obtus. 

à 
I 

Fruit. 



.•b 



Exph desfig. I ^ Fleur. 2 , La même coupée longitudinalement pour montrer l'attache dCvS 
pétales -, des étamines, et Tadhérence de l'ovaire qui est surmonté d'un disque. 3 , Une étamîne 
vue avant l'épanouissement de la fleur. 4? 1^ même vue après l'épanouissement de la fleur. 
5, Ovaire coupé transversalement pour montrer le nombre de ses loges. 



^ 



/■ 



» 



i 

* 





03 




MM'Ë.TksCALPTA. 



Fa M. d<3s Mélastomées , Juss* — Dé 



EGANDRIE MoNOGYNIE, LiNN. 



\ 



MAIETA foliis ovato - lanceolatis , integerrimis , trinerviis, bullatp-tuberculosis; 

F 

pedunculisaxillaribus, brevissimis, paucifloris. 

Arbrisseau Irèsrameux, formant une cime arrondie, découvert a Saint-Domingue par 
M. Poiteau. Il croît sur les mornes de la paroisse de Sainte-Suzanne, dans les terrains secs 
et arides i et il fleurit au commencement de l'e'té. 



/ 



Tige droite, cylindrique, très rameuse, haute d'un mctrc et demi, de la grosseur de 

I 

l'index. Branches opposées, droites, sillonuces, presque tclragoues, noueuses, 
recouvertes d'un duvet épais et de couleur de rouille. Ra m e A u x di\\W\\v es ^ ayant 
la direction et la couleur des branches. 
Feuilles opposées , horizontales , pétlolées, ovales et en lance, aiguës, trîs eiiTicres, 

"H 

bordées de quelques cils peu apparents; relevées de trois ncrvuics qui partent du 
sommet du pétiole, et entre lesquelles se trouvent plusieurs autres nervures plus 
fines et transversales ; taillées en facettes sur le disque de la surface supérieure, 
ou divisés en petits mamelons saillants, d'abord polyèdres, s'affnîssant ensuite, 
et prenant une forme presque carrée; creusées sur le disque de la surface inférieure 
d'enfoncements qui correspondent aux mamelons, cl qui sont disposés symctri- 
qucmeiit sur plusieurs rangées séparées les unes des autres par les nervures cL les 
veines* d'un vert foncé en dessus, et parsemées de soies roides et peu apparentes; 
d'un vert jaunâtre en dessous , et hérissées sur les nervures et les veines d'un duvet 
épais et de couleur de rouille; longues de six centimètres, larges de deux et demi. 
ÉTIOLES naissant dans les nœuds des branches et des rameaux; très ouverts 
cylindriques, couverts d'un duvet épais et de couleur de rouille; à peine longs d'un 



P 



? 



centimètre. 



b 



* 



Pédoncule deux ou quatre, axillaires, peu ouverts, filiformes 

de bractées ou des écailles de boutons; de la couleur des pétioles, e\ iM-aueniq 
plus courts; quelquefois à une fleur, plus souvent à deux ou q 

Fleurs très petites, droites, sessiles, d'abord blanches, cn<;ui 



fl 



de couleur de 



Bractées très rapprochées 



> 



les pédoncul 



pi 



ovalfs 



? 



memb 



j 



pubescentes et de couleur de rouille eu dehors, gl 



et de couleur cendrée en dedans. 



^ 



Calice d'une seule pièce, en godet, divisé à son limbe; granuleux ou couvert 
d'écaillés peu apparentes 5 de couleur cendrée, subsistant. Limbe à quatre dents 

droites, très courtes. ' 
Pétales quatre, attachés à la base du limbe du calice, et alternes avec ses divisions; 
d'abord droits, ensuite réfléchis; en lance, surmontés d'une longue pointe, parfai- 



5 



tement glabres. 



Examines huit, ayant la même attache que la corolle, droites et presque 



? 



plus longues que les pétales. Filets opposés alternativement aux dents du calic 
et aux pétales; fihformes, coudés et nus vers leur partie supérieure; blanchâtrcî 
Anthères mobiles, ovales, à deux loges, s'ouvrant au sommet par deux pores 



j 



/ 



d'un jaune de soufre. 



Ovaire globuleux, adhérent au calice dans sa partie inférieure, et Hbre vers le 

sommet. Style droit, cylindrique, plus long que les étamines. Stigmate obtus. 

Baie de la grosseur d'un grain de poivre, globuleuse , couronnée des dents du calice; 

"H 

h 

légèrement pubescente, d'un beau bleu , divisée en quatre loges^ remplie de pulpe; 

polysperme. 
Graines menues, nombreuses, nichées dans la pulpe du fruit, presque coniques, 

ayant toutes leur extrémité pointue dirigée vers l'axe du fruit; glabres d'un jaune 

clair. 



Obs. i.^ L'espèce que je viens de décrire paroît avoir beaucoup de rapports avec celle qui est nommée j dans le 



Melastoma 



nervures 



disposées en panîculesaxillairesjonpeut affirmerque ces deux espèces sont réellement distinctes. Le MaietA scaîpta 
a aussi une grande affinité avec le MELASTOMAfa^osa ^ Lam. ^ dont il diffère sur-tout par ses fleurs qui ne sont point 
disposées en corymbes terminaux et portés sur un pédoncule commun plus long que \t% feuilles. 



Melast. par^ifli 



Melast 



) 



faî décrite, et elles en diffèrent toutes les deux, non seulementpar leurs feuilles très grandes ^ dentées j glabres et 
unies sur leurs surfaces ; mais encore par les fleurs qui forment une panicule terminale dans le Melast. par^ijlora ^ 
et par les fruits qui sont octogones et d'un blanc de neige dans le MelAst. micrantha. 

3.° J'ai trouvé dans nne collection de plantes qui m'a été envoyée de Santa-Fé de Bogota^ une nouvelle espèce 
du genre Maieta. Cette espèce est sur-tout remarquable par son feuillage qui^ vu en dessous^ est de la même couleur 
que celui du Chrysophyllvm argenteum. Je la désigne à cause de ce rapport, par le nom de Maieta argentea. 

Rami tereteSy squamis 



ervir 



furfuraceis et fi 



Folia oblojîga^ hasi attenuata^ apice ohtusa^ integerrima ^ îrinerna^ coriacea . 



superne lucida^ subtùs squamis furfi 
terminales y coarctatœ. Flores pariai. 
Stamina lo. 



hiformis ^ S-dentatus^ extus furfi 



BaccUy 54o€idarîSy magniiudine semînis coriandri. 



Paniculœ 
^ y Jla\?a. 



fS' ' î ^^ne 



fleur grossie. 2, La même coupée longitudînalement pour montrer rattache des pétales^ 
e avec le calice. 3, Fruit de grandeur naturelle. 4, Le même crossî. 5. Le même couoé 



transversale 
grossie* 



Q 



Une graine 



t -•- 



■■•^ 






• 



34 




ME RI AN A (t) ciLiARis. 



■ 

Fam. des Mélastomées , Juss, — Décandrie Monogynie , Linn, 

ME RI AN A villosa; foliis ovato-lanceolatîs, serrulatis, ciliatis, quinquenerviis; 
panicuîâ terminali , dichotomâ. 

Plante herbacée, vlvace, hérissée dans toutes ses parties de poils roussâtres; croissant 
naturellement dans la Nouvelle Grenade; fleurissant à la fin du printemps. 




iGES montantes, étalées, cylindriques, striées 



rameuses, hérissées depoils roussAtres 
insérés sur le sommet de tubercules peu apparents j hautes d'un mètre, de la 
grosseur d'une plume de cygne. Rameaux axillaîres, opposés, très ouverts, de 
la forme et de la couleur des tiges. 



Feuilles opposées, horizontales, pétiolécs, ovales et en lance, pointues, finement 
dentées en scie, relevées de cinq nervures qui partent du soniiuet du pétiole, et 
entre lesquelles se trouvent des veines transversales et monlanirsj lu'rlssécs sur 
chaque surface de poils couchés; d'un vert foncé en dessus, d'un vert jaunAtrc en 
dessous; longues de sept centimètres, larges de trois. 

Pétioles horizontaux, convexes d'un cAlé, sillonnés de l'autre 
couleur des rameaux j longs d'un centimètre. 

Panicules au sommet des rameaux j droites, lûchcs, peu étalées, dicholomes, munies 
de bractées dans leurs divisions etsonsdivisions. Rameaux de In panîcule ouverts 



, très velus, de la 



j 



dichotomes, cylindriques, striés, hérissés de poils glanduleux à leur base, et sur- 

montés d'un tubercule peu apparent. 
Fleurs droites, pédiculées, d'un pourpre foncé, presqii'aus!>i grandes que celles 

du Prunier : celles des points de bifurcation s' épanouissant les premières. 
Pédicules très courts , de la forme et de la couleur des rameaux de la panîcule : ceux 

des points de bifurcation toujours simples; les deux latéraux ordinairement divisés 

et dichotomes. 
Bractées opposées, horizontales, en lance, pointues, hérissées, ciliées, de la longueur 

des rameaux et des pédicules qu'elles accompagnent. 
Calice d'une seule pièce, tubuîcux, divisé h son limbe; hérissé en dehors, glabre en 
dedans, subsistant; de la moitié de la longueur de la fleur. Tvnr. insensiblement 
dilaté, strié. Jambe h cinq divisions ouvertes, en lance, ciliées. 



(i) Voyez le mémoire inscrd parmi ceux de k Classe des Sciences Phjsiques et Maihématlii'jurs \f Vlnstitiit ^ 
année 1807. sur les Genres Meljstoma cl RaEJi.i. 



* 

Pétales cinq, attachés à la base du limbe du calice et aîiernes avec ses divisions j très 

r 

ouverts, ovales -renversés, rétrécis à leur base en un onglet court; élégamment 



ciliés. 



» 



Examines dix, ayant la même attache que la corolle; de la longueur dos | 



F 



opposés alternativement aux dents d 



pétales; ( 



î 



déset glanduleux au-dessous de leur sommet; de couleur purpurine.^ 



adhérentes aux filets dans leur moitié inférieure; cylindriques à une seule loge, 

trouées obliquement à leur sommet; d'un Jaune de soufre. 
Ovaire parôîssant adhérent par sa base avec le calice, et libre dans le reste de son 

étendue; ovale, obtus, pubescent à son sommet. ^SV rz/: montant, légèrement 

flexueux, cylindrique, glabre, de la longueur des étamines et de la couleur des 

fdets. Stigmate en tête, blanchâtre. 
Capsule entièrement libre et simplement recouverte par le calice; ovale, obtuse, 

membraneuse, striée, munie dequelques poils à sonsommet; divisée en cinq loges, 

s'ouvrant en cinq valves. Cz.o/>soiV5 adhérentes au milieu des valves, y/jfz: central 

r 

relevé vers son sommet de cinq angles épais auxquels adhèrent des placentas 

fongueux et arqués. 
GnAiîsES très nombreuses , petites, presque réniformes, glabres, d'un brun clair. 

MiCROPiLE situé au-dessus de Tombilic. 
Embryon droit, de la forme de la graine, dépourvu de périsperme. Lobes épais, 

convexes, courts. Radicule inférieure, cylindrique. 



^ 



m 

Obs, La plante que je viens de décrire se rapproche des Mel^stoma agrestis elpurpu- 
rassens ^ Aubl. , par son porl^ par la forme de ses feuilles ^ et par son inflorescence^ mais elle 

V 

en diffère par ses fleurs beaucoup plus grandes et d'un pourpre foncé ^ par la forme de son 
calice , et sur- tout par son fruit qui n'est pas une baie adhérente au calice. Cette espèce faisoit 
partie d'une collection précieuse de plantes^ qui m'a été envoyée de Santa-Fé de Bogota par 
M. Umanaj Savant Naturaliste Espagnol, attaché à Texpédition dont le célèbre INIutis est le 
directeur. J'ai trouvé dans cette collection six espèces qui appartiennent à la famille des 
Mélastomées. Quatre de ces espèces ont été publées depuis peu par M. Bonpland, sous les 
nomsde Rhexia muricata , microphfîla, myrtoidea etslricla (i):lesdeux autres sont celle 
que je viens de décrire, et celle que j'ai nommée Maieta argentea dans les observations 



placées a la suite de la description du Mat et A scah 



desjig 



4 



G, Axe ccatral. y, Une valve séparée et vue intérieurement, pour montrer la cloison. 8, Graine grossie. 9, La 
même coupée longitudinalement pour montrer la forme de l'embryon. 



(i) Celte espèce a de grands rapports avec le MelAstoma strii^osa lf. s 





m 



35 




TRISTEMMA ^r//?c^^^i>^. 



Fam. des Mélastomées 



5 



Juss, — Décandrie Monogynie , LiNN. 



TRISTEMMA foliis ovato-lanceolatis, septemnerviis. 

Melastoma virusana, Commers. Mss. Tristemma ^ Juss. Gen. Plant, 
pag. 329. 

Plante herbacée, vivace, originaire de Madagascar, et transportée à l'Isle-de-France où elle 
s'est naturalisée , et où elle croît sur les bords des ruisseaux ; découverte par Commerson , 
et trouvée ensuite par le Célèbre Naturaliste Riche qui en avoit récolte'un grand nombre 



d'échantillons. Cette belle espèce fleurit dans son pays natal, au commencement de l'automne. 




iGEs presque droites, fistulcuses dans l'état de Jcssicalioii, létnigoncs et à angles 
aigus; dichotomes, rameuses, hérissées de soies longues cl roidesj rndcs.tu tonrhcr, 

■ 

d'un brun foncé, hautes de cinq à six décimètres, Je la grosseur du petit doigt. 
Rameaux axillaires, opposés, quelquefois alurues par nvortcnienl; ouverts, Je 
la forme et de la couleur des tiges. 

Feuilles opposées, pétiolées, ouvertes, ovales et en lance, pointues, très entières 

relevées de sept nervures longitudinales qui se coufondeiil au souiniel du pétiole 
et entre lesquelles se trouve un grand nombre de veines Iransverses; parsemées sur 
chaque surface , et principalement sur la sujiéricure , de soies qui sont roides , 



î 



» 



renflées vers leur base et couchées dans toute leur étendue ; d'un vert foncé en 
dessus, d'un vert jaunâtre en dessous, longues de treize cculînièlres, larges Je six. 

Pétioles réunis à leur base qui est dilatée, qui entoure les ranunux, et qui est 
surmontée de longues soies roides couverts, convexes d'un côté, sillonnés de l'autre; 
hérissés, de la couleur des rameaux j longs de trois centimètres. 

Fleurs cinq à six, situées dansîes points Je bifurcation , cl entre les deux feuilles termi- 
nales; rapprochées en téte^ sessiles, munies chacune d'une bractée; se développant 
successivement ; d'un pourpre peu foncé. 

TÊTE de Fleurs spbérique, presque sessile, entourée d'une collerette. Folioles de 
la Collerette au nombre Je quatre, semblables aux feuilles Je la tige; Jroîlcs, 



inégales, dilatées et concaves à leur base qui embrasse chaque paquet Je fleurs. 
Pédoncule ordinairement peu apparent, quelquefois long d'un centimètre; Jioit, 

cylindrique, hérissé, de la couleur des pétioles. 
Bractées se recouvrant par leurs bords, et embrassant élroilenicnlles fleurs et les 
fruits; ovales, pointues, membraneuses, hérissées en dehors^ glabir«^ en dedans, 
plus courtes que les folioles de la collerette. 



I 



\ 



Calice tùbuî 



î 



dhérent à l'ovaire dans sa moitié inférieure; glab 



#- 



> 



muni 



dessous de son limbe de trois rangées circulaires de soies courtes et piirp 



qui forment une espèce de 



pi 



7 



d'où vient le nom de Tristemma 



/ 



Limbe à cinq divisions ouvertes, en lance , pointues, ciliées, subsistantes. ' 
Pétales cinq, insérés dans les sinus du limbe du calice , et deux fois plus longs que 

ses découpures; munis d'un onglet, ovales -renversés, tombant promptcment. 
Examines dix, attachées deux à deux à la base decïiaque découpure du limbe du calice; 

de la longueur de la corolle. Filets droits, en alêne , coudés vers leur sommet qui 



de deux glandes Jaunâtres et pô 



petit pivot 



■Anthères droites, linéaires, aiguës, trouées à leur sommet , presque de la 
longueur des filets. 

A, 

Ov^AIRE oblong, adhérent au calice. Style droit, filiforme, renflé vers le sommet; 

r 

w 

blanchâtre, s'élevant presque à la hauteur des étamines. Stigmate obtus, 



tronque 



* t 



Baie ovale, couronnée par les découpures du calice; devenant anguleuse par la 

h. 

pression des autres fruits que recouvre une enveloppe commune; remplie de 
pulpe; divisée en cinq loges; contenant un grand nombre de graines. 
Gbaines en forme de limaçon ; glabres, d'un brun clair, paroissant chagrinées 
lorsqu'on les observe avec la loupe. 



\ 



r^ 



Obs. i.° Quoique le genre Tristemma soit décrit depuis près de vingt ans, néanmoins 
la plante qui a servi à l'établir^ est encore peu connue des Botanistes. M. de La Marclt n*en 
a fait aucune mention, ni dans son Dictionnaire, ni dans ses Illu^rations des genres; et 
M. Willdenow Ta passée sous silence dans la nouvelle édition qu'il publie du Species plan- 
tarum de Linnceus. La figure que Je donne du TRiSTEMMAvirusanaj servira non seulement 
à faire connoîlre cetle espèce, mais l'anal jse exacte des parties de la fructification, prouvera 
que si celte plante se rapproche infiniment du Mélastoma, Linn. ^ elle se distingue 
aussi par des caractères qui lui sont propres, tels que la triple couronne de soies située 

au-dessous du limbe du calice , les pétales portés sur un long onglet , etc Lorsqu'un 

genre est aussi nombreux en espèces que celui du Mélastoma j on ne doit pas hésiter, 
à saisir les caractères distinclifs et tranchés qu'il présente , pour établir des divisions ou 
former des genres secondaires, pourvu que ces genres secondaires soient placés, comme 
dans les familles naturelles, à la suite de celui dont ils émanent, ou avec lequel ils ont le plus 
de rapports. 

2.'' Le genre Tristemma comprend les deux espèces suivantes. 
Tristemma virusana. Foliis ovato-lanceolatis, septemnerviis. 
Tristemma hirla. Foliis ovatis, quinquencrviis. F. Flore d'Oware, pag. qS, pi. S". 



H 



2, Calice dont le lîmbe est ouvert. 3, Le même dont le limbe est 



fermé, pour moulrer les trois rangées circulaires de soies. 4, Le même coupe longîtudinalement , pour montrer 
l'attache des pétales ainsi que celle des étamines, et la forme du pistil. 5, Une étamine très grossie. 6, Un fruit. 



grossie 



Q 



/ 



-M 



m 



« - 



m- 



t 



\ 



36 





OITEA. (I) 



Fam. des Légumineuses 

LiNN, 



5 



§. V, Juss, 




lADELPHIE 




ECANDRIE 



> 



L 

Gharacter EssENTiALis. C«//> obconiciis , limbo 5-dentalo. Petala iinguiciilata , 
ferè in tubum conniventia. Fexillumo\a\\-oh\oi\^\im^ relusum, aîîs incurabens et 
brevius. Alœ îineari-lanceolatae, carinâ breviores. Carina 2-petala , alis longîor et 
conformis. Stamina petalis longiora, plurimùm exserta. Legumen planiimline.in- 
lanceolatum, mucronatuin , polyspermum. Semina lenticularîa. Friitex babilu 
galegte. FoUa alterna y impari-pinnata^ stlpulacea} stipulis apetiolo distinctis, 
FoUoIa ut in Erythrina , Cutoria, etc. suprà petiolum art î dilata , sed 
stipulis orhata. Pedanculi ax illare s , i-l^-Jlori. Flores mitantes, hractenti, 
eminhs illos Fuchsine coccineae mentîentes. 



POITEA GALEGOIDES. 



Arbrisseau délicat et effilé, de la hauteur de deux mètres j découvert par M. Poîtcau, 

k Sauit-Doinîngue , dans les petîls hoîs frais, le long dos torrents. Il passe Tliiver dans la 
serre cliaude , et fleurît pendant Tété. 



Tiges droites, cylindriques^ rcTmcnsrSj glahrcSjdc couî<îur cendicc^ de la grosseur 
du petit doigt. R^imeaux axillaîres, alicrnos, ouvcrlSj de la forme des liges, 



? 



m 



parsemés de poils courts et soyeux. 

Feuilles alternes, rapprochées, peu ouvertes, ailées avec im])airc, pëtioldcs 

de stipules; soyeuses, d'un vert cendré, longues de sî\ rentimèlrcs. Fouc 

douze à dix-liuil sur cbacpie rangée, o^iposéos, artirulécs sur le pétiole comm 



? 



presque sessiles, dépourvues de stipules; liné 



j 



técs d'une pointe 



ëes en dessous d'une cote saill.mU' et jaunâtre, sillonnées en dr';<;ns, se réfl 



cbissant aux approches de la nuit : celles du milieu des ailes, long 
millimètres; les inférieures et les supérieures plus cointcs. 



u 



de do 



Pétiole commun delà couleur des feuilles, articulé, anguleux en dessus, sillonné en 

dessous. Pétioles partiels très courts. 
Stipules distinctes du pétiole; droites, en alêne, roides, subsistantes, presqueglabres, 

du tiers de la longueur des folioles. 
Pédoncules axillaires, solitaires, filiformes, recourbés, soyeux, à deux ou trois 
fleurs; delà coulenr du pétiole commun, et du tiers de sa longueur. 



(0 



Gearc dédié i M. Poitcau (jul , dans la nouvelle édition des arbres fruitier* de Dul.am.l, tiu'il public, 



conjointement avec son ami , M. Turpîn, prouve qu'il réunit dans un haut degré, l^s councîssanccs du Botaniste 



aux talents du Dessinateur. 



\ 



f 



p 



Fleurs pendantes, pédiculées, munies de bractées; paroissant, lorsqu'on les voit 
à une certaine distance , avoir quelque ressemblance avec celles du Fuchsia 



coccinea. 



Pédicules réfléchis, capillaires, de la couleur du pédoncule, presque de la longueur 



des lieu 
Bractées 



base des pédicules j solitaires, horizontales, en lance, de la 



des stipules, et pi 



Calice en forme de cône renversé, légèrement soyeux^ divisé à son limbe en cinq 



dents courtes dont deux 



périeu 



5 



et 



fcrieures: de 



d 



j 



subsistant, long de cinq millimètres 



Corolle attachée 



base d 



formée de cinq pétales 



rapprochés et 



munis chacun d'un ongl 




TENDARD ovale-oblong, échancré au sommet 



bords réfléchis, penché sur les autres pétales q 



partie; pi 



q 



e ks ailes. Ailes linéaires et en lance, obtuses, munies d 



rtes. 




sur un des côtés du sommet de l'onglet; appliquées contre la carène et plus coi 
Carène formée de deux pétales qui ont la même forme que les ailes. 
lAMiNES dix, insérées sur le calice au dessous de la corolle ;diadelphes, très saillantes. 
Filets TiQMÏ^ réunis dans leur moitié inférieure en une gaine fendue sousl'étendard, 
libres dans leur moitié supérieure, alternativement plus courts : dixième filet libre 
dans toute son étendue; capillaire, placé sous la fissure de la gaine. Anthères 
mobiles, ovales, à deux loges, d'un jaune pâle. Pollen de la couleur de la corolle. 
Ovaire renfermé dans la gaine des étamines; pédicule, linéaire, comprimé, glabre, 
verdàtre. Style de la longueur des étamines; fihforme, glabre, d'un rouge foncé. 
Stigmate simple, aigu. 

LÉGUME réfléchi, pédicule, linéaire et en lance, comprimé, gibbeux par la saillie des 



grai 



coriace 



? 




labre, polysperme, s'ouvrant en deux valves q 



spirale; d'un brun foncé, long de six centimètres, larges de sept millimètres 



G 



) 



d'un brun fo 



comprimées, échancrées à leur ombilic, glab 



Obs. De tous les genres de la famille des Légumineuses, VErythrinA Ql le Rldolphia sont les seuls dont le 
PoiTEA se rapproche davantage , surtout par la direction des pétales qui sont connivents dans ces genres et qui 
ne s'écartent point en s' épanouissant, comme dans beaucoup d'autres papillonacées. Mais si Ton considère que le 
caractère essentiel desERVTNRiNA et Rvdolphia consiste principalement dans la longueur de Tétcndard qui surpasse 
infiniment celle des ailes et delà carène, on sera convaincu qu'on ne devoit rapjjorter à aucun de ces deux genres 
l^PoiTEA dont l'étendard de la corolle est le plus court de tous les pétales. Le caractère essentiel du Poitea est 
donc diamétralement opposé à celui des EwTnmsA et RvdolphiA; et le port très différent dans les espèces de 
chacun de ces trois genres^ scmLle venir à l'appui de la distinction qui doit exister entre eux. 

ErythrinA. Vexillum longîssimum. Alae et carina calice vix longiorcs. Stamina vexillo brcviora. Lo^umen 
torulosum, polyspcrmum. Folia ternata ^Joliolis stipulaceis. 

RudolphiA. Vexillum, alas, carina et stamina Erythrinje. Lcgumeji planum^ polyspermum. Folia simplicia. 

Poitea. Vexillum alis brcvius. Alae carina breviores. Stamina exscrta. Legumeu planum , polyspermum. Folia 
impari-pinnata y foliolis 12-18 JHgJ5^ exstipulaceis, 

r 

Expl.desfig. l , Fleur. 2, Pétales. 3, Calîcc , et organes sexuels. 4 , Calice et pistil. 5, Calice très grossi, pour 
montrer les dents de son limLc. G, Fruit. 7 , Deux graines. 8, Une graine grossie. 



P 



^7 



'S 



RIEDLEA (0 



Fa 



M. 



de 



S 



H 



ERMANNIES 



•) 



Vent. — Monadelphie 




ENTANDRIE 



"> 



LiNN, 



Character essentialis. Calix duplex, persistons; extcrior 3-pliyllus; intcrior 
i-phyllus, cainpanulatus,5-dentatus, brevior. Pefû/aSijUngueplario. Stamina 5j 
filamentis in columnam coalitis; antlieris conniventibus. Stjlus 5f-fidus, laciniis 
hispidulis, persistens. Capsula ^AocxAaiVi^ ^ 5-valvis, S-spcrma. Receptacuhmi 
centrale, angnlosum. Corculurn pcrispermo farinoso cinctiini. Radicula iufcra. 
Cotyledones foliaceœ, transversini curvaia?. Planta perennîs y liirsuta. Folia 
alterna^ stipulacea. Flores 3-5 glonieratî , in spicani terminaleni et inter- 
ruptam dispositi 

RIEDLEA SERRATA. 



Plante lierLacce,vîvace, dont lcportal3caiicoup(1presseinblaiice a vecceluulu M F loch i a 
liirsiila^ CAr. ; cultivée chez M. Ccls , eu i8ûO , de gramcs rapportées de Porlo-Rîcco par 

Riedlé. Elle passe l'iiiver dans la serre chaude , et fleurît an milieu de Vclé. 



Racine presque ligneuse j rameuse, munîe de fibres; de couleur ccndrdc. 
Tiges droites, cylindriques, slrices, rameuses, feuillcos, hdrîsscrs de po 



bcrcule; très velues, d'un brun cendi 



j 



hautes d'un mètre, de 



.'i 



f 



grosseur d'une plume de cygne. Rjmeaux axillaircs, alternes, peu ouverts, de 1 
forme et de la couleur des tiges. 
Feuilles alternes, pctioldcs, ouvertes, munies de stipules; en crxîur et ovales, aiguës 



gaiement dent 



d 



l 



d 



\ 



partent plusieurs nervures latérales; veineuses, très velues, longues de sept centi- 
mètres, larges de quatre. 

Pétioles ouverts, convexes d'un coté, sillonnés de raulro, très velus, de la couleur 
des rameaux, du quart de la longueur des feuilles. 

Stipules insérées sur les côtés de la base du pétiole, et presque de la même longueur; 
horizontales, enlance^ pointues, membraneuses, striées, ciliées, glabres en dessus 

et velues en dessous. 
Grappes an sommet des tiges et des rameaux; solitaires, alongées, obtuses, grêles, 
interrompues, courbées vers leur sommet. Axe cylindrique, slrié, velu, de Ja 
couleur des rameaux. 



h0T\à 



vivantes daus les Antilles , accompagna le taplUiiiic Bautlin dans son Topyc autour du monde, cl ttiouruL i Timor, 



vîcLlmc (le sou ^t\e, pour la science 



Jl 



F 



LEUKS 



rapprochées par petits paquets 
férieure de l'axe de l'épi j presque si 



verticilles très écartés d 



la ni 0*1 lié 



5 



droites, munies de bractées; de la 



de celles du Melochia pyramidalis , et deux fois plus grand 



Bractées deux, opposées, entièrement conformes aux stipules. 

Calice double, très velu, subsistant : l'extérieur formé de trois folioles dro 



lance et 1 



? 



pointues, presque de la longueur de la fleur : l'intérieur, pi 



court, d'une seule pièce, en forme de cloche, membraneux, à cinq dents. 
Corolle formée de cinq pétales onguiculés. Onglets droits, planes, jaunâtres, de 
la longueur du calice intérieur. Lames ouvertes, ovales-renversées, parsemées de 



b 



veines nombreuses. 
Examines cinq, droites, monadelphes, plus courtes que la corolle. Filets réunis en 
un tube cylindrique et blanchâtre. Anthères droites, ovales, connivcntcs, à 

deux loges j d'un jaune pâle. 
Ovaire libre, arrondi , creusé de cinq sillons, très velu. Style subsistant, de la 
longueur de la corolle j simple et engainc dans sa moitié inférieure par le tube qui 
porte les anthères j divisé dans sa partie supérieure en cinq découpures droites 



j 



écartées, linéaires et pubescentes. 



Capsule entourée par les deux calices; de la grosseur d'un pois, surmontée du stylej 
membraneuse, très velue, de couleur brune, à cinq loges, s'ouvrant en cinq valves. 
Loges monospermes. J^alves bifides. Placenta central, pentagone à sa base, 

cylindrique dans sa partie supérieure. 
Graines insérées à la base du placenta, solitaires dans chaque loge; convexes d'un 



cote, an 




uleuses de l'autre; glabres, d'un brun foncé. 



Embryon dans le centre d'un périsperme farineux. Radicule inférieure. Lobes 
presque orbîculaires, foliacés, courbés transversalement. 

Obs, i.^ Le genre que je yîens d'établir se distingue du Melochia ^ par son calice double, par ses ëtamînes dont 
les filets sont réunis non en simple godet, mais en un tube cylindrique, et par ses semences qui sont attachées 
à un placenta central. Si le caractère fourni par le calice extérieur pouvoît être retranché du caractère générique 
du RiEDLEJj on rapporteroit alors à ce genre le Melochia caracasana j Jacq. dont les étamines sont réunies en 
cylindre, et dont les graines sont portées sur un placenta central. Cette espèce, et celle que j^ai décrite, seroîent 
distinguées et déterminées par les phrases suivantes. 

RiedleA serrata. Calice duplici ; foliis cordato-ovatîs , inaequalitcr serratis, hirsutîs. 

RiEDLEA crenata. Calice simplici; foliis cordatîs, crenatîs, subtùs tomentosis. 

a.** Le genre RiedleA doit appartenir à la famille d«s Hermannîes que j'ai établie dans l'ouvrage de la Malmaison 
pag. 91. Cette famille composée des genres delà première §• desTîliacées, et de ceux des Malvacées dontrcmbryou 
est pourvu d'un périsperme, tels que les HuccwiA y Melochia ^Stercvlia y etc. tient le milieu entre les Malvacées 
et les Tiliacées, et lie ensemble ces deux familles, 

Malvacées. Ëtamînes monadelphes. Embryon à lobes froncés. Périsperme remplacé par un mucilage qui s'însînue 
entre les replis des lobes de Tembryon. 

Hermannîes. Etamines monadelphes. Embryon au centre d'un périsperme farineux. ' 

Tiliacées, Étamines distinctes. Embryon au centre d'un périsperme charnu- 

ExpL desfg. I, Fleur, a, Calice double. 3, IJn pétale, 4, Calice ouvert pour montrer l'attache de la corolle 
et la forme des étamines. 5 , Pistil, 6, Fruit entouré par le double calice, et surmonté du style, y , Le même , avec 
le calice renversé, 8, Coupe transversale de la capsule , pour montrer les cinq loges, et le placenta central, g, 
Placenta central. lo , Une demî-valve. 1 1 , Une graine. la et i3 , la même coupée longitudinalement et transver- 
salement pour montrer la forme et la position de l'embryon. (Fîg. 3 4^ etc. grossies. ) 



P 




1 

1 



■* 



58 



INGA FILIPES. 



Fam. des Légumineuses, Juss, — Polygamie Monoecie, Ltnn, 
Spec. Plajitp cura TVillden y §. VI, Foliis-duplicato pinnatis» 

r 

INGA inermisj pinnis bijngisj foliolis qnadrijugis, obovatis, glabris j peduncuîis 

■ 

axillaribirs, rellexis, filiformibus, multifloiîs, longîssimîs. 

Arbrisseau découvert a Saînt-Domîngue par M. Poileau; remarquable par la dureté de 
sonboîs, par ses feuilles coriaces, par la finesse et la longueur de ses pédoncules, et par ses 
fruits d'un rouge éclatant. 11 croît sur les mornes secondaires, a Texposîtion du nord. Ses 
fleurs s'épanouissent au commencement du printemps^ et durant le cours de Tété. 



1 




iGE droite, rameuse dès sa base, recouverte d'une écorce crevassée et de couleur 
cendrée; haute de trois mètres, de la grosseur du pouce. ^/f./-YC-^i?5 alternes, 



> 




peu ouvertes, cylindriques, noueuses, glabres, gercées, de la couleur de la tige, 
i?v/M£y/Lr2:axillaircs, droits. 

' f 

Feuilles alternes, pétiolécs, deux fois ailées sans impaire*, muuios de stipules. Aij.es 
opposées, horizontales, quelquefois simplement conjuguées, plus souvent disposées 
sur deux ou trois rangées. T^oz/oz^-.sordinaireiucu tau nombre de quatre sur chaque 
côté des ailes; opposées, presque scssiles, ovales-renversées, divisées inégalement 
par la côte moyenne; veinées en forme de réseau surleur surfaire inf('ri('ure; coriaces 
abres, d'un vert foncé en dessus, d'un vert pâle en dessous : les deux supérieures 
longues de trente-cinq milliinrlres, et larges de vingt-cinq; les inférieures insen- 
siblement plus courtes. 

Pétiole commun presque droit, cylindrique, renflé à sa base, surmonté d'une pointe 
courte, muni, entre chaque paire d'ailes, d'une glande cupuléeet sessile; légèrement 

pubescent, d'un brun clair, long de quatre centimètres. Pétioles secondaires, 

horizontaux, de la forme et de la couleur du pétiole commun, longs de six ccntl- 

mètres. Pétioles des folioles renflés, extrêmement courts. 
Stipules distinctes du pétiole; droites, ovales, membraneuses, légèrement pubes- 

ccntcs, tombant promptement; très courtes. 
Pédoncules axillaîres, solitaires, réfléchis, filifurmes, renflés à leur sommet, presque 

r 

glabres, à plusieurs fleurs ; plus longs que les feuilles. 
Fleurs au sommet du pédoncule, écartées et ouvertes en étoile, scssiles, munies de 

bractées; veidàires, grêles, longues de quatre centimètres : la plupart herma- 

phrodiies, quelques unes simplement mâles. 
Bractées en nombre égal à celui des fleurs; de la forme et de la couleur des stipules. 



1 



Calice d'une seule pièce, tubulcnXj glabre, divisé h son limbe en cinq dents courtes, 

long de cinq millimètres. 
Corolle monopétale, insérée à la base du calice, et trois fois plus longuej tubulée, 






dentée à son limbe. Tube grêle, insensiblement dilaté. Limbe à cinq dents ouvertes 

ou réflécliies. 
Étamines très nombreuses, ayant la même attacbe que la corolle et deux fois plus 

longues j monadelpbcs. Filets droits, capillaires, blanchâtres, réunis en tube dans 

la partie qui est recouverte par la corolle, libres cl distincts vers leur sommet. 

Anthères mobiles, arrondies, très petites, d'un jaune de soufre. 

Ovaire libre, oblong, glabre, verdàlre. Style droit, capillaire, plus long que les 



étamines, et de la même couleur. Stigmate obtus: 



LÉGUMES pendants, longs d'un double décimètre , comprimés , pointus, renflés par la 
saillie des graines; s'ouvrant en deux valves, d'un rouge éclatant, poly spermes. 

, presque de la grandeur de celles de 



G 



RAINES 



ovales, légèrement comprimées 



I'Hymeis^â', recouvertes d'une membrane très mince, de couleur fauve, veinées 



5 



de rouge. 



Embryon droit, delà forme des graines. Lobes grands, convexes en dehors, planes 
en dedans, charnus, verdàtres. Radicule ei Plumule très petites, de forme 
conique. 

Obs. La plante que je viens de décrire appartient au genre Acacia de Tournefort. 
Ce genre a été réuni par Linnœus à celui du Mimosa : mais l'observation a démontré 
que dans cette circonstance, ainsi que dans plusieurs autres, le Célèbre Professeur d'Upsal 



pas dû former 



groupe des genres que Tournefort avoit jugé à propos de 



parer, et sur-tout des genres Acacia et Mi 



Les partisans zélés du sj 



sexuel, ont adopté presque sans examen les genres établis par Linnœus. Cependan 
Adanson et Gaertner dirigés dans leurs travaux par l'observation la plus rigoureuse, on 
rétabli la plupart des genres de Tournefort , et sur-loutceux de V Acacia et du Mimosa 



L'auteur du 



t) 



des fruits et des 



semences a même ajouté, 



après la description de YAcACiAj ces expressions remarquables : « Gehiis hicl 
siimmo Tourneforfio in duo divisimty). Linnaeus n'avoit décrit dans le Species de i 



que 45 espèces de M1310SA; M. Willdenow qui vient d'en publier 2o5 a pensé que pou 




venablement un nombre aussi considérable déplantes, il de\ 

adopter les genres Acacia et Mimosa de Tournefort _, mais 

Inga de Plumier , et former deux nouveaux genres auxquels le Savant Professeur d 

Berlin a donné les noms de Schrankia et DeS3Iu4Nth 



rétablir le g 



Expl desfig. I , Fleur. 2 , La même dont une partie du tube de la corolle a été retranchée 
pour montrer la monadelpliie des étamines. 5 , Une graine coupée transversalement. / La 
même coupée longitudinalement pour montrer la position de la radicule et de la plumule. 



a 




SCUTELLARIA incarnata. 



Fam. des Labiées, Juss. 



DiDYNAMIE GyMNOSPERMIE , LlNN, 



SCUTELLARIA foliis cordatis, dentatis, subtùs tomentosis; spicis lerminalibus 

secundis; bracteislineari-lanccolatis; floribus incarnatis. 
Var,^. [Minor) fobis lanceolato - ovatis. 

Plante herbacée, vîvace, remarquable par réclat de ses fleurs 3 originaire de l'Amérique 
Méridionale j envoyée de Santa-Fé de Bogota, par M. Umana , Savant Naturaliste Espagnol. 



« 

Tiges droites dans leur partie inférieure, et courbées dans la supérieure j tétragones, 
rameuses, liérissécs de poils mous, courts et serrésj de couleur cendrée, longues 
de six dccimctrcs, de la grosseur d'une plume de corbeau. Rameaux .nxîllaircs, 

. - 

opposés, ayant la forme et la direction des tiges. 

Feuilles opposées, très ouvertes, pétiolres, en cuiir on tu lance et ovales; aiguës, 
dentées, relevées d'une côte saillante et rameuse *, paroissant veinées, lors(|u'uu les 
observe avec la loupe; parsemées en dessus de poils mous cl peu apparents, drapées 
en dessous ; douces au toucber, d'un vert foncé sur la sin Hiee supérîeiue, d'un vert 
pâle sur rinfcricurc : celles qui sont en coeur, longues de cinq ccntimèircs cl larges 
de trois; celles qui sont ovales et en lance, moitié plus courtes. 

Pétioles presque liorizontaux, ouverts, convexes d'un côté, sillonnés de l'autre; de 
la couleur des rameaux; du quart de la longueur des feuilles. 

Grappes au sommet des rameaux; solitaires, très simples, légèrement courbées, 
làcbes ou peu garnies de fleurs; longues d'un déeimètre. Axes dos grappes ayant la 



forme et la couleur des rameaux. 



Fleurs opposées, ou vertîcillées en petit nombre sur Taxe des grappes; écarlée;; et 
disposées sur deux rangées; ouvertes, pédiculées, munies cbacune d'une bractée; 
d*unbeau ronge, longues de trois centimètres. 

Pédicules ouverts, cylindriques, delà couleur de l'axe, longs d'un centimclrc. 

Bractées liorizontales , linéaires et en lance, de la couleur et de la longueur des 

pédicules. 

Calice d'une seule pièce, tubulé, comprimé, presque entier à son limbe; bérissé en 
dcliors de poils mous elcourts, glabre en dedans; de couleur cendrée, delà moitié 
de la longueur du pédicule; subsistant. Tube insensiblement dilaté, muni d.ms sa 
partie moyenne d'une petite écaille concave qui s'alongc considérablement après la 
floraison, et devient presque plane. 



t 



Corolle monopëtale, bypogyncj tuLulée, labiée, pubocente, six fois plus longue 
que le calice. Tube rétréci vers sa base, insensiblement dilaté et comprimé dans le 
reste de son étendue. Limbe^gxx ouvert, divisé en deux lèvres. LÈrRESUPÉRiEUHE 
à trois découpures ovales, obtuses, concaves. Lèvre lypÈiuEURF. à une seule 

■ 

découpure très entière. 

TAMiNES quatre, dont deux plus longues et deux plus courtes (didjnûmes) ; 
attachées au dessus de la partie moyenne du tube, situées sous la lèvre supérieure , 
et plus courtes. Filets courbés, filiformes. Anthères mobiles, ovales, à deux 
lobes distincts et écartés après la fécondation. 
Ovaire libre, à quatre lobes, porté sur un réceptacle charnu. Style courbé vers le 




sommet 5 filiforme, de la longucurdes éivivn\ncs , St i Q m a t e à deuxdivisionscourtes, 
ouvertes, pointues, inégales. 
Graiives quatre, ovales -arrondies, de couleur brune, situées au fond du calice qui 
fait les fonctions de péricarpe, et dont le limbe s'est resserré. 

Obs. 1° J'ai du considérer les deux plantes qui sont figurées dans la planche Sq, comme 
variétés d'une seule et même espèce , puisqu elles se ressemblent parfaitement , et qu'elles 



des 



présentent sur les mêmes individus des feuilles en cœur, et des feuilles ovales. 

2.° La ScuTELL^RiA incarnata semble s*éloigner du genre par le tube de la corolle q 
n'est poinl courhé en arrière à sa base , par la lèvre supérieure dont la division moyeni 
n'est point échancrée, et par la lèvre inférieure qui est très entière. Elle ne doit pas cependai 
être séparée ^mScutellaria puisqu'elle présente le caractère essentiel de ce genre, q 



consiste dans une écaille concave , adhèrent 
après la floraison. 



géant considérablement 



.° Le calice des espèces du genre Scutellaria n'est point fermé dans la maturité du 
fruit par un opercule , mais par les lèvres du limbe qui sont alors très rapprocliées , et qui 
se resserrent comme dans toutes les autres Labiées. La petite écaille , en forme de hotte , 
qui adhéroit à la partie moyenne du calice, s'est à la vérité beaucoup accrue ; mais elle est 
souvent droite, et lorsqu'elle est penchée sur le calice, elle ne ferme point son limbe, et ne 
doit pas être désignée par le nom d'opercule. 

r 

Expl. des fig. I , Fleur entière un peu grossie. 2 , 
4, Anthère grossie. 5, Calice qui s'est considérablement accru après la floraison, resserre 
à son limbe pour retenir les graines. 6 , Le même fendu sur un de ses côtés pour montrer 
les quatre graines qui sont portées sur un réceptacle charnu. 



Calice et P 



5 , Coroll 



lÉ 



\ 



i^ 



"» 



4o 




SPATHODEA 



CORYMBOSA. 



Fam. des BiGNONES, JuSS. — DiDTNAMIE AnGIOSPERMIE , LiNN. 

SPATHODEA foliis oppositis, conjugatis, subcordatis, glaberrimisj pctiolls pedun- 
culisque basi glandulosis j floribus corymbosis. 

Arbrisseau d'un bel aspect 
découvert par Rîedlé , lors 



ement dans Tisle de la Trinité , où il fut 



de la première expédition du Capit 



d 



Ses 



esque aussi grandes que celles du Bignonia rad\ 



d 



développent dans 



liGES droites, cylindriques^ rameuses, glabres, recouvertes d'une écorce gei 
d'un gris cendré; hautes de deux mètres. Tf^-^^^^t^xaxillaircs, opposés, peu ou 



feuill 



d 



/ 



es, munis entre cbaque pétiole d'un rebord demi-circulaire et peu 

forme et de la couleur des tig(!S. 
Feuilles opposées, horizontales et quelq^ucfois réfléchies, péliolées , conjugucos, 
dépourvues de vrilles. Folioles péliolées, en cxeur et ovales, aiguës, l^^^ rntières, 
relevées d'une côte saillante et rameuse j veinées, glabres, curîaces-, d'un vert gai 
sur la surface supérieure, d'un vert plus pâle sur rinféricurc; longues de dix cen- 
timètres, larges de six. 

PÉTIOLES COMMUNS articulés dans les nœuds des rameaux; très ouverts, cylindriques, 
glanduleux à leur base, bifurques à leur sommet; glabres, de la couleur des 
rameaux; longs de deux centimètres. Pétioles des Folioles articulés , de la 
longueur du pétiole commun, ayant la même forme, et la même couleur. 

CoRYMBEs dans les aisselles des feuilles, et au sommet des rameaux; solitaires, pédon- 
cules, étalés, peu garnis de fleurs. 

PÉDONCULE COMMUN droit, articulé, glanduleux à sa base, divisé à son sommet; de 
la forme, de la couleur, et de la longueur des pétioles. DirisiONSdM nombre de 
six, écartées commeles rayons d'une ombelle; articulées, bifurquéesà leur sommet, 
ou surmontées chacune de deux pédicules uniflores; de la forme du pédoncule 
commun , et de la moitié de sa longueur. 

■ 

Fleurs d'un rouge jaunâlre, très grandes, longues de huit centimètres; ayant les 
divisions du limbe recouvertes par leurs bords, ainsi que les Apocinées, avant leur 

épanouissement. 
Calice d'une seulepièce, en forme despalhe; ventru, légèrement comprimé, glabre, 
coloré , divisé sur un de ses côtés dans toute son étendue; entier à son limbe qui 

se prolonge en une pointe conique et rejetée en dehors; long de trois centimètres. 



J 



Corolle monopétale, hypogyne, iiifundiLuriforme. Tube insensiblement dilaté 
strié, veineux, glabre, deux fois plus longs que le calice. Limbe très-ouvert , en 
cloche, à cinq divisions ovales-arrondics, réfléchies, presque égales, parsemées 

d'un grand nombre de veines. 
Étamines cinq, savoir quatre fertiles dont deux plus grandes et deux plus courtes 
[didjnames) , et une stérilej insérées vers la base du tube. Filets courbés vers 
leur sommet, ^liformes, glabres, de la moitié de la longueur du tube : celui de 

rétamine stérile beaucoup plus court. Anthères formées de deux lobes qui 

adhèrent par leur sommet au filet 
linéaires et à une seule loge. 



/ 



) 



et qui sont écartés, presque borizoutaux, 



Ovaire libre, 



w 

ovale, glabre. Style droit 



î 



cyîinJiique, un peu plus long que les 



étamines. Stigmate formé de deux lames rapprochées, ovales, comprimées 



Fr 



UIT 



Obs. 1° La plante que je viens de dé 



paroît se rapprocher par la forme d 



feuilles,et par son inflorescence, AvlBignoxia c o rjmh îfe ra y Vahl; mais elle endifTère 
essentiellement par ses pétioles glanduleux a leur hase , par son calice en forme de spalhe , 
par la grandeur de ses fleurs, etc. 

2.® J'avois annoncé dans le Jardin de la Malmaison, an verso de la page 45, la nécessité 
de former un nouveau genre qui comprendroit les espèces du B ion ont A y dont le calice 
étolt en forme de spatlie, M. Palîssot de Beauvoîs a établi ce genre dans sa Flore d'O^vare 
et de Benîn, pag. 46 5 sous le nom de Spathodea. J^ai cru devoir adopter la dénomination 
de mon savant confrère 3 et j'ai désigné par le même nom générique l'espèce nouvelle que 



e nu 



lep 



bl 



genre Spathobea renferme quatre espèces qui peuvent être distinguées par 



plirases î 

Spathodea corymbosa. Folîis opposîtîs, conjugatis» subcordatîs, glaberrîmîs; floribus 
corjmbosis, PI. 40. 

Spathodea longtflora. Foliis sœpîiis oppositis, mipari-pînnalîsj foliolis ovatîsj floribus 
axillaribus , pedunculatis , longîssîmîs. — Bignonia spatliacea ^ Linn. 

r 

Spathodea campanulata. Beaw. FI. d'Ow. pi. 27 et 28. Foliis alternis., irapari-pin- 

natis ; foliolis lanceolatis \ floribus spicatis ; corollis ventricoso-campanulatis. 

Spathodea lœvis. Beaut. FI. d'Ow. pi. 2g. Foliis alternîs , impari-pinnatis j foliolis 

ovalis , supernë dentatis ; floribus spicatis j corollis tubuloso-campanulatis. 

ExpL desjig. i , Calice et Pistil. 2, Corolle dont la partie supérieure est retranchée, 
et dont le tube est ouvert pour montrer Fattache , le nombre , et la direction des étamines. 
3, Pistil. 



r. 




T jfr 




^ 



X' 




f * 




GUAREA RAMIFLORA. 



m 

Fa M. des AzEDARACHS, JuSS. — OcTANDRIE MoNOGYNIE, LiNN, 

GUAREA foliis bijugatis; foliolis ov^ato-lanceolatisj ramls floriferis. 



p 

Arbre de moyenne grandeur^ garni d'une cime touffue; dëcouverlàPorlo-Ricco par Riedlé 
Ses fleurs s'épanouissent sur la fin du printemps. 



Tronc droit ^ de la grosseur du Bouleau; recouvert d'une ëcorce crevassée et de 
couleur cendrée. Branches alternes, très ouvertes, cylindriques , de la couleur du 
tronc, divisées en un grand nombre de rameaux. 7?y/3/JF^^ rayant la direction et 

w 

la forme des branches; de couleur brune, parsemés de tnbcrcuîcb Llanrbâtres. 
Jeunes pousses liérissées de poils courts qui luiabcul à uiesuie qu'illes prennent 
de l'accroissement. 

■ 

Feuilles alternes, peu ouvertes, portées sur de lungs'pétioks; ailées, d'un vert foncé 
en dessus, d'un vert pâle en dessous, i^o/./o/./r.ç ordinairriucutàdcux conjugaisons, 
et quelquefois à une seule j opposées, pétiolées, ovales cl en lance, rclrécics en 
une longue pointe vers leur sommet, très entières, relevées d'une côte saillante 
et rameuse; veinées, luisantes, parfaitement glabres sur leur surface supérieure, 
parsemées sur la côte, ainsi que sur les nervures de la surface inférieure, de poils 

peu apparents; longues de quatorze centimètres, larges de cinq. 

Pétiole COMMUN renflé à sa base et creusé de stries transversales; cylindrique clglabre 
dans sa partie inférieure qui est nue; convexe d'un côté et sillonné de lautre dans 
sa partie supérieure qui porte les foliole*^, et qui es! parsemée de poils rnncliés et 
peu apparents. Pétioles partiels renflés et striés transversalement dans toute 
leur étendue; convexes d'un côté, sillonnés de l'autre, longs de quinze niillimètres. 

Fleurs naissant sur le vieux bois, rapprochées en petits bouquets écartés les uns des 
autres; presque scssiles, entourées de bractées; d'un blanc lavé de rose; tétragones 
et tronquées à leur sommet avant leur épanouissement; ensuite très ouvertes et. 
assez semblables à celles deVAzedarach, mais un peu plus petites. 

Pédicules droits, cylindriques, colorés, extrêmement courts. 

Bractées ovales -arrondies, très velues, de la longueur des pédicules. 

Calice très petit, d'une seule pièce, en forme de coupe; coloré, béri^ de poils, 
divisé à son limbe en quatre dents courtes. 

Pétales quatre, insérés à In base du tube qui porte les élamiucs; très ouverts ei 
recourbés; ovales-oblongs, obtus, glabres, quatre fois plus longs que îc calice. 



- . 



Tube staminifère hypogyne., cylindrique , entier à son limbe ; plus court que la 

corolle. 
Et AMINE s huit, attachées un peu au dessous du bord interne du tube. Filets 

presque nuls. Anthères adhérentes au tube par un filet court qui s*mscre dans 

leur partie moyenne; droites, ovales^ obtuses, à deux loges, d'un jaune pâle. 



1 



O 



libre, porté sur un réceptacle orb 



î 



globuleux, glab 



verdatre. Style cylindrique, de la longueur du tube qui porle les ëtamines. 

Stigmate en tête, creusé de quatre sillons peu apparents. 
Capsule entourée par le calice; globuleuse, creusée de quatre sillons, coriace, glabre^ 

roussâtre, divisée en quatre loges, s'ouvrant en quatre valves. C£0/50ir5 adhérentes 

longitudinalement à la partie moyenne des valves; contîguës, avant la maturité 

du fruit, au placenta ou axe central. 
Graines solitaires dans chaque loge, attachées à l'axe central par un filet alongé; 

pendantes, ovales, recouvertes à leur ombilic d'une tunique blanche d'un coté, 

et rouge de l'autre. 



Obs. L'espèce que je viens de décrire, et celle queLinneeus a nommée GuAREA trichi- 

lioides j peuvent être distinguées par les phrases suivantes qui présentent leurs principaux 
caractères spécifiques. 

F 

GuAREA trichiîioides. Foliis pinnatis; foliolis 7-14-jïigis, ohlongisj racemis axillaribus , 
solîtariis , longissimis j capsulis turbinatîs. 

GuAREA rami/lora. Foliis hijugatis 5 foliolis ovato-lanceolatis; raraîs floriferis j capsulis 

gîohosîs. 



Uxpl desfig. I, Fleur. 2, Tube staminifère. 3, Un pétale. 4» Cahce , et Pistil porté 
sur un réceptacle. 5, Capsule. 6, La même ouverte pour montrer les cloisons adhérentes 
aux valves, et les graines pendantes qui adhèrent au placenta par leur cordon ombilical. 
7 , Une graine pourvue de sa tunique. (Toutes les figures de la fleur sont grossies. ) 



I 



i 



\ 



Li 




POIRETIA. (I) 



Fam. des Légumineuses, §. ^WX^Juss, — Diadelpiiie Décandrie 

LiNN. ■ 



J 



Character essentialis. Calix campanulatus , limbo 2-îabiato, suprà 
emarginato, infrà 3 - dentato. Vexïllum semiorblculatum , emargiiiatum , à 
carinâ repulsiinij îateribus reflexum. Alœ oblongge, obtusîssimoe. Carina falcata 
svLTSùm ûe\di . Stamina lOjquandoquèSj i-adelpha. Stigma cdi^yXdiinm. Le gumen 
compressum , artîculatum;arliculis i-spermis, matuiltale à se invicem sobibilibiis. 
Frutex scandens. Folia abrupte pinnata ^ hljuga ^ glanduloso-peîîncîda. 
Stipulée hpetiolo distinctœ. Flores raceniosij hracteati , glanduloso-pellucidi. 
Habitiis et flos Glycines; fructus vciô Hedysari. 

POIRETIA SCANDENS. 



Glycine Lamarck, Illustrât. Gêner, pi. Q^oc)^ fig. a. Ex Ilerhario flwforzV [absqiin 
nllà descriptione.) 

Arbrisseau découvert par M. Turpin, a Saint-Domingue, dans 1rs lorrains arides , parmi 
lesCampêches sur lesquels il grimpe et s'élève j remarquable par les glandes transparentes 
dont toutes ses parties, el sur-lout les feuilles sont parsemées. 11 passe l'iiivcr dans la serre 
chaude , et fleurit pendant toute la belle saison. 




I 



grimpantes, cylindriques, slrides, rameuses, glabres, parsemées de glandes 



peu apparentes; d'un beau rouge, longues de deux mètres, de la grosseur d 



plume de corbeau. Rame a 



î 



alternes, très ouverts, ayant la forme 



direction des tiges; pubescents, de couleur rrndrée 



F 



suiLLES alternes, rapprochées, horizontales, ailées sans im2)aire, pëiiolées et 
articulées sur le pétiole, munies de stipules; paroîssant, lorsqu'on h*s observe avec 
la loupe, parsemées de veines et couvertes de glandes; glabres, d'un vert leiidre, 
longues de deux centimètres et demi. Folioles de la forme el de la grandeur de 
celles du Colutea cruenta ait. , au nombre de quatre, disposées sur deux rangées; 
opposées, pétiolées et articulées sur leur pétiole; en cœur renversé; s'abaissanl el 
s'appliquant l'une contre l'autre aux approches de la nuit; longues de douze 
millimètres, et larges de dix : les deux inférieures pourvues chacune d'une stipule. 

Gla>'des éparses sur la surfiice et sur le bord des foHoles qui paroîl crénelé; saillantes, 
transparentes, entourées d'un anneau opaque. 

PÉTIOLE COMMUN cylludrique, très grêle, renflé et parsemé de glandes à sa base; strié, 
pubesccnt, de la coubiir des rameaux, long de vingt millimèlres. Pétioles 
partiels de la forme du pétiole commun; glanduleux sur toute leur surface, 
extrêmement courts. 



(,\ T P ^Pnrc PoiBFTl 4 établi par Cavanllles, est le m^mc que celui qui avoit été àé\h nommé SrRElfCEU^ par 
M.^ sînUh. -Te gem rA/«rr;^ Iw Gmelin ..x\ d'après l'observation de M. de Juwieu , «ne espèce du Dnnof^B.^ 

de Forsier. 




^ 




JtÊ^ 



F 



td 



Stipules des Feuilles distinctes du pétiole commun 
organe; ouvertes, en lance, pointues, gîai 



au dessous d 



dul 



5 



ub 



î 



très courtes. 



Stipules des Folioles conformes à celles des feuilles j de la longueur des 

'm 

pétioles partiels. 
Grappes axillaires, solitaires, très ouvertes, simples, ne contenant qu'un petit 



5 



) 



nombre de fleurs; à peine de la longueur du pétiole commun. Axes des grappes 



munis à leur base de quelques bractées courtes et conformes aux stipules; filiformes 
glanduleux, pubescents. 



j 



Fleurs horizontales, pcdiculées, glanduleuses, d'un jaune citron, ae la granueur 



de h 



d 



de celles du Mélilot. 



Pédicules capillaires, renflés h leur sommet, munis cbnrun d'une bractée à leur 



.1 



les Ile 



base ; de la couleur du pédoncule, et du tiers de la grandeur des ueurs. 

Ca.lice très petit, en cloche, divisé à son limbe en deux lèvres, glabre, glanduleux , 

persistant. Lèvre supérieure échancrée. Lèvre iis'ferieure à trois dents 

égales. 
Corolle attachée vers la base du calice, papllloimacée , formée de quatre pétales 

portés chacun sur un onglet. Étendard repoussé parla carène; semi-orbiculaire, 

échancré, à bords réfléchis, plus long que les ailes. Ailes oblongues , tronquées 

obliquement à leur sommet, m.unies d'une oreillette sur le côté de la base qui est 



opposé à l'onglet; un peu plus longues que la carène. Carène courbée en demi 



cercle, renflée dans sa partie moyenne, obtuse à son sommet qui repousse l'éten- 
dard; bifide à sa base. 

Et AMINES insérées à la base du calice; an nombre de dix , quelquefois de huit; 
monadelphes, contenues dans la carène. Filets réunis dans presque toute leur 
étendue en une gaine comprimée , courbée à son sommet, et creusée en dessous 
d'un sillon; libres dans leur partie supérieure, capillaires, alternativement plus 
courts. Anthères mobiles, arrondies, très petites, jaunâtres. 

Ovaire renfermé dans la gaine des étamines; linéaire, 
coudé, filiforme, plus long que les étamines. Stigma 



comprimé, glabre. Stfl 



LÉGUME pendant, linéaire, comprimé, glabre, glanduleux, articulé, entouré à sa 
base par le calice qui subsiste. Articulations au nombre de trois , oblongues , 

monospermes, se séparant dans la maturité du fruit. 
Graines oblongues, obtuses, munies vers leur base d'un ombilic linéaire et court, 



au dessus duquel on aperçoit le micropile. 

Obs. i.'^Laplantc que je viens de décrire doit être placée à côté de V If EDFSJauM dont cUg se Ta^ptocho infiniment 
par la forme de son légume ; mais elle s'en éloigne tellement par les caractères de la fleur , que M. de la Murck, 
qui n'en connoissoît point le fruit, n'a point hésité, d'après Finspection des organes de la fleur, à la rapporter au 
genre Glycine, Ainsi le PoiretïA diffère essentiellement de VHedvsarum par son port, et par les caractères de 
sa fleur ; et il se distingue du Glfcine par son légume formé d'articulations qui se séparent 



3/ Plusie 




Q 



permis de remarquer que le mot Lomentiim signifie , d'après tous les lexicographes , la bouillie, que l'on fait avec 



esiirn 



PliiX. 1. 185 c. 12. 



Jabœ : quippe ex qua tentatus etiam sit punis ^ cujusfi 



defabd 



3.** Le PoiRETU scandens est remarquaLle par la forme des glandes dont ses feuilles sont parsemées. Ces glandes 
qui sont saillantes, transparentes , et entourées d'un rebord opaque , out plus de rapports avec les pores corticaux , 
qu'avec les glandes miliaires. Elles out quelque ressemblance avec celles des Dalea et de quelques espèces de 
PsonALEA^ qui sont les seules légumineuses dans lesquelles on ait observé des feuilles ponctuées. Voy. fig. a • 



/&• Ï5 Fleur, a, Pétales. 3, Calice. 4, Étamines. 5, PistiL 6, Légume. 7, Le même dont les 
ariîcixîatîons se séparent. 8, Uuc graine. 9, La même grossie. 10, La même présentée de côté, pour montrer 
l'ombilic et le micropile- (figures grossies. ) 



H 




43 



SAMYDA spiNULosA. 



r 



Fam. des Samydées (i). — Décandrie Monogynie, Linn. 



SAMYDA floribusdecandris; foliis ovali-oblongîs, acuminalis, scrrulalis, corîaceis, 
glaberrimisj pediinculis axillaribus, unifions. 



E 

Arbrisseau remarquable par la beauté de son feuillage, cioissanl ualurellement à l'île de 
Saint-Thomas, où il a e'té découvert par Riedîc'. Ses fleurs s'e'panouisscnt sur la fin de l'e'lë. 




iGE droite, très rameuse, recouverte d'une écorce ïrercée et d 



h 



qiialre mètres. Bi^âjyches alternes, liés oi!VPiie«;. de la ronjeur d 



Rj M EA u X ay 



< 



linxtion des branches; cylindriques, pi 



légèrement piibesceiils, parscnits de cpielqucs inbrienles blaMe^âtr^«^; d'tin brur 
l'onre. 

Feuili.i: s alternes, prtiolées ^ ouvrîtes, munies d»- stip\des; ovales-f»Mongnrs 

■ 

pointues, ayant qucLpicfois vin des eAirs de le»ir Iv.im' plus prolongé cpie l'aniic: 



î 



t 



garnies snr leurs bords di' dmts aigurs et piqtianles; rrlcvres d'un»; côlc saillanle 
d'où partent plusieurs nervures Iransvcrsabîs; veineuses, cimtk «s, par^cnn-es sur 
cliaqne surface de pi lits tubercules Iranspncnts; glabres et d'un vert fuucé «n 
dessus, d'un vert pâle en dessons cl légèrcnn'nt pidtcscenh b sur lei> nervures; 
longues d'im drrinu^'lre, larges de (piatre cenlimèlres cl demi. 

Pétioles peu ouverts, convexes d'un côlé, sillon nés de l'autre, ])id)ei»r(nts, de In 
couleur des rameaux; exlrcmemenl coin-ls. 

Stipules sur les cotes de la baî>c du pcliole; droites, en lance, aiguës, pnbesccnlcs, 



q 



Fl 



ELKS 



tées deux ou trois sur \\n tidxîrcule; presq 

; de la moitié de la grandeur de c 



plèlcs, munies de bractées 

serrulata^ et de la rnrmc* < ouleur. 
PÉnoNcvLi s extrêmement courts, droits, tylindritpics, p 
Bractles 



Sam 



droites, ovales, ai 



gués, concaves, mei 



piibescentes en deh 



un peu plus longues que les pédoncules; tombant promplement. 
Calice d'une seule pièce, Inbulc, divisé à son limbe; strié, couvert eo delioi 
poils courts et serres, glabre eu dedans; épais, de coul<Mir j>ourprc, subsis 
2 'c;jB£ cylindrique. Limui: k cinq divisions ouvertes, ovales, aigu» s, d<- la long 

du lidje. 
Corolle nulle. 



(i) Voyrr le nirmoirc in-f'rt* painii ceux de la CltMe Ucs Sticnce» Phy«quc$ et ^l.<lhr'maliq^C5 ilc l'învtltnt . 
année ifto8, wir la faniillc tlt^ SjMroÂLi. 




Obs. Le Samtda spiniilosa paroît avoir quelques rapports ^\ec\ç^iSAMTDA serrulatay 
LiNN. et Samyba glahrata^ Sw. Il diffère sur-tout du premier par ses feuilles coriaces et 
parfaitement glabres , par le nombre des étamines , et par ses fleurs moitié moins grandes. 11 se 
distingue du second par ses feuilles dont les bords sont munis de dents aiguës et piquantes , par 
la couleur de ses fleurs , par son fruit d'une forme différenle , et beaucoup plus gros. 



Expl. des Jîg 



Fleur 



dedans. 2 , La même vue en dessous. 3 , Pistil. 4 » Calice 



ouvert pour montrer Je nombre et la forme des étamines. 5, Graine vue du côté de son arille. 6 
La même vue en dedans. 7 , Graine dépourvue de son arille , et coupée transversalement. 8 , L 
même coupée longitudinalement. 



■ 



^ 

% 



^ 



Étamines dix, monadelphes^ insérées à la base du calice, plus courtes et de la même 
couleur. Filets réunis dans presque toute leur étendue en un cylindre qui adhère 



dans sa moitié inférieure au tube d 



? 



qui est libre dans sa partie su[ 



7 



qui est tronqué à son ImiDe, et 



b 



d 



en 



d 



IX 



d 



d 



et comnrimées 



î 



d 



I ^ r 



Anthères portées sur les dents du cylindre, droites 
Ovaire libre, ovale, pubescent, d'un vert bîancliàire. Style droit, cylindrîqii 

glabre, de la couleur, et de la longueur des étamines. Stig^tjte épais, en tclc, 
Capsule globuleuse, pointue, de la grosseur d'une petite prune; entourée à sa ba 



des débris de la fleur; creusée de quatre à cinq 



) 



g 



loge, s*ouvrant en quatre ou cinq valves, contenant un grand nombre d 

f 



g 



é 



Graines presqu'entièrement recouvertes d'un arille membraneux, lacin 

d'une pulpe glaireuse; d'abord adhérentes aux valves dont elles se détachent d 



] 



a 



d 



finit; ensuite agglutinées et formant une 



masse 



globiil 



de la caijsule; coniques, renflées et creusées à leur base; d'un b 



E 



M 



Lobes arrond 



> 



d'un périspcrme charnu. M^ Dieu le supérieure, cyhndriq 
planes. 



1 
i 



^ 




••- 




44 




CASEARIA iLiciFOLiA. 



Fa M. des Samydées. — Décandrie Monogynie, Lin n. 



? 



CASEARIA floribus hexandris ; folils 

r 

tomenlosis. 



ovatis, angnlalo-spinosis, coriaceis, su 



btùs 




Arbrisseau touffu, entièrement deDOuillé de 



l 



déco 



î, dans les environs de Mont-Clirist , par M. Turpin. Ses fleurs se dévcloppen 
de iuin , et ses jeunes feuilles commencent alors à se dérouler. 



^ 



Tige droite, cylindrique, très-rameuse, couverte d'une t'corce gercée, galleusectd 
couleur cendrée; haute d'un mètre et demi, de la grosseur de l'indi x. R tyiEAu: 



alternes, peu ouveris, de la 
blanchâtres*, garnis d'un grand 

Boutons à Fleurs et à Feuilu 



forme 

1 



» 



ge; glabres , parsemés d 



IIDIC 



de boulons. Je 



î 



se ( 



1 



1 



1 



r5 POUSSES drapées, 
îans h.' cours de l'été 



î 



formés d' écailles ovales, membraneuses, pubesccntcs : celles des boutons à fl 



bsistantes; celles des boutons à f< 



) 



F 



tombant pronn 



EuiLLEs allerncs, pétiolécs, ouvertes, niuui<'s de .-^ 




)ides: ovales ou ovales 



obloniincs. souvent échancré 



b 



j 



m 



p 



< 



den 



f * 



s (^pMHMises; rc 



d 



V 



vMe sai 



( 



1 



laiilc et ramcifsej veinées, 
(!t d'ini I)c.ni \t:rt sur la 



péricure, drapées et d'un blanc argenté sur rinféricurej longues d 



ptccnlinietrcs, large 



( 



a 



PÉ] 

Sti 



cylindriques, hérissés de poils courts; longs de cinq miilim 



côtés de la base du r 



presque droites, en alènc, drapée;? 



Ft 



tombant promptcmcnt 
ruRS naissant par pet 
quelques unes droites , 



bouq 



les écaill'^"'^ subsistantes des 



j 



I 



pendantes; pédouçulées, incomplètes, -d 



rouge plus vif que celui de la rose, longues d'un centimèire. 
Pldo.ncl'LES presque tous réfléchis, écartés, filiformes, pubcsccnts , delà couleur 

des fleurs, et plus longs. 
Calice d'une seidc pièce , en cloche , divisé profondément, coloré, hérissé de poils 



ubsistant. Limbe à cinq divisions p 



ouvertes , oblung 



ucs 



? 



g" 



7 



finement striées. 



Cou 



Étamines six , monadclphcs, insérées à la ba?;e du calice et plus courtes, i^ 



ombre de d 



) 



emcnt fertiles et stériles, rén 
lu 



godet qui adhère au tube du calice, distincts dans le reste de leur étend 




- -^- r 



comprimes 



amincis en po 



leur sommet ; de la couîenr des fl 



Anthères droites, ovales, à deux loges, d'un jaune pâle. 
Ovaire libre, eu forme de poire renversée, pubescent dans sa partie supérieu 

•oit, cylindrique, plus court que les étamincs, siibsii 



Style d 



Stigmate renflé , en tête. 

Capsule globuleuse , pointue, de îa grosseur d'une cerise; entourée h sa base des 
débris delà fleur; creusée de trois sillons; coriace, glabre, d'un benn jaune, à nue 
seule loge; s*ouvrant en trois valves; contenant un grand nombre de graines. 

Graines presqu'entièrement recouvertes d'un nrillc glaireux; d*abord adlu'rentes 

I 

aux valves dont elles se détacbent dans la maturité du fruit, ensuite a^dutiiiécs 
et formant une masse globuleuse au centre de la capsule; ovales, obtuses, renflées 
et creusées à leur base; d'un brun clair. 



Embryon entouré d'un périspermc charnu. Radicule 



t • 



supérieure, conique, très 



courte. Lobes ovales , planes. 



A. 

Obs. J'ai trouvé dans Therbier de M. de Jussien , une espèce de CASEAni^é qui présente 

dans son port, dans son inflorescence , dans la forme, la structure et la couleur de ses fleurs , les 

mêmes caractères que le Case^rt^ iîicifolia. Cependant cette espèce paroît JlfTérer de celle 

que je viens de décrire , par ses feuilles qui sont arrondies , presc^ue membraneuses , et glabres 

sur chaque surface. T^Of. Lett. C, pi. 44- Si ces caractères peuvent sufEre pour en former une 

espèce distincte , on pourra la désigner par le nom de comocladifoïia , et la déterminer par la 
plirase suivante. 



EARI A' comocladifoïia. Florlbus hexandris: foliis subrotund 



glaberrin 



idato-spinosis 



Expï. des fig. A, Rameau garni de fleurs, et de jeunes feuilles qui commencent 



se 



déroule 



B, Rameau garni de feuilles adultes, et de fruits, i, Une stipule. 2, Fleur un peu 



grossie. 3 , La même très grossie dont le calice a été ouvert pour montrer la forme d 
sexuels, et celle des fdets stériles (nectaires L. ) placés entre ceux qui sont fertiles ou qui portent 
les anthères. 4, Coupe verticale de l'ovaire, pour montrer qu'il est unUocuIaire. 5, Fruits. 
6 , Une capsule ouverte. 7 , Une graine de grandeur naturelle. 8 , La même grossie , et couverte 



en parue par son arille. 9 , La même, dépouillée de son ariJIe. 10, 
graine pour montrer la situation de Terabryon. 1 1 , Coupe verticale d 
la forme de l'embryon. 



Coupe horisonlale d 
'une graine pour mor 



1 



^ 



X 

*■ 






P 



I 



y 



^ 



^ 



1 
1 



\^ 



CASEARIA CORIACE A. 



Fam. des Samydées.— Dégandrie Monogynie, Linn, 



à 

CASEARIA floribus octandris; folils obovatis, integerrimis, coriaceis, glabris; 
pedunculis axillaribiis , unifions. 



Arbre Je 



nio\ 



renne grandeur , d'un bols très dur; garni d'une cime loulTuej croissant 
lurellement à Batavia , où il a ële' découvert par le Célèbre Naturaliste Riche , qui accompagnoil 
Capitaine Dentrecasteaux, dans le voyage à la recherche de La Pérouse. Ses fleurs 1res petites 
nanouîssent au conîmencement de IVté. 



Tronc droit, de la grosseur d'un Poirier; extrêmement ramcux, recouvert d'une 
écoree crevassée et de couleur brune. BjiJxcnr.s alternes, j)ou ouvertes , de la 
couleur du tronc. 7? tMKAux axillaircs, tr?'s rapprochés, prescpic droits j glabres 
d'un brun clair, parsemés de tubercules blancliAtres. 

Feuilles aUcrncs , pétiolccs et se prolongeant sur le pétiole*, ])rcsr[uo droites 



» 



» 



munies de stipules; ovales -renversées, souvent érhanrrérs h leur sommet; très 
entières, relevées d'une côte saillanle et rameuse; veinées, coriaces, eçlabrcs, 
luisantes, d'un vert foncé en dessus, d'un vert paie en des-^ous; longues de six 
centimètres et demi, larges de vingt-cinq millimètres, 

PÉTIOLES ayant la direction des feuilles; convexes d'un côté, sillonnés de l'autre; 
glabres, d'un brun foncé, extrêmement courts. 

Stipules droites^ ovales, 



aiguës, concaves, membraneuses, glabres, tombant 



promptement; de la couleur du pétiole, et plus courtes. 
PiLuiriLES peu nombreux, axillaircs, droits, cylindriques, glabres, à une fleur; 

de la couleur des pétioles, et deux fois plus longs. 
' Fleurs très petites, d'un ])l>iiie jauuàlre, entourées de bractées. 

Bractées ou écailles subsistantes des boutons droites, ovales-nrroudie5, concaves, 

membraneuses, glabres, exliémement courtes. 
Calice d'une seule pièce, à cinq di\isions profondes, ouvertes, ovalcs-arrondies, 

concaves, glabres. 

Corolle nulle. 

Étamixes huit, monadelpbes, altaebées à la base du calice, et plus courtes. Filets 
au nombre de seize, alternativement fertiles et stériles, réunis en godet dans leur 
partie inférieure, distincts d.ins le reste de leur éfeudiic; de la couleur du calice : 
fdels à anthères comprimés, élargis vers leur base, amincis et eu pointe à leur 
sommet, glabres : fdets stériles très larges, comprimés, pubeseens, ciliés h leur 
sommet, moitié plus courts que les Glels fertiles. Anjuires droites, ovales, à 
deux loges. 



Ovaire libre, ovaie-arrondi , glabre, à une log^; contenant nn gratitl nombre 
d'ovules. Style droit, cjlîndrlquej plus courl 4»** les élauiînt >. Srtc^r mtf 



déprimé, orbicuîaire. 



Fri 



I K • • • • 



Obs. I 



plnnte que Je Ttem «T. .L'uiro, difITr© $nr-tnut Jc> c*imi.s ih^ Tw 



nuit etamîucs , et (piî m. m aicaliitnriA'* ^n\\> L moumII. t'ilttit>u Jti SpgCJMM phi 



Je Lînnaus, qne p 



M. WlHJcnon', p 



st 



fcMlilt. s 



lyinr t Vr ^ . frf^ 



coriaces. 



Ejtj)!. des fg. I , Fie 

( FIg. grosaît^. } 



m 



\ue t«n dtvîan^. a, Un. portion Ju ttiî»e ttjininifîtv. 3, |»i>til. 



y' 



»h. 



46 



r 

CASEARIA sTiPULARis. 



FaM. desSAMYDÉES. 




ÉCANDRIE MONOGYNIE, LiNN 



î 



CASEARIA floribus decandris; foliis oblongo-lanceolatis , acuminatis , serrulatis , 
subtùs lomenlosis j pedanculis axillaribus, multifloris. 



S AMYDA arborea. Act. Soc. Hist. Nat. Paris, fol. 1792. 



Arl^i e de moyenne grandeur , remarquable par ses longuçs stipules , et par ses fleurs disposées 
en petits bouquets au sommet de pédoncules axillaires et solitaires. Il croît naturellement à la 
Guiane , où il a été découvert pai^ M, Le Blond, et à Portô-Ricco, où il a été trouvé par les 
Naturalistes embarqués dans la première expédition du Capitaine Baudîn. 



1 RONC droit, divisé en un grand nombre de rameaux, couvert d'une écorce gercée 
et de couleur cendrée. Branches alternes, peu ouvertes, de la couleur du tronc. 
Rabieaux axillaires, très rapprocbés, presque droits, cylindriques, garnis d'un 
grand nombre de feuilles; d'un brun foncé et parsemés de petits tubercules 
blanchâtres dans leur partie inférieure; bérissés de poils courts dans la supérieure, 
et de couleur cendrée. 

Feuilles alternes, pétiolées, ouvertes, munies de stipules; oblongues et en lance, 
surmontées d'une longue pointe qui est obtuse à son sommet; finement dentées 



en 



d 



côte saillante et rameuse; veinées, fermes et un 



P 



eu 



r 

parsemées de pores transparents; glabres et d'un vert fonc 



surface supérieure, couvertes sur l'inférieure d'un duvet épais, court, serré et d 

couleur cendrée; longues de sept centimètres, larges de deux et demi. 
PÉTIOLES ayant la direction des feuilles; cylindriques, hérissés de poils courts; d( 

couleur cendrée, très courts et à peine longs de cinq millimètres. 
Stipules sur les côtés de la base intérieure du pétiole, et quatre fois plus longues 

réfléchies, en lance, pointues, de la couleur de la surface inférieure des feuilles. 
Pédoiscules axillaires, solitaires, droits, cylindriques, à plusieurs fleurs; 



de 1 



des pétioles et deux fois pi 



Fleurs au nombre de six ou de douze, disposées en petits bouquets an sommet des 
pédoncules; pédiculées, munies de bractées; de couleur purpurine, de la grandeur 
de celles du Case aria parvifolia W, 

r 

Pédicules de la forme, de la couleur, et de la longueur du pédoncule commun. 
Bractées ou écailles subsistantes des boutons droites; ovales , aiguës, concaves, 
membraneuses, pubescentes en dehors, plus courtes que les pédicules, et situées 

à leur base. 
Calice d'une seule pièce, en cloche, divisé profondément, parsemé en dehors de 



t. 



/ 



poils courts, glabre en dedans. Divisions cinq, peu ouvertes, ovales, obtuses, se 

recouvrant par leurs bords. 
Corolle nulle. 
Examines dix, monadelphes, insérées à la base du calice et plus courtes. Filets au 



la 



nombre de vingt, altei 
partie inférieure, distin 
filets stériles obtus, cil 

w 

anthères. Anthères droites 
poils courts et peu apparents. 



nativemerit fertiles et stériles, réunis en godet d 

este de leur étendue; delà couleur di 



1 



s le 1 



w 

plus larg 




us 



que ceux qui portent 



dies, à deux loges; surmontées de quelq 



, Ovaire libre, ovale, pubescent dans sa partie supérieure; à une loge, contenant un 

w 

grand nombre d'ovules. Style droit, cylindrique, pubescent, de la couleur des 
étaraines et plus longs. Stigmate renflé, en tête, paroissant pubescent, lorsqu'on 



F 



l'observe avec la loupe. 



RUIT 



\ 



Obs. i.^ La plante que je viens de décrire paroît avoir quelques rapports avec les CuiSEARI^ 
par\>iflora T'f^.y sjlçesirîs Stt.^ et ulmlfolia Vahl (mss.), mais elle diffère de ces trois 
espèces par ses feuilles couvertes sur leur surface inférieure d'un duvet épais ^ serré et fort court j 

' r 

par ses stipules très longues ; et par ses fleurs portées sur un pédoncule commun. 

2,^ Les Caseakia syhestris SlV (i)^ pan^iflora Tî^y et uhnifolia V^AHL^ ont entre 
eux une grande affinité. Ces espèces peuvent néanmoins être distinguées très aisément , même stir 
le sec j par plusieurs caractères j et sur-tout par celui que fournissent les bords des feuilles , qui 
sont entiers dans le Casearia syhestris ^ crénelés dans le CaseaRIA parviflora ^ et 

+ 

finement dentés en scie dans le Casearia iihnifoïui. 



Expî. des Jig\ i , Pédo 



duquel on a rctranclié plusieurs fleurs, a j U 



séparée. 3, Calice ouvert pour montrer le nombre, la fornie^ et la disposition des organes 
sexuels. 4> Une partie dn godet que forment les étamines par leur réunion, pour montrer la 
différence des filets fertiles et des filets stériles. 5, Ovaire. 6, Le même coupé longitiidinalement 
pour montrer qu'il est uniloculaire. (Figures très grossies. ) 



(i) Je soupçonne que cette espèce est celle dont M. Vahl avoit envoyé des exemplaires â quelques Botanistes 
de Paris, sous le nom de CaseARIA integrifoUa/ 



p» 



/ 



"^ 




CASEARIA TINIFOLIA. 



Fam. desSAMYDÉES. 




ÉCANDRIE MONOGYNIE, LiNN 



CASEARIA floribus dodecandris; foliis obovatis, glabris, integerrimis; pedunculis 
axillaribus, solitariis, unifloris. 



Arbrisseau d'un bel aspect j remarquable par la forme de ses feuilles, et par la longueur de 
ses pédoncules. Il est originaire des Indes Orientales, et il a été découvert à Java par M. Lahaye. 
Ses fleurs s'épanouissent vers la fin de l'été. 



Tige dro 
cendrée 



ylindrique, rameuse, couverte d'une écorce gercée et de couleur 



haute de deux mètres, de la grosseur du po 



Ra 



tubercules blancb 



de la forme et de la couleur de la tige; glabres, parsemés d 



Feuilles alternes, pétiolées et se prolongeant sur le pétiole; horizontales, m 
de stipules; ovales-renversées , quelquefois écbancrëes à leur sommet, Irtscnl 
relevées d'une 



t 



une côte saillante et rameuse; veinées, glabres, parsemées de pores 
transparents; d'un vert gai en dessus, d'un vert pâle en dessous; longues de sept 

m 

centimètres, larges de cinq. 



Pe 



horizontaux, convexes d'un côté, sillonnés de l'autre, glabres, longs d 



centimètre. 



Stipules sur les côtés de la base du pétiole, et beaucoup jdus courtes; droites, 

ovales, aiguës, glabres, membraneuses, tombant promptement. 
Pédoncules axillaires, solitaires, droits, cylindriques, glabres , à une fleur, trois 

fois plus longs que les pétioles. 
Fleurs droites, incomplètes, de la couleur de celles du Samyda serruïata^ et 

moitié plus courtes. 
Calice d'une seule pièce, divisé profondément, hérissé en dehors de poils courts et 



serrés, glabre en dedans. Divisions cinq, très 
concaves, finement striées. 



ouvertes, ovales, aiguës, 



Corolle nulle. 

■ 

Et AMINES douze, monadelphes, insérées à la base du calice et plus courtes^ File 
au nombre de vingt-quatre, alternativement fertiles et stériles, réunis en anne 
dans leur partie inférieure, distincts dans le reste de leur étendue, comprimés 
amincis en pointe vers leur sommet , pubescents. 



de la couleur de la fl 



qui portent 



th 



un peu plus longs que 



qui en sont dép 



Anthères droites, ovales, à deu 



> 



d'un jaune pM 



Ovaire libre 



j 



glabre, à une seule loge, contenant un grand nombre d 






*- 



Style droit, cylindrique, de la longueur etdela couleur des étamines. Stigmatf 

renflé, en tête. 
Fruit. ... 

I 

Obs. 1° Le CASEARIAtinifolia se distingue de toutes les espèces connues du genre, par 
la forme de ses feuilles , par ses pédoncules solitaires, unlflores, plus longs que les pétioles , et par 

le nombre de ses étamines. 

2.® Outre les espèces de C^SEARIA que je \iens de publier, j'en possède encore deux qui 

sont inédites , et qu'il me paroît utile de faire connoîlre. 

Case A RI A fragilis. Floribus decandris ; foliis ovato-lanceolatis , crassiusculis , 
glabris, integerrimisjpedunculis axillaribus, unifions. 

Clasta fragîlis. Commers. ex Herb. D. de Jussieu. 
Tsjerou-Kanjyeh. Hort. Malab. vol. 5, pi. 5o ? 



/ 



Arb 



re 



de 



\yenne grandeur, originaire des Indes Orientales et de l'De de la Ré 



presque droits, cyllnd 



- 

Feuilles alternes, pétiolées , munies de stipules; 

— Fleurs blanchâtres, de la grandeur de celles 



luisantes, longues de sept centimètres, larges de 4- — 
du Caseari^ ramiflora. — Calice à cinq divisions profondes. — Etamines réunies en anneau 
à leur base; dix filets stériles alternes avec ceux qui portent les anthères, velus et plus courts. 
Capsule charnue, pyriforme , creusée de trois sillons. 

J'ai cité avec doute le Tsjerou-Kanneli ^ parceque dans la figure, ainsi que dans la description 
de cette plante , les organes de la fleur ont une sixième partie de plus que dans l'espèce récoltée à 

r 

nie de la Réunion , par Commerson. 

Case ARIA Grejriœfolia j floribus decandris; foliis cordato-oblongis , serrulatis , 
subtùs tomcntosis; pedunculisaxillaribus, unifloris. 

Arbrisseau dont le port ressemble à celui d'un Grejvia ; découvert à Java par M. La Haye. 

A, 

Rameaux cylindriques, drape's, de couleur cendrée. — Feuilles longues d'un décimètre, larges 

L 

de quatre centimètres et demi , portées sur un pétiole très- court, munies de stipules; glabres et 



d'un vert foncé en dessus, drapées et de couleur cendrée en dessous 



petites, de 



couleur de celles du Samtda serrulata^ munies entre chaque paire d'élamines d 



velue et très courte. 



lanceoJi 



La 31. ou 



Capsule ovale-oblongue , cîiarnue , entourée des débris de la fleur j drapée 
de couleur cendrée, creusée de trois sillons. 

r 

Le Case ARIA Grewiœfolia se rapproche de VAnavinga 

> 

Case ARIA elliptica, Willd. par son inflorescence, par la couleur et la structure de 
fleurs \ mais il s'en éloigne par ses feuilles dont la forme est tout-à-fait différente. 

Expl. desjlg. I , Calice ouvert pour montrer le point d'attache des étamines réunies 



même 



anneau à leur base, et le nombre des fdets alternativement fertiles et stériles. i , Pistil. 3 Le 

dont l'ovaire a été coupé longiiudinalement , pour montrer qu'il est uniloculaire , et qu'il contient 
un grand nombre d'ovules. 



/ 



V 



\ 



■^ 



48 



TURRiEA RIGIDA. 



Fa M. des Azedarachs, Juss. 



Décandrie Monogynie, Linn. 



"V 



TURRiEA ramis strictis; foliis ellipticis, acuminatis, margine revolutis, rigidis, 
lucidis; calicibus petalisque glabriusculis. 



Arbre de moyenne grandeur , s' élevant en forme de pyramide j découvert a. l'Ile de France par 

- 

le célèbre naluralisle Riche. Son bols extrêmement dur pourroit être employé avec succès dans 
les constructions, et pour tous les ouvrages de charpente. Ses fleurs s'épanouissent dans le cours 



de l'été. 



) 




RONC 



très d 
sée. B 



de la grosseur dti Bouleau , recouvert d 
HES alternes, rapprochées et 



brune et 



4 

driq 



d 



ocliées et presque serrées contre le tronc 
en un grand nombre de rameaux. Rjmeaux ayant 1 



3 



direction et la forme des branches; très glabres, feuilles dans toute leur étendue 

olées, dépourvues de stipules; elliptiques 



Feui 



pei 



îrtes , pétiolées , 

bords roulés en dessous: relevées d 



pointues, très entières, à 
d'où partent plusieurs nervures latérales peu prolongées et courbées en arc vers 
leur sommet; veinées en réseau , coriaces, roides, luisantes, très glabres, parsemées 

un vert foncé, longues de neuf 



d 



de quelques poils sur leur côte moyenne 
centimèires, larges de trente-cinq millimètres. 
Pétioles ayant la direction des feuilles; sillonnés et glabres en dessus 
pubescents en dessous; d'un brun foncé, extrcmemcn 



Fl 



naissant par peti 



bouquets dans les aisselles d 



feuilles; péd 



base de leurs pédicules de quelques écailles subsistantes d 



d'un blanc lavé de rose; parsemées de poils droits et couchés, ou soyeuses 
leur développement ; presque glabres lorsqu'elles sont épanouies ; longues de 

■ 

millimètres. 

I 

Pédicules à une fleur, insérés sur un tubercide saillant; cylindriques, renflés 



d'abord droits et pub 



réfléchis et glabres api 



fécondation ; d'un brun foncé, de la moitié de la largeur des fleurs. 
Calice très pelit, d'une seule pièce, de la couleur du pédicule; parsemé de quelq 

poils qui tombent à mesure que la fleur s'épanouit; divisé en cinq découpr 

droites, ovales et aiguës; sub 
Pétales cinq, hypogynes. 



en forme de languette, peu ouverts, recourb 



sommet, six fois plus longs qu 



TuB 



ayant la même attache que la corolle, et de la même 



cylindrique, évasé h son orifice, divisé à son limbe; presque glab 
pubescentà l'intérieur; plus court que les pé 



deh 



rs 



7 



-*' 



( 



I 



Ltamines dix, insérées sur le limbe du tube. Filets droit 
intérieurement; de la couleur du tube, et du quart de 



, comprimés, pub 
sa longueur. A]y:i 



droites, ovales, parsemées de quelques poils; à deux loges, de la couleur des fil 
Ovaire libre, globuleux, glabre. St^le cylindrique, légèrement courbé vers 



sommet 



pe 




lo 



g q 



le 



be staminifère, et de la même coule 



Stigmate renflé, presque en forme de massue. 

h 

Capsule entourée à sa base par le calice; arrondie, légèrement déprimée, ombiliquée 



sommet, creusée de cinq sillons, coriace, glabre, d'un brun foncé; d 



en 



cinq log 



en 



dhérentes au milieu des valves 



nq 



cinq coques. C. 



Coques ovales, cartilagineuses, bifides intérieurement, renfermant chacune (d'après 
le manuscrit de RicheJ deux graines anguleuses. 



Obs 



TuRRMA établi par Linnœus dans 



Mantissaph 



37 , se dislin 



aisément 



is les autres genres que comprend la famille des Azëd 
guette , et par son fruit qui est une capsule à cinq coqu 



ses pétales 



de 



URRJEA. 



dans les Indes Orientales pa 



célèbre naturaliste Konig. M'-^ Smith, CavaniUes, et Hellenius ont enriclii depuis le TuRRMA 
de quatre espèces nouvelles. Celle que je viens de décrire diffère essentieUement des cinq espèces 
déjà publiées, par ses rameaux qui, rapprochés et serrés contre le tronc, présentent parleur 



ensemble 



forme pyramidale} par ses feuilles 



plus petites ; et par ses anthères velues , obtuses ou dont le sommet n'est pas terminé 



Expl. desfig. I , Fleur. 



pétale. 3 , Calice , et Tube Staminifè 



4, Cal 



5 , Portion du tube stamlnlfère vue en dehors. 6 , La même vue en dedans. 7. Fruit. 8 , Le même 
coupé transversalement. 9 , Le même ouvert, pour montrer les cloisons adhérentes au milieu des 
valves, et les cinq coques. 10 , Une coque viie en dedans, vide et dépourvue de graines. 



»- 



4 



/ 



■^ 



J 



/ 



% 



49 



CURATELL 




Fa 



M. 




es 



Mag 



N0LIERS5 




II 



5 



Juss. 



Polyandrie 




[GYNIE 



LiNN. 



•} 



CHARACTER EMENDATUS. C^z/x 4-5-partitus, persistens; laciniis 



5 



subrotundis, coriaceis , 3 extimis majoribiis. Pz:r^z^ 4-5, hypog} 
S T ^ M I ly J numerosa ^ reo 



utrinquè antheriferi 



iptaculo hypogyno inserta ; filamentis apice dilatât 



dnalis, didymis. O 



pital 



dem. GaPsuljE 



yli et stigmata 



«. « 



-locul 



2 , minimae , i-iocuiai es , a-spermae , 



d 



us 



Ives. (Ignola Corcw// structura.^ — Arhusculœ. Folia alterna, mas, 



asperrima , pi 



denticulat 



exstîpulacea y petiolis basi 



dilatatis , et in exortu folioriim , ramiilos partim vel omnino ample xantïbus 
Flores paiiiculati y ax illare s , aut terminales , hracteati. 



CURATELLA alata. 



CUR ATELLA foliis petiolalis, ohlongo-oVatis; peliolorum alis h fullo distinctis; 
panicidà terminali. 

Arbre de moyenne grandeur, dont la cime est ai rondic cl garnie d'un siipeiLe feuillage. 
Il croît naturellement à la Guiane, où il a ete découvert par M. Martin, qui en a rapporte 
un grand nombre d'exemplaires dans le dernier voyage qiTil a fait en France. 




iGE droite 5 cylindrique, très rameuse, recouverte d'une (îcorccbrnnc qui se 
détache par lambeaux; de la grosseur et de la liautcur de celle d'uQ Poirier. 
Branches alternes , rapprochées , peu ouvertes , de la forme et de la couleur 
de la tige. Rameaux axillaircs, presque droits, licrissës de poils roides 5 
rudes au toucher , marqués d'impressions circulaires. 
Feuilles alternes, rapprochées, très ouvertes , pétiolécs , oblongues et ovales, 



arrondies à leur base et à 1 



cur sommet , sinuées sur leurs bords 



^ 1 



) 



lissées sur 



\ 



leur disque; relevées en dessous d'une cote saillante d'où partent plusieurs 
nervures latérales qui se prolongent jusqu'aux bords de la feuille j creusées en 
dessus d'un pareil nombre de sillons *, veineuses , coriaces , rudes au toucher , 
glabres et d'un vert foncé sur leur surface supérieure , pubesccntes et roussâtrcs 
sur l'inférieure; longues de quatorze centimètres , larges de neuf. 

Pétioles munis sur chaque côté , comme dans le Citr us Aiirantium , d'une aile 
coriace qui est distincte de la feuille, ou qui n'en est pas un prolongement; 
embrassant d'abord à leur base le rameau qui les porte, et sur lequel ils laissent 
ensuite une impression circulaire ; hérissés en dessous de poils roides ; glabres 
en dessus; longs de cinq centimètres. 

Panicule au sommet des rameaux ; étalée , lâche ou peu garnie de fleurs ; de la 
longueur des feuilles. ^2'^ de la Panicule cyhudrique , couibé, hérissé de 



P 



oils 



roides; d'un brun foncé. Divisions de la Panicule alicrnes , très 



ouvertes , munies à leur base d'une bractée ; de la forme et de la couleur de l'axe. 



•} 



Fleurs penchées, pëdiculées , munies de bractées 5 blanchâtres; delà grandeur 



de celles du Poirier commun. 



P 



X 

iDicuLES ouverts , cylindriques , articulés au-dessous du calice ; 
de la couleur des rameaux de la panicule ; longs de douze millim 



de la forme et 



B 



lACTÉES à la base des d 
droites , ovales , aiguës , 



des sous-d 



de la pan 



solitaires , 



dehors 



Calice à cinq divisions profondes , arrondies, concaves, coriaces, se recouvrant 
. par leurs bords ; disposées sur deux rangs : savoir, trois exlérieures plus grandes , 



parsemées en dehors de quelques poils courts 
soyeuses et d'un jaune roussâtre sur leur surf. 



deux intérieures plus pe 



5 



P 



LES cmq, insères soi 
gueur des divisions d 



glab 



d 



e la 



1 




TAMiNES nomb 



ttach 



pt 



c 



pistil , disp 



plus courtes que la corolle. Filets montants , filiformes , d 



sommet; tortueux, glabres. Aiv 



didymes 



adhérentes dans 



toute 



O 



due à la partie du filet qui est d 



VAIRES 



d 



eux , portes 



sur un réceptacle hypogyne et semiorb 



ovales , 



glabres. STrzEsdeiiXy droits, filiformes, de la longueur desétamines. Stig 
simples , 



P 



F 



RUIT 







BS 



i.° Il eut été fort intéressant de faire connoître la structure du fruit et des graines du CurâtellA 



Mari 



î2.° L'extrême difficulté de rapporter l'espèce que je viens de décrire, à son propre et véritable genre, m'a . 
obligé d'examiner avec la plus grande attention le caractère générique du Curatella americana. J'ai observe 
un échantillpA de cette espèce dans l'herbier de M. De Jussicu , et j'ai reconnu i% que la corolle et que les 
ctamines étoient réellement hypogynes j 2" , que les filets des étamines élargis à leur sommet , portoient des 
anthères didymes et adnées j 3% que les styles n'étoient point latéraux; et que les" stigmates étoient en télé. 
Ces caractères sur lesquels il existoit encore des doutes (i) , ayant été vérifiés, de même que les autres caractères 
généraux, dans la plante que je publie , j'ai cru devoir rapporter cette espèce plutôt au genre CurAtellA , 
qu'à celui du Tltraceua (2) dont elle se rapproche beaucoup, par son port, mais dont elle diffère essentiellement 
par sa corolle, et par ses étamines qui ne sont point périgynes. (5) 

5.° Le Curatella americana peut être distingué par la phrase suivante. 



- * 



Curatella 

desfig. I , 1 



4 



(i) Voy. Jcss. Gen. Plant, j\:i^. 282 et 339. 

(a) Le genre TetracerA établi dans VHortus Cliffortlanus , pag, 21^ , ne compienolt qu'une seule espèce nommée dans 
le Species Plantarum de 1762, Tetragera -volubilis, Relcliard et . Murray dans les éditions qu'ils ont données Tun du 
Species Plantarum , et Pautre du Système Vegetabillum , n'ont ajouté aucune nomelle espèce à ce genre. Les Botanistes 
moderaes Font beaucoup augmenté, en lui réunissant les planLes rapportées aux genres Eurtandra Forst. , Doliocarpus Roland, 
Delima Linn. , Tigarea , Soramia , et Calikea Aubl. Cette réunion qui fait disparoître le caractère essentiel du Tetragera 
neparoU pas devoir être généralement admise. En effet les TetracerA obov>ata , Calinea , etc., ont évidemment la corolk 
hypogyne. 

^ (3) Dhersos inter caractères manifesta datur dispariUtas et multiplex œstunatio. Alii si ^uidem dantiir prlmarii semper 
uniformes^ seii essentiales ex organis essentialibus deprompti , ut insertio staminum etc. — M. De Jnssieu a attaché une 
si grande importance au caractère fourni par Tattache de la corolle et des étamines , qu'il n'a point hésité à employer ce caractère 
dans la détermination des classes de sa méthode. Il semble néanmoins que dans quelques circonstances , l'insertion de la corolle 
fournit un caractère de moindre valeur, que la structure de la graine. Ainsi en supposant que les graines des Dilleivia et 
Curatella, dont la structure n'est pas encore connue , soient entourées à leur base d'un ariîle denté , et que leur embryon soit 
pourvu d'un périsperme , comme dans le Tetragera, ne pourroit-on pas rapprocher ce dernier genre des DilleniA et 
Curatella , en établissant une nouvelle famille , qui seroit voisine de celle des Magnoliers , et qui ccmprendroit des plantes 
évidemment analogues soil dans leur port , soit dans le plus grand nombre de leurs caractères ? 



r^ 



# 



So 



BANISTERIA 



TILIMFOL lA. 



FaM. des MalPIGHIES , JuSS. — DÉCANDRIE TRIGYNIE.Z/iVJV. 



BANISTERIA foliis orbiculatis , acuminatis , subtùs tomentosis ; petlolis 

■ 

biglandulosisj umbellis axillaribus, pedunciilatis, compositis; petalls subsessilibus. 



Nu 



Arbrisseau d'un bel aspect j originaire de Flsle de Java , où il a été découvert par M- Laliaie; 
fleurissant au milieu de l'été. 




iGE montante, presque droite, cylindrique, ramense, feiiillée, glabre, cou v( 
d'une écorce mince et de couleur brune ; haute de trois mètres, de la gross 
de Findex. Rameaux axillaires, peu ouverts j renfles et articulés à leur ba 
glabres dans leur partie inférieure, drapés et de couleur cendrée danslasupérieii 

Feuilles opposées, droites, présentant un de leurs bords dans la direction di 



7 



tig 



des rameaux ; pétiôlées , munies de stipules; orb 



poin 



d'une côte saillante et très rameuse; paroissani veinées, lorsq 



les observe avec la loupe; drapées et de couleur cendrée sur la surface infé 
glabres et d'un vert foncé sur la supérieure ; longues et larges 



•> 



l'un décimètre 



Pétioles droits, renfl 



convexes 



ticulés à leur base, munis à leui 
d'un côté, sillonnés de l'autre, c 



som 



j)es 



dcd 



eux 



H 

glandes 

cendrée; longs de six centimètres. 

Stipules très petites et peu apparentes, situées sur un des côtés de la base du pét 

en lance et aiguës; membraneuses, de la couleur des feuilles. 
PÉDONCULES axillaires, opposés, solitaires, droits, cylindriques, mulliflores, m 



sommet de deux glandes noirâtres ; de la couleur et de la longueur des 



péti 



Fleurs de la grand 



t 

de celles du Malpighia urens , de couleur pourpre 



î 



d 



une ombell 



composée, irreg 



munie d 



Rayons de \0m 



nésaux, de la forme et de la 



o 



du pédoncule, munis à leur base d'une bractée : les uns simples , uniflores 



5 



pourvus de deux bractées opposées dans leur partie moyenne 



*j 



autres rameux , à plusieurs fleurs; forma 



d 



ombellules. R 



d 



es 



Ombellules oi 

l'ombelle générale 
Collerettes de XO 



Ombelles partielles conformes aux rayons simples de 



beaucoup pi 



des Ombelles partielles formées de 



• m 



deux folioles horizontales, en lance , aiguës , drapées 
Bractées très petites et en forme d'écaillés; droites, o^ 
pubescentes en dehors, glabres en dedans. 



de couleur cendrée 



8 



> 



memb 



î 



^ 



« 



Calice très petit ^ d'une seule pièce, à cinq divisions profondes, droites, ovales, 



pubescentes en dehors, glab 



res en dedans , 



obtuses, membraneuses, veinées, 

munies extérieurement à leur base de glandes peu apparentes. 

a 

Pétales cinq, hypogynes^ très ouverts, ovales, obtus, concaves, rétrécis à leur 

r 

base en un onglet court, on presque sessiles; légèrement crénelés sur leurs bords; 
membraneux, glabres, trois fois plus longs que les divisions du calice. 



base 



Ltamines au nombre de dix, ayant la même attache que la corolle, et plus co 
i^/z^r^y droits , en alêne, glabres, monadelphes et réunis en anneau à leur 
Anthères droites, ovales, aiguës, à deux loges, d'un pourpre foncé. 

Ovaires trois, adhérents à leur base, très velus. Styles trois, filiformes, glabres , 
plus courts que les étamiues ; subsistants. Stigmates simples , dilatés. 

Samares trois, entourées par le calice subsistant, et adhérentes à un placenta trigone; 
coriaces, ovales-arrondies , comprimées , monospermes ; munies à leur sommet 
d'une aile très longue, épaisse sur le bord externe, amincie et comme tranchante 
sur le bord interne , membraneuse, veinée, de couleur fauve, paroissant soyeuse 
lorsqu'on l'observe avec la loupe. 



O BS, i.o Les vingt-quatre espèces du Genre Banisteri^ décrites par M. Willdenow 
dans la dernière édition du Species Plantaruni , sont toutes originaires de l'Amérique. Celle 
que je publie est la première qui ait été découverte dans les Indes Orientales. 

■ 

2,0 Le duvet qui recouvre la base du calice des jflears du B^nisteria tïliœfolia ^ empêche 
de voir distinctemenl le nombre des glandes dont cet organe doit être pourvu. 



3.<* Le Banisteria tiliœfolia a une , 
NN,, et hetero-phylla^WAJ^. Il se disting 



Banisteria fiilg 



deu 



d 



par ses fleurs disposées en une ombelle composée , et par ses pëta 



d'un onjï 



Eœpl desfig. i, Fleur entière, un peu grossie. 2, Un pétale. 3, Calice vu en dehors 
4 , Calice, et Etamînes entre Icscmelles on voit les trois nvaiVpc rmi' «nnt tr^^ix/^luc 



s 



V 



{ 



bj 



BANISTERIA parfifolia. 



Fam. des Malpighies, Juss 



? 



Décandrie Trigynie, Linn 



? 



BANISTERIA foliis subrotimdis , semmnguicularibus , rigidis , pubesceniibus \ 
corymbis paiicifloris , terminalibus. 



Arbrisseau d'un bel aspect , remarquable par la petitesse de ses feuilles ; croissant naturellement 
dans risle de St. Thomas^ où il a été découvert par Riedlé. 




fGE grimpante, cylindrique, très rameuse, nue, parsemée de tubercules arrondis; 
noueuse , glabre , de couleur brune ; haute de deux mètres, de là grosseur d'une 
plume de corbeau. Branches naissant dans les nœuds de la tige , ayant la même 
direction , la même forme, et la même couleur. Ramea u x articulés, opposés, 



ouverts 



7 



b 



puDescenls, 1res courts. 



Feuilles opposées, horizontales, pétiolées, arrondies, très entières, relevées d'une 
côle qui paroîl rameuse, lorsqu'on l'observe avec la loupe; parsemées de poils 
couchés; un peu épaisses, roides , d'un vert foncé en dessus, d'un vert très 
pâle en dessous ; à peine de la grandeur de celle de fOrigan d'Egypte. 

Pétioles très ouverts , articulés , convexes d'un ( ôté , sillonnés de l'autre, 
pubescents , de la couleur des rameaux , de la moilîé de la longueur des feuilles. 

Fleurs au sommet des rameaux; peu nombreuses, pédiculécs, disposées en bouquet 
ou en corymbe qui s'alonge pendant la fructification , comme dans les 
Crucifères; munies de bractées; jaunâtres, de la grandeur de celles du if/^zp/c///,^ 
aquifolia. 

Pédicules presque droits, cylindriques, pubescents, articulés dans leur partie 
moyenne ; de la couleur des pétioles, de la longueur des fleurs.' 

Bractées à la base des pédicules, et sur leur partie moyenne ; droites, ovales , 
aiguës , parsemées de poils roussâtres ; extrêmement courtes. 

Calice très petit, à cinq divisions profondes, droites, ovales , aiguës , pubescentes, 
munies, à l'exception d'une seule, de deux glandes noirâtres. 



Pétales cinq, hypogynes 



ouverts , presqu'cn forme de lance ; obt 



leur 



sommet^ rétrécis en un onglet linéaire à leur base, frangés sur leurs bords; g1; 
alternes avec les divisions du calice, et trois fois plus longs. 
Étamines dix, ayant la même attache que la corolle, et plus courtes. Filets d 



monadelphes à leur base. Anthères d 



? 



deux loges 



O 



dl 



•> 



Stvles trois, ouverts et écartés 



leur sommet; filiformes, plus longs que les étamines. Stigmates sim| 



Samares trois, entourées pa 



7 



dliérentes à un placeuLa trigo 



coriaces, ovales, comprimées, pubescentes, munies d'une ou de deux pointes 
vers leur base intérieure, terminées par une aile deux fois plus longue, membraneuse 

* 

et veinée. > 

Graines solitaires , ovales , aiguës. 



Obs. i.o Le B^NiSTERi^ parvifolia se dislingue du Banisteriâ microyhjUa 
Jacq. , par ses feuilles arrondies et plus petites , ainsi que par son inflorescence. 11 est probable 
que ces deux espèces fourniroient d'autres différences spécifiques, s'il étoit possible de comparer 

b ■ 

leurs fleurs et leurs fruits qui ne sont pas encore décrits dans le B^NISTERIA inicrophylla. 

L 

2.*^ J'ai trouvé dans une collection de plantes 5 qui m'a été donnée , il y a plusieurs années , 
par M. Dutrône La Couture, auteur du Précis sur là Canne, etc. , une esDcce de Bantsteria 



quable par la forme de 



Voul 



pèce étoit inéd 



consulté le riche herbier de M. de Jussieu , qui a été d'une sî grande ressource à Cavanilles 

H 

dans le temps que ce Zélé Botaniste publioit sa Monographie des Plantes Monadelplies. J'î 
reconnu que ma plante étoit la même que le Banisteri^ ovata. La description et la figur 
de cette belle espèce étant très incomplettes , j'ai pensé qu'il seroit utile à la science de supplée 



du Savant Botaniste Espagnol 



. 1 



Le Banisteria ouata qui seroit mieux désigné p 



de mîcropt 




ante vivace , croissant naturellement sur les bords de la mer. Elle pousse un grand nomb 
de.ûges cylindriques ; lesi unes droites, hautes de quatre à cinq décimètres : les autres voluble 
s'entortillant autour des plantes voisines ; longues d'un mètre et demi. Ses fleurs de conlei 



une se développ 
dinaireraent de 1 



it pendant toutes 1 
quelquefois de deux 



Ses 



formés 



en 



A, 

dedans . légèrement concaves en dehors • et surmontés d 



* 

Ce dernier caractère paroît devoir être exprimé dans la phrase spécifique de 



^ 



ouata. Foliis 



pu 



umbeJlis termînaiibus : fi 



fil 



) 



ExpL desjî. 



heniisphericis j alâ brevîssimâ inslructîs. (Voy 




5 



Calice vu en dehors- 3 



dont 



la 



chés, 4 î Pistil entouré de la base de 



g 



■v 



^ 



\ 



52 



BEJARIA RE SI NOS A. 



^ 

BEJARIA foliis ovatis ; floiibiis congestis. LinjyI Supplem. 246. 
ActJNNA lanceoîata. ^y^f. VegetabiL Flor. Perm. i23. 



Arbrisseau d'un superbe aspect ; remarquable par la beauté de son feuillage , par la grandeur 
el par l'éclat de ses fleurs. U croît naturellement dans la ^'ouYelle Grenade. L'exemplaire que 
j'ai fait figurer , m'a été envoyé de Santa-Fé de Bogota , par M. Umana , Savant INaturaliste 
Espagnol. 



liGE droite, cylindrique, très rameuse, formée d'un bois dur, et d'une écorce 



? 



5 



gercée et d'un brun foncé 5 haute de quatre mètres, de la grosseur du bras. 
Branches alternes, très rapprochées , peu ouvertes, de la forme et de la couleur 
delà tige. i^^iT/E^trx prolifères ou naissant au sommet des branches^ j)resque 
droits, légèrement sillonnés, couverts de feuilles, pubescents, visqueux, de 



t . 



la coideur de 1 



a tige 



Feuilles éparses ou alternes et très rapprochées; droites, pétiolées, ovnlcs , très 
entières, à bords réfléchis, aiguës, glabres, relevées en dessous d'une côle 
saillante , creusées en dessus d'un léger sillon ; d'ua vert foncé et luisaulrs sur la 
surface supérieure, d'un blanc mat sur l'inférieure j d'une saveur amcre j 
subsistantes pendant l'hiver; longues de deux centimètres, largesde dix millimètres. 

Pétioles extrêmement courts, se prolongeant à leur base; sillonnés et glabres en 
dessus, pubescents et convexes en dessous ; de la couleur des rameaux. 



F 



LEURS 



brcuscs 



très 



pproch 



d 



isp 



c 



en 



b 



1 



rameaux ; pédiculée 
fois plus grandes qu 



extrêmement visq 



) 



de 



et 



let au sommet des 
ur pourpre , deux 
du Bejahia raceniosa ; se dévclo])pant depuis le 
commencement de Mai , jusqu'à la fin de Juin. 

Pédicules épars sur la partie supérieure dos rameaux; à une seule fleur; droits, 
cylindriques , striés, hérissés de poils roussalrcs ; munis de bractées ; de la moitié 
de la longueur des fleurs. 

r 

Bractées deux ou trois sur chaque pédicule ; alternes , de la forme des feuilles , 

beaucoup plus courtes. 
Calice d'une seule pièce, en cloche, divisé à son limbe en sept découpures; hérissé 

de poils, de la cotdeur du pédicule ; très court, subsistant. Découpures àxQ\Xt%^ 

ovales, aiguës. 
Corolle attachée à la base du calice, divisée profondément. Divisions ouvertes 
en étoile ; en formé de languette , obtuses à leur sommet , alternativement plus 

r 

étroites. 
Étamitîes quatorze, insérées à la base de la corolle. F/ZEr^ comprimés , rapprochés 

et presque réunis vers leur base. en un cylindre court; écartes et libres dans le reste 



\ 



-T 



' i 



de leur étendue ; très ouverts, courbes en dedans a leur sommet 



? 



da 



partie inférieure, glabres dans la supërieare ; de la couleur de la corolle, et presq 



de la même longueur que cet organe. À 



mobiles, ovales, à deux 



oges, s ouvrant au sommet par deux pores ; d'abord d'un jaune de soufre 



de couleur br 
Ovaire arrondi 



déprimé , glabre , visqu 



ges qui contiennent ch 



pi 



IX, creusé de sept stries, divisé en sej 
ovules. Style droit, tortueux dans s 



partie supérieure; cylindrique, renflé vers le sommet : d 



et de la 



longueur des filets dés étamines. Stigmate 



en 



tronqué , creusé d 



pt 



stries. 



Frui 



T 



Obs. i.o Le nombre des parties de la fructification est sujet à varier d 



B 



observé quelques fleurs dont le calice et la corolle ne présentoient que six d 



dont les étamines n'étoient qu'au nombre de don 

2." Foyez dans le Jardin de Cels , pag. 5i , les obsc 



du Bejaria. 



rvations placées après îa description 



racemosa. 



3.0 Les espèces connues du genre Bejaria 
comparatives suivantes. 

Bejaria resinosa. Foliis ovatis j floribus congestis. 

M 

EJAR1A œstuans, Foliis petiolatis , lanceolatis , subti 



peuvent être distinguées par les 




irases 



B 



us tomentosis ; floribus 



B 



corymbosis. [Acunna oblonga , Sjst. FegetabiL Flor. Periiv.) 



EJARIA 



racemosa (ij, Fobis sessilibus lanceolatis, utrinque glabris : florib 



us 



racemosis. 



I 

Expl des fg. I , Fleur vue en dedans. 2 , Calice et Pistil. 




filet auquel l'anthère est attachée. 4, Pistil. (Figures de grandeur naturelle.) 



Partie supérieure d'un 



(I) L'auteur de ]a Flore de l'Amérique Septentrionale a cru devoir substituer au nom spécifique de racemosa 
celui de famculata. Il est cependant certain que les fleurs des exemplaires rapportés d'Amérique par Michaux ' 
et que celles des individus, qu^ fructifient depuis huit ans en France , sont naturellement disposées en grappes' 
Si les fleurs présentent quelquefois la disposition d'une panicule , il est évident que cette inflorescence est un 
effet de la chute ou de l'avortement des feuilles situées sur les rameaux. 



/ 



55 



\ 



AlSDKOMEBA AN JSTOMosjNs. 



Fa M. des 




RUYÊRES, Jus S. 




ÉCANDRIE MONOGYNIE , LiNN 



• t 

ANDROMEDA foliis sparsis , ovatis, marglne subtiisque anastomosibus punctato- 
pilosis. 

Andromeda foliis ovatis, subserratis , subtùs anastomosibus punctatis. Liwn. 
Supplem. pag. 287 . 



Arbrisseau d'un bel aspect , dont le port ressemble beaucoup à celui AnMrRSiNE; croissant 
naturellement dans la Nouvelle Grenade , et fleurissant dans le cours de l'été'. Un ])el exemplaire 
(le celte espèce intéressante et peu connue , m'a été communiqué par M, Umanna , Savant 
Naturaliste Espagnol. 




IGES droites, cylindriques, rameuses, lisses dans leur partie inférieure, et 
recouvertes d'une écorce mince qui se détaclic par lambeaux ; fcuillécs dans la 
partie supérieure, et parsemées de points glanduleux peu apparents; hautes de 
buit décimètres , de la grossettr d'une plume de cygne. Ra mea v x uxillaires , 
alternes, droits, delà forme des tiges j bérissés de poils blancbàtrcs insérés cbacun 
sur une petite glande; d'un brun foncé. 

Feuilles alternes, très rapprochées , presque droites, pétiolécs, ovales , aiguës, 
luisantes, roides , veinées, glabres et lisses sur leur surface supérieure ^ parsemées 
sur l'inférieure, ainsi que sur leurs bords, de points glanduleux surmontés d'un 
poil blancbatre; d'un vert foncé en dessus, d'un vert pâle en dessous ; longues 



de treize millimètres, larges de buit. 



Pétioles extrcmemen 



pplatis d'un côté 



nés de 



glabres 



dessu 



parsemés de quelques poils en d 



de la couleuF des rameaux 



Pédicules naissant dans les aisselles des feuilles supérieures, ainsi qu'au sommet des 



m 



) 



plus souvent au nombre de deux ou de 



entourés à 
d'un brun fo 



leur base des débris des boutons : recourb 



î 



ylindriq 



velus , 



fleur , plus longs que les feuilles; formant par 



ensemble une grappe courte et obt 



Fleurs 



pendantes; d 



blanc lavé de pourpre, de la grandeur de celles de 



\ Andromeda raceinosa. 



Calice très petit, d'une seule pièce, à cinq divisions ovales et aiguës ; glabre, 



subsistant. 
Corolle altacliée à la base d 



tubulée et presque cylindrique 



creusée d 



cinq sillons , glabre en dehors , pubescente en dedans ; 
cinq lobes ovales et obtus ; se flétrissant avant de tomber 



divisée à son limb 



_ n 

Étamines dix , insérées à la base de la corolle , et moitié plus courtes ^ rapprochées 
en forme de cylindre autour du pistil. F/i^r^ applatis, en lance, glabres en 
dehors, velus en dedans. Anthères vacillantes , formées de deux lobes ouverts 
à leur sommet, et surmontés chacun de deux soies roides. 



o 



bre 5 globuleux 



de cinq sillons profonds ; pubescent. S 



ylindrique , subsistant , plus long que les étamines. Stig 



creuse 



de 



q stries peu appa 



Capsule entourée par le calice qui 
épais et presque charnu ; globul 



a 



près 



la fécondation, devient inse 
pentagone ," creusée d'un oml 



* 



son 



sommet ; pubesce 



gles en cmq 



de la grosseur d'un pois ; divisée en cinq log 
alves. Czo /.s OjY^ membraneuses - adhérent 



mil 



d 



Graines très nombreuses, anguleuses, portées sur un placenta central , pentagone 
dont les angles sont saillants dans les loges. 



5 



Obs* i.^ \J An DROMEDA anastoniosans es>l une plante très rare dans les coUeclions, et 
peu connue des Botanistes, Les auteurs qui ont publie des recueils d'espèces, ont copié la 

« 

description qui avoit été donnée de cette plante par Linnœus , Fils. M. de la Marck , après 
avoir traduit celte description^ a fait une observation que je crois devoir transcrire pour prouver 
combien il étoit Important de décrire de nouveavi^ et de figurer VAndromeda anastomosans. 

m 

(c M. Linné ne dit point si cet arbrisseau est grand ou petit j si ses feuilles , qui sont ovales , 

ae ligne de longueur ; si ses fleurs sont blanches ou d'une autre 
lelques notions sur ces objets ne contribueroient nas peu à faire 



<( ont un pied ou seulement une ligne de longueur; si ses fleurs sont blanc 
(c couleur , etc. Cependant quelques notions sur ces objets ne contribueroî 
(( connoître , comme il convient, cette nouvelle espèce. )) 

1 

2.<> UAnDromeda mfrsinites y Lam. est de toutes les espèces du genre celle qui se 
rapproche le plus de YAndromeda anastomosans. Elle s'en distingvie néanmoins par ses 
rameaux grêles , alongés et pliants; par ses feuilles dentées , glabres sur chaque surface, et plus 
petites; par ses fleurs portées sur des pédicules extrêmement courts , etc. 



Expl. desjîg. a y L^ne feuille vue en desso 



I , Fleur. 



Corolle. 3 . L 



4 , Etamîne vue en dehors, 5 , La même vue en dedans 



La 



P 



8 5 Capsule 



commençant 



des aneles d 



du calice devenu en grande partie épais et charnu. 9 
La même plus ouverte , pour montrer la position re 



7 , Calice et 
, La même 
pective des 



cinq angles saillants; et deux valves septlfè 



nés avec les angles du placenta. 12 et 1 3, G 



exception de 



\ 



/ 



r^ 



V 



54 



y 



ESCALLONIA. 



Fa 



M 




es 



My 



P 



MoNOGYNIE, LiNN 



CHARACTER GENERICUS quoad fructum emendatus et auctus, Fructu. 
nondùm maturas baccam mentiens j per mataritatem , calice frustatim disrupto 
câpsulam prodiens. Capsula bilocularis , à bas! ad apicem in diias valvula 
dehiscens. Kalvulm marginibus introflexae loculos conslituenles. 



Se M 



numerosissima 



5 



scobiformia 



b 




marslni valvulariim 




Qex 



adhaerentibus affixa. [Corculubi rectum, radiculâ inféra; lobis bine conve 
indè planis ? j 

ESCALLONIA discolor. 

ESCALLONIA foliis cuneiformi-Ianceolatis^ întegerrimis , subtùs discolorib 
floi ibus paniculatis ; petalis obovatis. 



> 



N 



plaircs d 



Mu lis 



velle Grenade, fleiinssant 
j mVuil été coiiiniiinl(|ués 
plus distingués du célèbre 




; 



\ 



iGE droite, cylindrique, très rameuse, recouverte d'une écorce cendrée qui se 
dëtacbe par lambeaux. ^iî^iVC//i^5 alternes, ouvertes, de la forme et de la couleur 
de la tige ; nues et parsemées de tubercules dans leur partie inférieure, divisées 
et feuillées dans la supérieure. Rameaux axillaircs , peu ouverts, articulés, 
légèrement anguleux et pubescents vers leur sommet ; d'un brun foncé. 
Feuilles allernes, ouvertes, pétiolées et se j)rolongeant sur le pétiole ; en forme de 
coin , très entières, relevées en dessous d'une côte pubescente et rameuse; veinées, 
glabres, d'un vert foncé sur la surface supérieure, d'un vert glauque surl'inférieurc, 
parsemées de glandes résineuses peu apparentes ; longues de six centimètres , 
larges de vint-six millimètres. 

Pétioles ayant la direction des feuilles ; articulés, convexes d'un côté ; sillonnés 

. de l'autre ; pubescents , d'un brun foncé , extrêmement courts. 

Grappes dans la partie supérieure des brandies et des rameaux; axillaircs et 
terminales , rameuses et munies à la base de chacune de leurs divisions d'une 
petite feuille , formant par leur ensemble une vaste panicule. Axe des Grapppes 
presquedroit, anguleux, pubescent, d'un brun foncé, nu dans sa moitié inférieure, 
divisé et chargé de fleurs dans la supérieure. Divisions de \Axe ouvertes, 
anguleuses, hérissées de poils courts ^ munies de bractées; à plusieurs fleurs. 

Fleurs presque droites, pédiculées, munies de bractées; blanchâtres, delagrandeur 

de celles du La u rus nobïlis. 
Pédicules cylindriques , pubescents , d'un brun foncé , de la longueur des fleurs. 
Bractées à la base des divisions et des sous-dlvlslous des rameaux de la panicule ; 

droites, en forme de spatule, pubescen les, de la moitié de la longueur des 

pédoncules et des pédicules. 
Calice en cloche , pubescent , d'un brun foncé, adhérent à l'ovaire dans sa moitié 

inférieure, libre dans la supérieure, divisé à son limbe en cinq dents; du tiers 

de la longueur de la fleur. 



/ 



F 



CoROLLE formée de cinq pétales attachés à la base du limbe du calice, et alternes 



découpures ; ouverts , ovales-renversés, glab 



lu 



Étamines cinq , ayant la même attache que la corolle, opposées aux dents 
plus courtes que les pétales. Filets montants, très ouverts, glabres, blancl 



Anthères attachées pa 



do 



aux filets : ovales, creusées de quati 



O 



V 



int latéralement, d'un jaune de soufre. 

dhérent au calice dans presque toute son étendue; arrondi , d 



t 



leux 



loses 



& 



î 



grand nombre d'ovules. Style d 



> 



ylindrique, strié, de 



la longueur et de la couleur des filets des étamines. Stigmate orbicula 



presque à deux lob 



Fruit 



.1.0 Les plantes que MM. Pavon et Ruîz ont publiées sous le nom de Si 
Idemment congénères de VEsc^LLONl^. Le motif qui a déterminé ces S 



EsC^LLONT^j est exposé 



Prodoih 



d 



Siipp^ Linncei J. et CL Smith ad hoc geniis referre oportet , îicet Bacca eis tribuatur 
pericarpio non satis accuratè ex specîinînihus siccis ohsen^aio. » 
observation que le fruit des espèces du genre EscALLONlA est 
découverte autorisoit-elle les auteurs de la Flore du Pérou à substitviei 



une 



ps 



Célèbre Mutis , avoit été ensuite adopté par L 



MM. Smitl 



2.^ J'ai observé dans la riclie collection de M. de Jussleu , plusieurs espèces du genre 
EsCALLONlA , publiées par MM. Ruiz et Pavon , sous les noms de Stereoxitlvm riîbrum^ 
reçoliifnmy puls^erulentum y etc. J'ai remarqué dans toutes ces espèces i^, que le fruit avant 
de parvenir à une maturité parfaite 5 ressembloit beaucoup à une baie (i) ; a**, que le système 

r 

vascuîaire se désorganisoit insensiblement , lorsque le fruit étoit entièrement mûr^ qu'alors le 

lïrt une capsule blloculaire , s^ouvrant 



déchiro 



décou\ 



depuis la base jusqu'au sommet en deux valves^ 3*^^ que la cloison étoit formée par les reboicls 
rentrants des valves , et que les graines très menues étoicnt attachées à quatre tubercules adhérents 
au bord interne des valves. [J^Ofez les fig. a^ b^ c, etc., qui sont placées entre deux lignes 
ponctuées. ) 

L 

3^. Parmi un grand nombre de graines que j'ai analysées avec soin , je n'en ai pas trouvé une 

+ 

seule qui fût parvenue à une maturité parfaite. 11 ne m'est donc pas possible de prononcer sur 



dant avoir reconnu dans quelqu 



unes 



etoit 



à celles qu 
ffenre doit 



, que la radicule étoit trè; 

dedans. Si ces observations étoient confirmées p 



que 



mbr\ 



del 



fo 



par 



le fi 



de VEscA 



elles 



rapproché des Me m ec r lon L 



que 



ce 



M L. 5 BMckea L. , 



Smith , Thebal 



Jard. de la Malm 



soit une 



nouvelle fa 



En 



et 



My 



etc. , pour former 
soit une première section des 



» B 



4 



Myrtées caractérisée par les étamines en nombre déterminé. 

Exj)L desfig. I, Fleur vue en dedans. 2, La même vue latéralcmen 
5, Calice et Pistil. 6 , Coupe verticale deTovaire. — a^ Fruit qui n'est pas encore parfaitement mûr. b^ Le 
même coupé transversalement, c. Fruit parvenu a sa maturité , dont le calice se détache par lambeaux, d,-Le 
même coupé transversalement , pour montrer que la cloison est formée par les bords rentrants des valves ^ et 
que les semences sont attachées à quatre tubercules e. Capsule nue, s'ouvrant de la base au sommet en deux 



Q 



Une graine grossie. 



(1) Cest dans cet état que le fruit de YEscALLONid a été décrit et figuré d'abord par M, Smith dans se^ 
Plantarum Icônes, etc., et ensuite par M. Gcertncr , Fils, dans la première livraison du troisième volume 
de la Carpologîe, 



s 



\ 



/ 



-55 




BLACKWELLIA glavca. 



b ■ 

Fam. des Rosacées. §. viii, Juss, - Dodécandrie Pentagynie 



: 



? 




\I1SN, 



4 

BLACKWELLIA foliis ovato-oblongis , obtusis, glaucisj racemis axillaribus 
paniculatis. 



Arbrisseau d'un aspect agréable, croissant naturellement à Flsle de France, où il a été 
découvert par Commerson. 




H 

iGE droite, cylindrique, noueuse, rameuse, glabre, recouverte d'une dcorce 
gercée et de couleur cendrée. Rameaux axillaircs, alternes, ouverts , renflés à 
leur base, de la forme et de la couleur de la tige. 
Feuilles alternes, presque droites, pctiolées , munies de stipules caduques; 
ovales-oblongues , très obtuses , ordinairement entières, quelquefois garnies sur 
les bords de leur moitié inférieure de dents écartées et peu suillantcs ; relevées 
d'une côte rameuse , veinées, glabres j d'un vert glauque , longues de quatorze 



centimètres , larges de six. 
Pétioles droits, articulés, convexes en dehors et recouverts d'une écorce fongueuse, 

sillonnés et lisses en dedans \ glabres , longs de deux centimètres. 
Grappes au nombre de deux ou de trois dans les aisselles des feuilles ; composées , 

, formant par leur ensemble une panicule étalée. Axes des Grappes 



ces 



penché 

recourbés, cylindriques , striés , rameux , légèrement j)ubescents, munîs à leur 

base d'une bractée, iî^.vjï^c/x alternes, semblables à l'axe commun : les supérieurs 

insensiblement plus courts 



Fleurs éparses 



sur les rameaux , et 



formant des grappes simples ; pédiculées , 



t 



ra 



PP 



rochées , très velues, munies de bractées j aussi petites que celles du Ri fin A 



humilis. ' • . ' • 

Pédicules le plus souvent à une fleur, rarement à deux ; filiformes, articulés au 



5 



dessus de leur base ; légèrement pub 
Bractées à la base des grappes, de leu 

oites , linéaires, pubes 

m 

iLiCE d'une siei 
profondément 



divisions , et des péJ 



des fleu 



d 



c 



pièce , en 



d 



s Ja 



1 



forme de poire dans sa partie inférieure, d 
périeure , subsistant. Z)/r/5/o. y >y oi 



d 



au 



nombre de q 



et comme 



plumeuses sur leurs bords , inégales : savoir , sept alternes plus larges et un pe 
plus longues, munies à leur base intérieure d'une glande noirâtre. 
Corolle nulle. 



\ 



i 



4 

Ètamines le plus souvent au nombre de sept ; attachées à la base des divisions les 
plus étroites du calice , et un peu plus longues. Filets montants , capillaires , 

glabres. Anthères globuleuses , didymes. 
Ovaire adhérent dans la moitié de son étendue à la partie inférieure du calice ; 



en forme de poire , très velu , à une seule loge , contenant un grand 



nom 



bre 



d'ovules attachés à ses parois. Styles cinq , écartés , capillaires , velus à leur 
base 5 plus longs que les filets des étamines. Stigmates simples, aigus. 



Fbu 



IT 



- * 



ObS. i.^ Les divisions du calice qui sont les plus larges, et qui sont glanduleuses à leur 
base, ne paroissent pas devoir être considérées comme des pétales, puisqu'elles naissent ^ ainsi 
que les divisions, plus étroites et starainifères , du sommet du tube ou de la partie entière du 
calice. 

b ■- 

W 

2.<> Le Blacktï^elzia se distingue de VHOM^LIUM non seiJement par ses étamines 
toujours solitaires à la base des divisions étroites du calice, mais encore par ses styles filiformes 
qui sont insérés au sommet de Tovaire , et qui ne paroissent pas être , comme dans VHOMÀLIUM^ 
une prolongation de cet organe. 



I , Fleur entière , vue en dedans et très grossie. 2 , La même dépourvue 



ExpL des Jig. 

d'étamines et coupée longitudinalement , pour montrer les glandes situées à la base des divisions 
les plus larges du calice , et la situation de l'ovaire qui est uniloculaire. 



.- ' 



t.^ 



i. 



^m 



n 



z' 



56 



'• 



BLACKWELLIA 



CERASIFOLIA, 



Fam. des Rosacées, §. viii, Juss. 



7 



") 



LiNN. 



DoDÉCANDRIE PeNTAGYNIE 



? 



BLACKWELLIA foliis ellipticis, acuminatis, dentatis ; racemis axlllaribiis , 



compositis 



7 



erectis. 



dont les feuilles 



quelque 



d 



Cerasus , 



L 



■- ■ 



de Madagascar 3 cidlivé dans le Jardin Botanique de l'Isle de 



Célèljre Naturaliste Riche avoit cueilli l'exemplaire que je fais fig 




IGE 



d 



ylindriqne , très rameuse , recouverte d'une écorce gcrcc'e 



d 



e 



hrune. Brjjych ES alternes, peu ouvertes, courbées vers leur sommet 



5 



glab 



de la forme de la lige. Ra 



nflc 



leur 



base, légèrement pub 



Feuilles alterne 



de 



pu! 



pétiolées et se prolongeant sur le pétiol 



> 



munies 



ptiq 



rét 



vers leur sommet en une pointe obtuse ; 



garnies sur leurs bords de dents courtes, écartées et glanduleuses à leur base 



relevées d'une côte rameuse ; veinées , glab 



d 



vert gai 



dessus, d'un vert pâle en dessous, longues de neuf centimètres , larges deq 



Péti 



liés et articulés à leur b 



côl 



de l'autre, pubescents, de la couleur des rameaux; longs de quatorze niillim 
Stipules droites , linéaires , pubesccntcs , de la moitié de la longueur des pét 



tombant promptement. 
Gra-ppes situées dans les aisselles des feuill 



peu plus long 



solitaires , 



droites, composées, munies de bractées. Axes des Grappes cylindriques, s 
rameux, hérissés de poils courts. Rameaux peu ouverts, presque opposés, 
vers leur base, garnis de fleurs vers leur sommet : les inférieurs écartés 
supérieurs rapprochés. 
Fleurs très petites , formant par leur ensemble , au 



nus 
les 



î , au sommet de chaque rameau 
bouquet arrondi ; pédicidées ; munies de bractées; velues et presque drapées 



? 



de couleur cendrée, 
Pédicules presque d 



filiformes , articulés dans leur partie moyenne; de 



des rameaux des grapp 



ordinairement à une seule fl 



rarement à 



d 



Bractées à la base des grappes 

droites ;, en lance, aiguës , 
Calice d'une seule pièce, cntii 



d 



rameaux, et des pédicules d 



fleurs 



î 



concaves , très courtes. 



3 



divisé profondément dans le reste de 



• 



I 




d 



siib 



Division 



à 



n 



omb 



re 



de d 



IX 



5 



et 



quelquefois de do 



ize; très ouvertes , en lance , aiguës, inégales : savoir, cinq 

b ■ 

plus larges , plus longues, munies en dedans sur leur partie moyei 



d'une glande saillante et de couleur b 



C 




rAMiNES cinq ou six , attachées à la base des divisions les plus étroites 
et de la même longueur. Fi lets montants^ capillaires, glabres. A 
globuleuses , didymes. 



d 



O 



dhérent légèrement au fond d 



-■ 

lobuleux, hérissé, à une log 



contenant un grand nombre d'ovules attachés à ses parois. Styles ordinairement 
trois, quelquefois quatre ou cinq; écartés, courbés vers leur sommet, filiformes, 
glabres, plus courts que les divisions du calice. Stigmates très simples. 



Frui 



T 



1 

ObS. i.o Les stipules que j'ai observées dans les Blackweljli^ cerasifolia eltonientosa^ 
semblent prouver que cet organe doit exister dans toutes les autres espèces du genre y où il seroit 
également visible , s'il ne tomboit proniptement. 

2.^ Le Blacj^ELLI^ cerasifolia se distingue de toutes les espèces du genre par les glandes 
qui n'adhèrent point à la base , mais au milieu des divisions les plus étroites du calice'^ et par 
son ovaire qui est réellement libre. Ce dernier caractère seroit considéré dans plusieurs ordres ^ 
comme étant d'une grande importance ; mais dans la famille des Rosacées , et sur-tout dans le 
genre Blackwelli^ dont l'ovaire est en partie libre , et en partie adhérent ^ il est de peu de 
valeur, et ne paroît pas devoir autoriser rétablissement d'un genre nouveau. 

ExpL <ies Jig, I , Une fleur vue en dedans, 2, La même coupée longitudinalement, pour 
montrer la différence qui existe entre les divisions glanduleuses et staminifères. 3 ^ Calice entier 

h r 

séparé j pour montrer qu'il ne contracte aucune adhérence avec Fovaire. {Figures grossies.) 



\ 



\ 



<atà 






f 




BLACKWELLIA tomentosa. 



Fam. des Rosacées. §. viii, Juss, 



•) 



5 



X 



LlNN. 



DoDÉCANDRIE PeNTAGYNIE 



? 



BLACKWELLIA foliis cuneiformi-obovalis , denlatis , subtùs tomentosis j spicis 
axillaribns terminalibusque solitariis , ereclis, 



lo 



ngissimis 



brisseau originaire de l'isle de Java , où il a été découvert par M. La Haj 



de 



d 



de 



fleurs. 




IGE 



d 



ylindrique, rameuse, feuill 



glab 



? 



recouverte d'une écorce 



gercée 



de couleur cend 



de trois mè 



d 



a 



g 



d 



e 



d 



ex. 



Rameaux axillaires, alternes , droits, delà forme de 
de tubercules blanchâtres ; 



rscmés 



F 



drapes dans leur partie supérieure, 
présentant leurs bords dans la direction d 



V . 



b 



des rameaux; pétiolces, munies de stipules; en forme de coin et ovalcs-rcnvcrsécSj 
surmontées d'une pointe courte et caduque; dentées, relevées d'une cote rameuse, 
veinées, pubescentcs et d'un vert foncé en dessus, drapées et de couleur cendrée 



dessous 



gués de douze centimètres, larges de neuf. 



Pétioles 



fiés et articulés à leur b 



) 



convexes d'un côté , sillonn(?s 



S 



de l'autre; drapés ,' extrêmement 

'oites , en alêne , pubes' 



TIPULES 



d 



deux fois pi 






que les pe 



tombant promptement 




PIS 



axillaires et term 



droits , grêles, semblables à des cliàtoiis; 



deux fois plus longs que les feuilles. Axes des Epis cyliudriq 
couverts de fleurs dans toute leur étendue. 



drapés 



Fleurs rapprochées , sessiles , drapées , de couleur cendrée , très petites , munies 

de bractées. 
Bractées solitaires , ovales , membraneuses , de la couleur des fleurs et molllé 

plus courtes. 

Calice d'une seide pièce , en forme de poire dans sa partie inférieure , divisé dans 
la supérieure ; subsistant. Divisions ordinairement au nombre de dix, et 
quelquefois de doHze; très ouvertes , ovales, obtuses, presque égales : cinq ou 

• six alternes munies à leur base intérieure d'une glande noirâtre. 

Corolle nulle. 

Étamines cinq ou six, attachées à la base des divisions du calice qui ne sont pas 
glanduleuses à leur base. JP/z^r^ montants , capillaires, ^dhvcs. Anthères 
mobiles, arrondies, creusées de deux sillons-, et presque didymcs; 



'.« 



Ovaire adl 



dans la moitié de 



étendue à la partie inférieure d 



globuleux, drapé, à une loge, c 
ses parois. Styles ordinairement 



grand nombre d 



chés 



rarement cinq 



rbés 



sommet, filifo 
presque obtus. 



glab 



de la longueur du calice. Stig 






Fruit 



Eocpl. des Jig. 1 , Fleur ouverte, vue eu dedans. 2 , La même vue de côté. 3 , La uiunie 
couj>ée longiludinalement. 4» Uneélamliie. {Figures grossies.) 



\ 



f 



\ 



# 



• 




58 




COMBRETUM trifoliatum. 



FaJVI. desÛNAGRAlRES, JuSS. — OcTANDRIE MoNOGYNIE , L/iViV 



COMBRETUM floribus decandris; foliis ternis, ovali-oblongis , acutis -, bracteis 
flore brevioribus ; fructibus oblongis. 



r 

Arbrisseau sarmenleux, découvert à Java par M, La Haye j croissant dans les lieux élevés , 
et fleurissant durant toute la belle saison. 




I 



ylindriq 



fe 



glabre, de 



b 



h 



ded 



eux 



mètres , de la grosseur du petit doigt. Ramea 



5 



opposes, aya 



direction, la forme 
Feuilles peu ouverte 



de la tig 



pétiolëes, ovales-oblongues, aig 



î 



relevées d'une côte rameuse ; veinées, glabres, d'un vert foncé et lisses en dessus 
d'un vert pâle et mat en dessous ; longues de douze centimètres , larges de cinq 



Pétioles ouverts, renflés et articulés à leur base , convexes en dehors , sillonnés en 

dedans, glabres, noirâtres, longs de huit millimètres. 
Epis axillaires et terminaux , rarement simples, plus souvent rameux, formant par 



ensemble une vaste panicule. Axes des È 



de leurs T)i 



vers leur base 



g 



de fleurs dans leur partie supérieure ; cylindriqu 



sillonnés , hérissés de poil 



presque drap 



\ 



d 



Fleurs distiques , rapprochées, sessiles, munies de bractées; très 
herbacée , de la grandeur de celles de YActma racemosa. 

Bractées situées sous les ovaires; soHtaires , horizontales, linéaires, très ve 
plus courtes que les fleurs. 

Calice d'une seule pièce , situé au-dessus de l'ovaire : en forme de cloche, d 



mbe en cinq d 



très velu , tombant après la fécond 



P 



obt 



cinq , insérés dans les sinus ' des divisions d 
velus, très courts. 



dro 



Étamines dix, insérées sur le calice au-dessous de la corolle. Filets droits, en 
forme d'alêne, glabres, très saillants, deux fois plus longs que la fleur. Anthères 



m 



obil 



es , arrondies , à deux loges. 



Ovaire situé au-dessous du calice; cylindrique, très velu, creusé de cinq siflons 
peu apparents à cause des poils dont il est hérissé. Style filiforme , glabre , de 



la longueur des étamines. Stigmate aigu. 
Fruit formé d'une seule semence oblongue , relevée de cinq ailes ou angles très 
saillants, recouverte de deux enveloppes. Enveloppe extérieure coriace, 
mince, glabre, de couleur fauve. E n veloppe intérieure spongieuse, 
membraneuse , presque brune. 



'- 



\ 



/ 



Obs. I 



que les fleurs de toutes les espèces du genre Combretum sont po 



de bractées ordinairement caduques, J^en ai observé dans plusieurs exemplaires du Combbetum 
secundiirn W. . rauDorté de St. Dominirue oar M. Poiieau. 11 faut donc exclure delà Dhrase 



de celle aui est nommée laxum 



exp 



rime 



par ces mots racemi. 

COMBRETUN trifoh 



eh 



affinité avec le 



UM decandi 



diffère par la direction ^ la disposition ^ et la forme de ses fe 
es que les fleurs ; par son fruit pyramidal dont les ailes ne sont 



bords 



point crénelées 



Les genres Chuncoa et Tant bouc A , rapportés par M. de Jussieu à la second 



de rOrdre des Clialefs , ou à la famille des Badamiers 



COMBRE 



observé plusieurs fruits d 



PP 



Chuncoa ; et quoique leurs semences ne 



fussent pas en bon état, j'ai cru néanmoins reconnoître que 

en spirale autour de la radicule, comme ils le sont dans le Terminalia. 

4.^ On doit ajouter aux espèces de Combretum , mentionnées par M. Willdenow dan 



Species PlantUrum ^ celles qui ont été décrites par M 



Actes de la Société d'Histoire Naturelle de 

par M, RoussîlJon. 



du S 



Combretum paniculatum. Floribus octandrîs ; foliis siibopposîtîs 5 oblongis 
oh tu sis ; paniculâ terminali , amplissimâ ; bracteis brevissîmis ; fructibus ovalîs. 

Celte espèce est sur-tout remarquable par ses fleurs qui forment une vaste panicule. Sa \\<i 



5 



lign 



feuilles 



de 



c 



irs pédiculées et d'une belle couleur rouge , ont une grande r< 
ETUM purpureum W. 

aculeatum. Ramis aculealis ; foliis suboppositis 



ovatis 



5 



' • 



pubescentibiis ; floribus racemosis ; friictuum alis membr 

L 

L^exemplaire de cette espèce que j'ai trouvé dans Therbier de M 
dépourvu de fleurs ^ et les 



• y 



feuilles 



être 



de 



■ 

ExpL desfig. I , Une fleur grossie. 2^ La même dont le calice est ouvert, 
rattache des pétales et des étamines. 3 , Une étamîne séparée et grossie. 4 , Fruit 
de grandeur naturelle, 5. Semence counée transvprsalpmpnt 



Semence 



I 





- 

CASTILLEIA coronopifolia 



Fam. des Pédiculaires 

■ 

Ll N N. 



? 




uss. 




idynamie Angiospermie 



? 



CASTILLEIA 



siipernè tetrag 



bracteis indivisis ^ racemis elong 



foliis linearibus , integcrrimis trifid 



> 



A rbuste d'un port élégant 3 remarquable par la 
dans la Nouvelle Grenade. Plusieurs échantillons de 

M. Umana . Suivant Nninr^ilictp Fci^ofru/^l 



d 



croissant naturellement 



Jaacine rameuse, fibreuse. 
Tiges droites , ligneuses , 



ylindriqucs et glabres dans 



y 



tétragones et hérissées de poils courts dans la su 
d'un brun foncé, hautes de cinq à six 'décimètres 



partie infcr 



Ra M 



alternes , presque d 



périeure ; rameuses , feuill 
de la grosseur d'une plui 
oits , de la même forn 



F 



de la même couleur qiie la partie supérieure des 



ouvertes, sessiles 



î 



ob 



ord 



découpures vers leur sommet, quclquefo 



sur 



cha 



face de 



q 



pods courts et peu apparents ; d'un vert foncé , longues de trois 



centimètres, entourées à leur base de jeunes feuilles plus pelilcs et d'inég 



g 



d 



ranaeur. 



munies d 



Fleurs dans la partie supérieure des rameauxj pédiculécs , 

distiques avant leur développement parfait , unilatérales ou tournées d 



un 



seul 



té lorsqu'elles sont éiian 



formant pa 



simple ; d 



ble une graj)pe along 



ge iDcu 



de la grandeur de celles de 



S AL 



VIA 



Leonuroides 



Pédicules peu ouverts, cylindriques, pubescents, d'un brun foncé , du quart de 



la 1 



ongueur 



d 



es 



fleu 



rs. 



Bractées à la base de chaque pédicule; solitaires, droites, linéaires, très entier 

pubescentes , du tiers de la longueur des fleurs. 
Calice d'une seule pièce, en forme de spathe ; tubulé , ventru à sa base, compri 

dans presque toute son étendue , fendu antérieurement , divisé à son sommet 



deux découpures obtuses 



relevé de 



nervures peu apparentes ; • 



pubescent , coloré, subsistant , de la moitié de la longueur de la fl(ï 
Corolle hypogyne, monopétale, tubuleuse, irrégulicre, labiée. TV^^ cylindrique 
courbé , glabre , du tiers de la longueur d(; la corolle. Orifice renflé, muni d( 
deux glandes à la base de la lèvre inférieure. Lèvre supérieure très alungée 



j 



'y 



rbée en dedans , pubcsccnle , divisée à son limbe en trois d 



# 



inégales. Lèp 
surmontées chacune d 



extrêmement petite , divisée en trois dents 



Étamines q 



dont deux plus courtes (didynamesj ; attachées au milieu du tube 



de la corolle , situées sous la lèvre supérieure. Fi 



capillaires, renfl 



vers 



de 



Ion 2 



sommet; courbés, glabres, delà couleur de la corolle , et ae la Jongueur 

oîtes , adhérentes aux 

nités , d'un jaune de 



de la lèvre supérieure. Anthères didymes , linéaires , d 
filets par leur partie moyenne, libres 



à leurs de 



soufr 



Ovaire libre, ovale, comprimé, glabre. St 




obliq 



l'ovaire ; 



ayant la direction , la forme, la couleur, et la longueur des plus grandes étamines 



subsistant à sa base. Stig 



pie 



en tête. 



sur 



le 



Capsule ovale, comprimée, pointue, oblique à sa base, creusée d'un sillon 
chaque face ; glabre, d'un brun foncé ; divisée en deux loges ; s'ouvrant par 
sommet en deux valves; contenant un grand nombre de graines. C lo i s o n é^d\sse 
fongueuse , opposée aux valves. 

Graines nombreuses, adhérentes aux deux faces de la cloison; ovales, comprimées 



7 



entourées d'un rebord membraneux. 



Obs 



da 



Supplementuni Planta 



de 



5' 



M. Mulis. Ces deux espèces ont été depuis parfaitement 



» ' 



M 



intitulé Plantarum 



hactenîis ineditœ. L'espèce nouvelle que je publie a beaucoup de rapports avec celles qui étoient 

w 

déjà connues; mais elle en diffère par plusieurs caractères, comme le prçu^ent les phrases 
comparatives suivantes, 

CASTILLEIA integrifolia. Cauletereti; foliisbracteisque Hneari-lanceolatis , 
integerrimis ; racemis elongatis. 

ÇjASTWAjYAKJissifoUa. Caule teretiusculo j foliis bracteisque basi ovatis et 
integris , supernè pinnatifidis ; racemis brevissimis. 

CASTILLEIA coronopifolia. Caule supernè tetragono ; foliis linearibus , 
integerrimis , trifidisve ; bracteis indivisi^ ; racemis elongatis. 

■ 

ExpL desjîg. I , Fleur un peu. grossie, a , Calice ouvert 3 , Corolle. 4 ? La même ouverte. 
5 5 Pistil. 6 , Capsule. 7 , La même s'ouvrant par le sommet. 8 , La même coupée horizontalement. 



I 
\ 

K 



I 



\ 



l 



• 



6o 



GOTHOFREDA(i). 



Fam. des APOCINÉES, Jvss, 




ENTANDRIE DiGYNIE. LlNN^ 



CHARACTER ESSENTIALIS. Calix 5-partiius. Corolla i-petala, (ubul 



imbo patente , 5-partito ; laciniis long 



5 



gulatis , flexuosis. App 



staminum ferè idem ac in Asclepiade. Vagin a pistillo circumposita^ siib 
plurimùm exserta , versus 



l'picem 2-fida. Ovaria 2, ovaia : st\ 



teretcs : 



gma 



obtusa. Folliculi duo ^ujfi 



volubilis , Cynancb 



1 




Folia opposita , cordato 



acuminata . tomentosa. Racen 



axillares et terminales 



pauciïli 



Jlorih 



h 



albidis 



suhtomentosis . — Corolla Strophanti , et vagina pistilli plurimiim exserta , ac 



pernè bifîda , novum hoc geniis défi 



GOTHOFREDA cordifolij. 



beaucoup de ressemblance avec celui d 



quable par ses fleurs dont les divisions du 



corolle sonl 1res alongécs , et dont 

përieure. L"'exenij)l;nre 



fait figurer m'a été envoyé de Santa-Fé de Bocota. par M. Umana , Sa 



Espagnol. 




IGE 



volubl 



;, cylindrique, rameuse, h 
velue et drapée dans la super 
mètre , de la grosseur d'une plume à écri 



(. 



1 



r 

courts dans sa 



fé 



par 



e; de couleur cendrée; haute d'ni 
Rameaux axillaires . onnosés . d 



la forme de la ti 
Feuilles opposées 



;, et de la couleur de sa 
peu ouvertes , pétiolées 
d'une côte rameuse; par 



cœu 



ovales, 

^ 

, lorsq 



pointues , très 



pe; drapées , d'un vert foncé en dessus , d'un vert pâle en dcsso 



demi 



P 



longues de sept centimètres , larges de trois et 
ÎTiOLES contournés et volubles , cylindriques , drapés y glandnlcux , longs de 
quatre centimètres. Glandes solitaires à la base interne de chaque pétiole , très 
petites , glabres , de couleur brune. 



Grappes axillaires et termi 



presque d 



1 

peu garnies de fleurs. A 
fois plus longs ; nus dans 



cylindriques , de la couleur des pétioles , et deux 

moitié inférieure , florifères dans la supérieure. 
Fleurs penchées , pédîçulées , munies de bractées , blanchâtres , hérissées de poil 

courts , longues de quinze millimètres , larges de trois centimètres. 
Pédicules presque droits , filiformes, drapés, à une seule fleur, longs de deux 

P 

centimètres. 

■ 

Bractées à la base des pédicules ; droites , en lance , aiguës, drapées, extrêmement 
courtes. 



(i) Genre dédié à mon savant confrcrc de riustitut; M. Geoffroy-Sainl-Ililaire^ Professeur au Muséum 
dllistoire Naturelle de Paris. 



r 



■v 



^ 



pointues efdrap 



"■^ 



Calice d'une seule pièce , à cinq divisions droites , en lance , 

subsistant. 
Corolle monopétale, tubulée. Tube de la longueur du calice. Limbe à cinq 
divisions très ouvertes , en lance , pointues, flexueuses , quatre fois plus longues 

que le tube. 
Écailles cinq, de la longueur du tube de la corolle, et insérées à sa base; allcrnes 



découpures du limbe ; entourant 



ganes sexuels ; presqu'en form 



de coin, tronquées à leur sommet , munies vers leur base interne de deux glandes 



lesquelles s'élève un corps cylindrique et courbé en dedans 



A 



d 



es 




TAMiNES. 1°, Filets réunis à leur base en un anneau cl 



equel s'élèvent cinq anthères 



bords, munies sur les 



d 



un 



[ance , membranei 
appendice prolong 



dl 



P 



b 



3 



formant par leur ensemble un tube cylîndrîq 
au milieu de la gaine qui recouvre le pistil , a 



2 



Tubercules cinq 
vec les anthères : 



al 



g 



3 



linéaires 



5 



d'un sillon sur leur face 



munis à' leur base de deux 



filaments très courts , auxquels sont suspendus par leur milieu deux corp 



qui 



dessus de leur point d'attach 



formés 



de 



L 

masse de pollen agglutiné , et q 



chacun dans une des loges d 



deux anthères 



Pistil recouvert par une gaine presque charnue, très distincte du tube des étamines , 
saillante et divisée dans sa moitié supérieure. Divisions écartées, en forme 
d'alêne , sillonnées le long de leur face interne. Ovaires deux, ovales. Styles 

M 

deux, cylindriques. Stigmates deux , obtus , adhérents légèrement à la gaine 



du pistil. 



Fo 



llicules 



de 



ÏUX 



r-- 



r 

Obs, I .^ Le GoTIIOFREDA se distingue essenUellement de tous les genres connus de Tordre auquel il appartient, 
j)ar les divisions très alongees du limbe de la cbrolle, et par la gainé du pistil très saillante et profonde'ment 
bifide dans sa partie supérieure, 

•i". Plusieurs Célèbres Botanistes ont tenté d'expliquer comment s'opéroît la fécondation des AsCLEPiAS ^ 

■ L 

CynANCHUM ^ etc. La découverte de Forgane qui engaîne et surmonte le pistil du GoT hofredA ^ loin 
d'éclaircir ce point important de physique végétale ^ paroît en rendre la solution plus obscure et plus difficile, 

L 

3.** Tai observé sur plusieurs exemplaires de la plante que je viens de décrire^ principalement sur les pétioles 
et les nervures des feuilles^ de petits morceaux de gomme-résine. Cette substance est aussi produite par d'autres 
Apocinées- Linnaeus nous apprend dans le Supplementum Plantarum , pag. i-jo, que des Chinois avoient donne 
VAsclkpias carnosa pour la plante qui produit la gomme-gutte* 

Expl desfg. 1 y Fleur un peu grossie. 2, Cahce, et Pistil recouvert de sa gaine. 3, Calice. 4 , Fleur dont 
on a retranché le calice et la corolle pour montrer les cinq écailles* qui entourent les organes sexuels. 5 Une 
de ces écailles vue en dehors. 6 , La même vue en dedans. 7 , Fleur dont on a retranché le calice la corolle 
et les cinq écailles, pour montrer l'appareil des e'tamines. 8, Tubercule muni à sa base de deux filaments 



auxquels sont suspendus deux corp 




lespolliniferes dans leur moitié inférieure. 9 ^ Le même grossi. 10 , Fleur 



très grossie, dont on a retranché le calice, la corolle, une partie des écailles^ et l'appareil des étamines- 
coupée longitudinalement pour montrer la forme de la gaîne qui recouvre le pistil. 



X 



/ 



^ 




AELE ALPHABÉTIQUE. 





t • 




MSONiA angustifolia , page et planche. 20 

Anagallis fruticosa , pag. et pi i4 

Andromeda anastomosans , pag. et pi 53 

Ardlsia crenulata , pag. et pi \ . . . 5 

Banisteria ovata , pag. et pi. ' 5i 

— parvifolia j pag. et pi , 5x 

tiliaefolia ,. pag. et pi .' , . 5o 

■ 

Bejaria aestuans ^ pag 5i 

raceniosa 5 pag 52 

resînosa , pag. et pi . / 52 

Blackwellîa cerasîfolia ^ pag. et pï / 5(> 

glauca , pag. et pi. r^^ 

— lomentosa , pag. et pi 

Bumelia reclînala^ pag. et pi , 2^ 

L 

CaseAria comocladlfolia^ pag. et pi .44 

conacca , pag. cl pi , . 4^5 

— fragilisj pag, 

grewisefolia , pag 4y 

iliclfolia , pag. et pi 54 

slipularîs y pag. et pi. . ; ... 4G 

■ — tinifolia , pag. et pi 47 

Cassine xilocarpa , pag, et pi. , ^3 

Castillela coronopifolia , pag. cl pi . 5() 

fissifolia , pag ..,....,* 5q 

inlcgiifolia , pag ; ^ 5g 

, Cestnim macropliyllum , pag. cl pi 18 

Cissus antarcticuSj pag. et pi 21 

Qitoria licleroph)IIa , pag. et pi ^G 

Collelia ephcdra , pag, et pi ^ .....,,.. 16 

serralifolia , pag. et pi i5 

Combreium aculealum, pag • . 58 

panîculalum , pag. ^ 58 

irifoliatum , pag. et pi '58 

Coavolvulus scoparius ^ pag. et pi. ^4 

Corydalis fungosa , pag. et pi , lo 

Croton penicillatum , pag. et pi 12 

Cui alella alata y pag. et 
— — americana, pag 

Daviesia denudata^ P^S* et pi. ....... Q 

DUlenla volubilis, pag. et pi \ . . . Il 

EscALLONiA discolor J pag. et pi 5^ 

GoTHOFREDA cordifolia , pag. et pi , (y(y 






y 



# 







Giiarea ramiflora , page et planche . . Ai 

irichilioïcles , pag •........, 4i 

Gueltanla argentea , pag; * . . j 

■—. — crîspifloraj pag. j 

îndica,pag •/ . , . i 

— — scabra , pag. et pi ■ / j 

Helianthemum alyssoïdes, pag. et pi. , ; . . . ^o 

Heracleum absinlhlifolium , pag. et pi. ' 

Jas:minum geniculatuni ^ pâg. et pi. . , 8 

Indigofera diphylla , pag. et pi 3^ 

Tnga filipes, pag. et pi 3^ 

Ixia dubia, pag. et pi 

Mai ETA anmilata , pag. et pi 3^ 

argenlea, pag. 33 

scalpta, pag. et pi 33 

Merînna ciliaris, pag. et pi 0/ 

Mimosa floribunda , pag. et pi. . . . o 

■ glandulosa , pag. et ^ 

■ hoi lidula , pag. et pi. o 

NoTEL^A ligiislrina , pag r 

longlfoHa , pag. et pi .......*.." ^5 

Phlomis samia , pag. et pi. 

Poiretia scandeiis , pag. et pi , 

Poilca galegoïdcs , pag. et pi ^r 

IViEi) i.F.A crenata J pag. . . 

scrrala , pag. et pi ^^ 

SAMYnA spitiiiîosa, pag. et pi /o 

SciiicII;ina incarnata, pag. et pi. . 

Vûr. J\ tiiîiior , pag. et pi 

Sparlîiirn «ftnceuiji , pag. et pj. . . 

latliodca campaniilata , p.iir, . , 

I ' ^ *' , 4o 

: coiymbosa, pag. et pi T 

7 • 40 

•— JuBvis, pag J 

— îongiflora, pag. 

ToURNEFORTI.V laurlfi )ria , pag. • et 

• muulnlis , pag. et pi. ..... ; 

volubilis , pag 

TribUMiima litrla, pa", . • • • • 2 

. . ' * "= • • Q^ 

■ Mnisaiia, pag. et pi [ ^ ♦ • . . jj 

Tuipiiiia pamculata , pag. et pi. ..... , , • • • . 35 

TuiTica rigida, pag. cl pi 3i 

VlLLARSlA îiidica , pn»» • * ' ' ■ ^^ 

' 1 o • ■ •■ 

lacunosa , pag. ........,,,,['/''■'''''''''' ^ 

- njmplioïdes , pag ' ' 9 

ovafa, pag. et pi g 

B 

1 

4 









t. 




J 



t 



J)e^Krin^' nai^ P. t/.JÎe4Ù>u^^ 



Gravf ^ar tfe&er ^ 



GUET TARDA 



se 



ah 



ra . 



I 



<• 



-•■• 



« > 



> 



-\ 



f 



I. 




\ 



-Detf'i'irt^ par J*. c/- Me^^oaie^ 



s. 



rave 



paf' 



tSe/fief . 



T O U RN K F O R T lA Lan ri folia 



/ 



> 



3. 



.\ 




/ 



JJe^sùie par P. J.ÂeJoute/' 



TOURNEFORTIA 



mil 



taLili 



is . 



/ 



v 



' » 



— » 



4- 



' ^ 



; - 




DeKfj'ùié par T. J. ]ie4lûule^ • 



Grave, par Oeiùer 



PHLOMIS samia. 



â. 




f 



JJed'j'm^ par J^. J. Jledouie^ . 



ûrapèy par xfe/Iier 



ARDISIA creiiu 



lata. . 






\ 



s 




> 



De^xFÙte^ DOT J^. t/ Jie4^iUe^ 



Grav^ par Oe/lier 



DAVIESIA aoinidata. 



■ * 



^ 




i 



/ 



DeJ-J^/ze var J^ ■ J. JleJoule . 



irraoe 



/' 



ar 



tfeuLer . 



1 1 ERACLRU M Abslntlinfoliinn . 



^J 



s. 



\ 




? 



^ 



i 



\ 



^ 



J)i\Fj^{ne' itar f> J. Eet/oute . 



Grave pur \.f*eiiicr . 



/' 





Jasmin um Gonicuiauun 



\ 




J)e^j-rne nar J*. x/.Redoicte. 



Gray e par tTe/ùer 



ViLI.ÂRSIA 



ovata . 



/ 



1 

L 




J)e<rj'£ne^ par J^. ./, Jiedûti/ey. 



ûraifc nar ife/Iîer 



1X1 



/ 




I) iib 1 a 



^ < 



JI . 




■^ ^ 



ûeifJ-i/t^ pa^ 



P. J. ReJoufe . 



Graoè pur ifcltier 



DiLl-KNIA Volubilis 



' _ 



I 




De^j'wé^ par J*. J. MeJoide , 



ûratfe ffar Je/lirr . 



Croton 




)eni 



I Cillât 



uni 



• 



y 



/ ' 



^ 



\^ . 




•i 



J}tufjmé DOT P.BêJ-^a e/èi^e r/e Jief/ûu^' 



Graue ûar tfrmer . 



Mimosa noni) 



un 



da. 



y 



\ 



> 



» 



1 



\ 



\ 




t 



/ 



D. 



Grave G ar Je///e^ , 



M 

Anagaij.ts 



fruUcosa. 



/ 



Jy 



S. 



^■ 



■. 




« ' 



De^'d-cfte pur J*- J.Hedûuté^ 



ûrave DOr tJe^-er 



COIJ.KTIA serratifolia. 



f 



s 7Û. 



X 




J)eo^imie^ 7?ar J^. t/.Jie€Ù>uée^. 



Graine ^ar tfe/lier 



\ 



COI.LETLV EoKcdia . 




r' 



•# 



/ 



2 



V 



è> 







f 



rfr 




/ 



jDe^j'mJ var T.J^e^^ra e7eve de Jîef/ou/e . 



(n w?Jé> n ar ife/Â er . 



S PAR T 1 1 J M 



scriccnm . 



I 



\ 



\ 



jS. 



f 



y 



>^ 




-De^ifine DUT' J^.Jie*i\fa e/ci>e i/e Mj*4/o£Ue' . 



Orave^ifirr' Je/f/er. 



Cestrum 



ni a Cl 



'opl 




IVllUlll . 



i 



■*' 



\ 



/ 



/ 




X 



A 

-* 



/' 



^ 



> / 



eATiPfne^ var 



/" 



P. Be^ifa^ eUoe^ Je Re(/oafe^ , 



Gf'tn^e i>ar t^e/Hcr .. 



CORYUALTS 



f 1 1 11 



0^0 s a . 




/ 



'20. 




De<f.rï/ie pa^ TBe^^J'a/ é^/et^e t^Jte^u^ 



Grave par t/e^/ier . 



Helianthemum 




sso 



la 



es 



I 



^/. 



• . 



/ 



/ 




\' 



/ 



•m 

\ 



Grûvf f^jr Je&er. 



J)eô\rr7fe pf^T" 



/T^W^T^^^W^ Rei/orUe- . 



"-V 




ISSL 




autarcluus . 



^ 



V 




Dftriftm' viir T.3e^xfa elei/e de Jte^uid^, 



GraVi.' /^cu^ U*e//if/' ■ 



BUMELIA recli 



1 n at a . 



4 



f -■ 



/ 



/ 



^i^ 



4. 



^ 

^ 




; 



^^^j^/>^^y^ar F, J^e^j'o- el^ve ,U JieJai^ld 



Gravé ^ar tfe&'^r . 



v^AwSSJNE x)locain)ct . 




Me<f^me j^iir I*. ^ej-j-a e'I^i^e df He^oufe^. 



Grave 



ÛiU' 



OWÙi 



ie/i 



CONVOLVULUS S 



/ 



COI) anus . 



* 



I 



2 



cf. 



/ 




J^eàit ^r p. t^Tle^/ûu/e , 



i7rai>ê mzr ifeflier . 



i' 



IMOTEL^A loiipnfc)lia. 



i» 



a 



Û. 



^ 




JJe^j-me />ar ^es^a eîèi'e i/e J^e./ûi^^' 



(rrarfé par O^eûïer , 



ClITORIA hctcropliylla . 




« 




m^^ 



^■f. 



{ 



^7 



\ 







/ 




/ 



JJej'd'me ^ar P. Be^fja efèife Je ^eJûiaê^ . 



rat»e yrar xPe&er . 



MlMOvSA 



Glandulosa.. 



/ 



o 



8. 



\ 







I}eo\n'/ie ifar JIt\i\ra c/ei^e i/f /^vai'ufe- . 



Oratfe 



I7(fr 



f feffiei 



Mimosa iiorri 



lUll 



la. 



V 



■1. 



•^^ 




J)e^^^m€' ^ar F J Jle4i>ule . 



Grave jmr dV/7rer 



Am SONIA an pnis li folia . 





\ 



i 



! 



I 




J}exf<?i/ie i>(ir P-^ej^tpa- e/eve Je Hei/o/ife 



INDIGOFEIIA Dii)] 




IV 



lia. 



/ 




J) 



e^j'i/ie 



/' 



a/^ Pocieaoy 



Or 



'ff^'e paj^ J)i4*/i 



T LT RPI N lA p ani ciil a ( a 




• \ 



>" 




jDe^j-me par Turpul 



d'enter . 



MATE TA amiTilata. 



i 



f 



33 



\ ■ 




6 



J)e^..fm£ par ^aràpaa^. 



G, 



'ave par 



/ 



pîu. 



MAlE'l'A scalpta 



3jf . 



t 



f 




n 



eifsme par Tiirnâ 



f 



m 



Or ave par PC^c- 



JMKRLVNA ciliarls. 



f 




J) f'.r,rT/2^' Da^ l^OrÙ'tlU 



Grave par JW/^rr . 



IRIS 




.MA 



A'nMisnjia 



> 






l 



. -» 




J)e4fKrùtépar 7urpîn4 



ûrave 



nar 



xMh'fr . 



POTIKA 




aie 




01 de s. 






h 




•l 



Mej^j^ene^ nar 2\irpm . 



Di^ft\ 



t 



RIEDLEA 



s c r r at a 



i 



b 

I 



\ 



\ 




\ 



y 



De^j'ine pa/* Taiteau/. 



Grave par Die^V' 



IN G A illincs. 




/ 



/ 



/ 



s 








' 



jye^t'j^'/ie 



F 



ar Turpm . 



Oratf^ pur /Jir/i . 



SCUTELLAMA incainata. 



M' 



- V 



■ 

I 



ât. 




V- 



Grave par tPeUîer . 



D&p^^ûid ^ar Turpi/V, 



SPATHODEA coi^mbosa. 



# 



I 



»■ 



*. 



J^ 




\ 



J)e^sm^ par Port^ffu» 



(rrm'f par J)i4»n . 



GUAREA Raniiflora. 



h 




^ 



Gravi p(xr xftUur ^ 



J)eJjme j?ar* Turpùn 




3 



OIRKTIA scandons. 



\ 



I 



"^ 



/ 



c 



\ 



\ 




-t 



s 



ûeApj'lne oar Turnirv 



Grave par iPeUier . 



SAMYDA spiiuilosa. 



/ 



^ 



/ 



u 



\ 




Grave par Jeffr'er 



J)es<rmé for 7ur^ln^ 



CASKARIA iUtlloUa. 



V 



/ 




V 



i 



Grave par xPeuUr , 



l)e^sûié par Poi/emc, 



CASEARIA corlaccct. 



^ 



ii 



% 



^ 



/ 



m 



■■ 



V 



Vi 




Grave par Se /lier . 



.Dej-j-me fiu' l^oxleaUA 



CASE ART A 




a^ris . 



\ 



** 
a 



/ 



\ 




A 



I 




ûraoe pa/" Sellier 



J)e^^inê f)ar Turpln. 



# 



CASE ARIA tin 




\ 



k 



\ 



Il ' 



o 



^ 



's 



I, 






Grave par Sellier f 



De.fJ'îne for J^oile<7W. 



\ 



T U K H^^ A 



ricvida 



1 4 



\ 




^_ 



J)eé^j'ine £>ar 7uri>fn^ 



Crraiyc itar Je/fter. 



N 



CURATEI.LA alata. 



'*< 



\ 




i 



\ 



Deif^Fi/ie 



(rr ave par xieffrer . . ^ 



BAN I S TERI A tilia-folia . 



/ 



J^I. 




JJeip^iné' par Poileaa 



Grave pur ^l'e/v^. 



B AN 1 S T K RI A pai vifoHa . 




'i^- 




\ 



V 



s 



s 



Sz. 



/ 






I 



\ 




J2 



Graifé j>ar Jeffier 



De^j-iMe^ jt>ar Poiàp<Ui/- 



BEJARIA resinosa. 



< 



ik 



i 



* ^ 



} 






f 



s 

"L 

4 



/ 




/ 



/ 






i 



# 



^ 

f 

^ 





/2 



èt^ 




Jû 



2/ 



j3 



Grav^^ Pi^^ /^/i*/?' 



De^J-ûu />ar PoUemiy^ 



ANDHOMEDA anastomosans 




û/av^ par J'e/&er - 



De.rjinê 7>ar Tur/x/t/. 



E S G ALL ONIA discolor . 



*# 



f 



Xf 



A 



\ 



î 



/ 




\ 






•^ 



4 



J^ej'.f'me pftf^ TurpiJV^^ 



Or^^ve P ^r oeff/^r - 



I 






BL ACK\Vi:LI .lA olauca . 



S 






y 



a < 



Su 



f 



. i 



> 







Ora 



/' 



ar P/A*. 



J>e^^'ine par Turorry, 



/ 



■-, 



M 

BLAC KWELLIA cci aslfolia . 



T__ 



i» 




-*%• 



y 



> 



1 ■ 




. li 



i/ravf' pii^ ^MùéT . 



J>e*?sine ^ar ïar/^ùi^ 



BT.AC KWKIJ iTA (omeuto sa 



r ■ ■ 




^ 



r 



S8 



V 




-■\ 



Gratté par /Vî-v^- 



^e^rsmepar Tur/^m^^ 



C O M B RE T U M 



tinfoliatum 



J 




\ 







\ 



Des. w e * nar Po i/^au 



(rrai>e par J)u 



/ 



/V/7i 



\ ' 



CASTILLEIA coroiiopiiolin 



/ 



( 




<r 



Des^^me nar Pof'/eau 



Orave oar J)ff^ 



GOT HO FREDA cordifolla.